SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 21:49
Comment c'est loin d'Orelsan

Orel et Gringe, repérés et adoubés par un producteur de rap il y a quelques années, sont incapables de composer une chanson complète. Ils traînent sans grande ambition musicale jusqu'au jour où leur producteur menace de les laisser tomber s'ils ne créent pas un titre dans les prochaines 24 heures.

On retrouve ici le verbe et le sens de la formule d'Orelsan et Gringe. Leurs personnages de gentils loosers sont parfaitement dessinés. C'est intelligent, original, drôle et tendre. Une belle surprise.

Date de sortie en salle : 9 décembre 2015

Date de sortie en DVD : 19 avril 2016

Repost 0
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 17:46
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou

Il ne reste plus que 10 jours pour visiter la rétrospective que le Centre Pompidou consacre à Gérard Fromanger et c'est peut-être le meilleur moment pour y aller car les 3/4 des visiteurs sont concentrés sur l'exposition Paul Klee.

50 œuvres de grandes dimensions réalisées par Gérard Fromanger entre 1964 et 2015 sont exposées. La puissance des coloris séduit d'emblée. L'humain, souvent en foule, est central dans l'oeuvre du peintre. Connu ou anonyme, il est plongé dans une société en constante évolution : industrialisation, croissance des villes, tout média, conflits mondiaux... Le mouvement et la vie débordent de chaque tableau même des paysages. Seul défaut de cette exposition : le peu d’œuvres présentées. On aurait aimé en voir plus encore.

Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Gérard Fromanger, rétrospective au Centre Pompidou
Repost 0
Publié par zab - dans Exposition
commenter cet article
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 15:03
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou

Jusqu'au 1er août, le Centre Pompidou consacre une rétrospective de l'oeuvre de Paul Klee présentée sous l'axe de l'usage de l'ironie et de la satire qu'aimait manier le peintre Allemand. Près de 230 œuvres classées en 7 thèmes sont réunies. Les formats des dessins et aquarelles sont petits, voire très petits. Les grands formats sont minoritaires et plutôt réservés à la peinture. La diversité du style qui change et évolue sans cesse interpelle. Une exposition impressionnante par sa taille et sans doute passionnante pour les amateurs du peintre mais dont la scénographie austère peinera à convaincre les sceptiques ou les novices.

Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Paul Klee, rétrospective au Centre Pompidou
Repost 0
Publié par zab - dans Exposition
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 21:06

Le musicien et dessinateur de bande dessinée Hubert Mounier est décédé ce lundi.

Il avait égayé nos platines et postes de radio dans les années 80 - 90 avec son groupe l'Affaire Louis Trio et ensuite, avec un peu moins de succès mais toujours autant de talent, en solo.

Repost 0
Publié par zab - dans Musique
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 16:44

Philippe Geluck rend hommage à l'Art, de l'antiquité à nos jours, en détournant et se moquant gentiment des œuvres de Koons, Millet, Vinci, Pollock, Soulages, Boudin, Warhol....

L'exposition n'est pas immense mais l'ensemble de la trentaine d’œuvres exposées est irrésistiblement drôle.

A voir jusqu'au 31 août. Prolongée jusqu'au 2 janvier 2017.

Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama

Diaporama

Repost 0
Publié par zab - dans Exposition
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 13:15

Alors qu'elle roule loin de son petit ami, Michelle est victime d'une sortie de route. Elle se réveille emprisonnée dans une cave.

Produit par l'équipe Cloverfield, ce thriller, malgré quelques longueurs, tient en haleine jusqu'à la fin qui ne déçoit pas. En termes de cinéma pur, ce n'est pas l'extase. Le film vaut surtout pour son scénario astucieux.

Repost 0
Publié par zab - dans Cinéma
commenter cet article
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 09:20
La Saison des Femmes de Leena Yadav

De nos jours, en Inde, dans un village de l'état de Gujarat, quatre femmes sont confrontées à une domination patriarcale ultra violente. Rani élève, seule, son fils adolescent alcoolique et porte le deuil depuis que son mari est mort il y a 15 ans. Elle s'endette pour payer une dote et "acheter" une femme à son fils tel que le veut la tradition. Lajjo subit les violences physiques de son mari qui lui reproche de ne pouvoir lui donner un enfant. Bijli joue la femme émancipée, libérée de la tyrannie des hommes. Elle est danseuse et prostituée dans un cabaret itinérant. Janaki, la plus jeune est mariée contre son gré au fils de Rani. Ces quatre femmes découvriront ensemble un autre possible.

Leena Yadav, à travers les portraits de ces quatre femmes aux parcours différents mais au destin semblable, nous entraine au coeur d'un univers archaïque et déshumanisé. Dés les premières images, la beauté des paysages, des tenues vestimentaires, des visages magnifiés par une mise en lumière ultra soignée nous emporte. La violence qui se fait de plus en plus oppressante n'en est que plus choquante. La réalisatrice, à travers quelques personnages masculins positifs parvient à éviter la caricature. Elle parsème son film de codes du cinéma Boolywoodien qui tranchent avec la crudité de son sujet. Ainsi, sans cesse l'effroi succède au rire et à l'émotion positive. Les quatre comédiennes d'une grande beauté sont impressionnantes dans l'incarnation de ces femmes tout à la fois victimes de leur propre éducation et des hommes, et pleines de vie et de fantaisie. Entre résignation et espoir.

Repost 0
Publié par zab - dans Cinéma
commenter cet article