SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 22:59

Lee Chandler, qui vit seul à Boston, revient à Manchester by the sea à la mort de son frère Joe pour s'occuper de l'enterrement, de la succession et de son neveu Patrick. Lorsqu'il apprend que son frère l'a désigné comme tuteur de son neveu, l'idée de devoir revivre à Manchester ravive chez Lee la plaie de l'irréparable.

Le scénario Manchester by the sea, lourd de pathos, est mené avec élégance. Les images et la réalisation de ce film sont aussi lumineuses que le destin de son héros est sombre. Le chagrin coule de façon exponentielle dans cette histoire où la douleur ne se clame pas (sauf quand le réalisateur fait lourdement appel à Albinoni) mais transpire à chaque instant. Le récit est cousu avec intelligence dévoilant à l'aide de flashback délicatement amenés le passé des protagonistes. Casey Affleck, qui porte avec sobriété le film, est parfait. Il est entouré de seconds rôles (Michelle Williams, Lucas Hedges) qui savent se hisser à sa hauteur.

Partager cet article

Repost0

commentaires