SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 18:14

La Compagnie Les Possédés proposent au Théâtre Bastille "Oncle Vania" de Tchekhov.

Les metteurs en scène, Rodolphe Dana et Katja Hunsinger, ont travaillé sur la proximité dans l'objectif de démythifier le rapport des spectateurs à l'espace théâtral. Ainsi, les spectateurs qui pénètrent dans la salle sont invités par les acteurs eux-mêmes à prendre un verre au buffet avant de rejoindre les gradins installés sur trois des quatre côtés qui entourent la scène centrale. La pièce peut alors commencer.

La longue table qui a servi pour le buffet s'avére être le seul élément de décor de la pièce et est déplacée et transformée entre chaque acte par les comédiens eux-mêmes.

L'exceptionnelle qualité des comédiens q nous plonge illico dans l'histoire d'Oncle Vania et son entourage. David Clavel  vibrant Oncle Vania est d'une justesse imparable, Marie-Hélène Roig nous touche dans le rôle de Sonia, seul être raisonnable de cette smala nombriliste, et Simon Bakhouche nous offre des apparitions d'une précision saisissante dans le rôle de Sérébriakov. L'accent Allemand (?) de Katja Hunsinger m'a un peu perturbé sans toutefois gâcher sa prestation.

Durant ces deux heures de représentation "Oncle Vania" s'avère d'une incroyable modernité et les interrogations qu'il soulève totalement actuelles ; sans qu'on sache très bien si cela est dû à l'exceptionnel talent des comédiens ou à celui de Tchekhov.

A voir sans réserve.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires