SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

24 mai 2006 3 24 /05 /mai /2006 12:27

 A l'Européen, se produit jusqu'au 2 juin, Ariane Moffat, chanteuse Québecquoise saluée par Télérama. Le problème avec Télérama c'est qu'ils encensent toute chanteuse Québecquoise qui ne hurle pas parce qu'ils détestent les chanteuses québecquoises qui hurlent. Ne pas hurler en devient un gage de qualité. Et effectivement, Ariane Moffat ne fait pas partie des chanteuses dites à voix. Et à part ça ? Elle propose de sympathiques mélodies pop-jazzy sans surprise. Les arrangements sont toujours les mêmes, on commence doucement et on monte progressivement pour finir sur le piano jazzy et sur les voix enregistrées avec la pédale sampler, décidément très à la mode. Pédale dont Ariane Moffat use et abuse. Pas beaucoup de créativité donc de ce côté-là.

Sa voix douce, légèrement acidulée, est très agréable et caressante. Son jeu de piano est énergique et assez entrainant. Ses textes sont particulièrement pauvres, très premier degré, sans astuce, très répétitifs comme les arrangements. Tout cela donne l'impression d'être très jeune, immature. En revanche, la chanteuse est extrêmement sympathique et accompagnée par un drôle d'équipage : un bassiste un peu punk et un guitariste très vieux garçon.

PS : dans le public, on pouvait voir Arthur H., copain de M lui même copain de Ariane Moffat. 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires