SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 21:13

A Londres, une sage-femme enquête sur l'identité d'une ado Russe morte en accouchant. Elle tente de retrouver la famille du nouveau-né en s`aidant du journal intime de la disparue. Son enquête la mène rapidement au propriétaire du luxueux restaurant Trans-Siberian.

 

David Cronenberg nous invite en milieu mafieux russe et s’en donne à cœur joie pour nous faire partager la violence qui va avec… jusqu’aux rires des spectateurs parfois tant ses images sont outrées et tant ses protagonistes sont résistants aux coups de serpette.
Il plante avec une certaine réussite une ambiance glacée et inquiétante où l'ignominie règne, où chacun porte son identité et son histoire tatouées, où les codes d’honneur sont transgressés… et on y croit. Malheureusement, son récit linéaire manque de surprises. En plus, il y inclut une dose d’eau de rose ridicule qui trouve son apogée les 5 dernières minutes du film… comme si Cronenberg n'assumait pas vraiment l'extrême noirceur de son sujet.

 


Côté casting, le boulot est plutôt bien fait.
Armin Muller Stahl est un parrain russe terrifiant tout en manipulation et violence retenue.
Vincent Cassel joue le fils instable et cinglé du Parrain. Il surprend mais n'évite pas toujours les excès. Il manque parfois d'un peu de nuance dans son interprétation.
Naomie Watts en blanche colombe tire très bien son épingle du jeu – pourtant son rôle un peu fade est pour le moins ingrat.

Quant à Viggo Mortensen, il est tout simplement parfait. Il tient entièrement le film sur ses épaules. Il est LA raison valable de voir ce film. 

Partager cet article

Repost0

commentaires