SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

18 septembre 2006 1 18 /09 /septembre /2006 21:08

Le 25 septembre sortira le deuxième album d'Elodie Frégé. Curiosité: cet album est produit par Benjamin Biolay.
Profitons de sa sortie en exclusivité mondiale à Bankock, pour l'écouter...

Serge

La blondeur et la fragilité d'Elodie Frégé ne l'aurait pas laissé indifférent. Biolay le vénère et y est souvent (à tort ou à raison) comparé. C'est donc tout naturellement que Gainsbourg apparait sur cet album. De façon assumée sur le duo "Le jeu des 7 erreurs" aux accents très gainsbourgien bien que le refrain soit du pur Biolay. De façon inavouée sur "La Fidélité" aux couplets arrangés à la "Initiales BB" ou ("Ford Mustang" - c'est pareil) et au refrain genre "Lolita go Home" façon disco.  Et, enfin, avec le choix curieux de reprendre (sauvagement réorchestré) l'un des titres les moins Gainsbourgien qui soit : "Le velours des vierges".

"Trances, cher pays de mes errances"
Autour, de ces trois hommages, s'ébattent 11 autres titres assez inégaux dont 6 écrits et composés par Elodie Frégé. Côté textes, elle y confirme les qualités d'écriture déjà perçues sur son premier album. Tout particulièrement sur "Douce Vie" à la simple mais jolie mélodie. 
Sur ces autres compositions, on regrettera son manque d' audace et l'utilisation abusive d'une guitare de facture très classique qui n'aide pas à compenser le trop peu de créativité (Linda Lemay sort de ce corps !).

Côté interprétation, la voix est agréable bien qu'on apprécierait une interprétation plus mature, moins connotée variété facile (insupportable "Est-ce que tu le sais"). Mais, encore eut-il fallut que Biolay la guida...

Biolay

De son côté, le garçon nous avait habitué à mieux. Dans ses compositions, on ne retrouve malheureusement pas l'inventivité d' "A l'origine", ou les envolées de  "Négatif". Adepte des albums concepts, il produit ici un album fourre-tout s'aventurant parfois sur des chemins étrangers, nous proposant des sonorités à la Burt Bacharach sur "Pas là souvent" ou façon Alicia Keys sur "A celle". Quant aux orchestrations, la part belle faite à la guitare, élimine quasi d'office toute audace possible.

Ce "jeu des 7 erreurs" sans être complétement raté (4-5 titres réussis quand même), n'est pas vraiment la bonne surprise qu'on attendait. On regrettera la frilosité de Biolay qui aurait pu jouer à fond la carte du pigmalion pour offrir à Elodie un véritable album concept et la sortir de la variété facile.
Ce ne sera pas pour cette fois-ci.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Charlotte 20/09/2006 11:22

Bon, je n'ai entendu que le single mais de toutes façons fait pas fréquentable ce type, sournois sur les bords à toujours se cacher derrière sa mèche de cheveux.

Ce Ben moi, il m'a jamais paru franc du Biolay... looool
Ok, je sors... ;o)

veroche 19/09/2006 09:51

baleze la cop's elle est tout d'ac avec moi !
je m'arreterai bien à la 6 sur cet album
chui déçue aussi
biolay a fait le p'tit joueur et on ne sent sa patte que tres rarement