SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

18 novembre 2018 7 18 /11 /novembre /2018 15:37

Alain, éditeur, s'interroge sur l'intérêt du format papier du livre. Il approfondit sa réflexion en couchant avec la responsable du développement numérique tandis que son épouse, comédienne dans une série télévisée à succès, a pour amant un auteur en déperdition.

Ça parle sans cesse ou plutôt ça récite un texte qui aligne les poncifs sur la prépondérance d'Internet et sur l'avenir de l'édition. Le tout semble faux même les rares échanges "quotidiens" clamés par des esprits sans doute brillants. Une réflexion déjà dépassée dont, de plus, on ne comprend pas bien l'intérêt cinématographique. Ennuie.

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2018 6 17 /11 /novembre /2018 18:33

Le Grand Palais présente "Miro, la couleur de mes rêves", une rétrospective du travail de l'artiste. En près de 150 œuvres, peintures, céramiques et sculptures, l'exposition nous invite à parcourir de façon chronologique toute la vie artistique de Miro.

De 1915 à la fin de sa vie, il est impressionnant de voir à quel point il a su renouveler son art et conserver son indépendance. Une très belle exposition à voir jusqu'au 4 février.

Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais
Miro, rétrospective au Grand Palais

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2018 1 12 /11 /novembre /2018 20:31

Pendant 8 ans, Niels Amstrong suit un entrainement intensif et participe avec de nombreux autres pilotes et ingénieurs à de multiples séances de travail et de tests avec la Nasa. Après de nombreuses péripéties et alors que plusieurs de ses collègues meurent lors de séances d'essai, il sera le premier homme à marcher sur la lune, le 21 juillet 1969.

Damien Chazelle dessine le portrait de Niels Amstrong et à travers lui la conquête de la lune. Ainsi, les séquences des essais de vol, de préparation et du grand voyage conversent avec celles de la vie intime de l'astronaute. Dans les deux cas, Amstrong côtoie la mort, celle de sa petite fille avant tout puis celle de ses collègues et amis de travail. Il est dessiné comme un homme taciturne, obsédé par son travail, et renfermé sur ses émotions.

Dans les deux cas, Chazelle soigne son traitement. Les séquence "spatiales" tournées en plans serrés au cœur des machines et au plus près de l'humain illustrent parfaitement la complexité de l'enjeu et la part d'inconscience nécessaire à ces hommes. Les scènes de vie intime avec femme, enfants et amis sont délicates et sans trop de pathos. Le portrait d'un Amstrong à la psychologie complexe se dessine au fil des scènes. Gosling est parfait dans le rôle. Le réalisateur ne néglige pas le contexte historique (guerre du Vietnam, polémiques sur les sommes investies, course contre la montre avec l'URSS...).

Ces trois axes composant le récit sont dosés habilement et permettent une plongée dans une époque, une épopée et dans la psyché d'un héros unique.

 

Partager cet article

Repost0
Publié par iSaDu - dans Cinéma
11 novembre 2018 7 11 /11 /novembre /2018 16:34

Olivier travaille dur comme chef d'équipe dans un entrepôt de préparation de commandes. Un jour sa femme quitte le domicile conjugale sans laisser un mot, abandonnant mari et enfants.

Pour son premier film, Guillaume Senez affiche une belle maîtrise du récit et de la direction  d'acteur. Ce portrait d'un homme prit entre un monde du travail sans pitié et une vie de famille fragile est delicatement dessiné. Romain Duris est d'une élégante justesse, parfaitement accompagné par Laura Calamy, Laetitia Dosch, et Dominique Valadie, trop rare au cinéma. Cerise sur le gâteau, Lena Girard Voss et Basile Grunberger, dans le rôle des enfants, sont d'un naturel stupéfiant.

Un très beau film.

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2018 6 10 /11 /novembre /2018 17:19

"Momentum, la mécanique de l'épreuve" est la première grande exposition de JR au sein d'un musée français.

L'exposition présente les premières photographies de JR réalisées dans le métro et sur les toits parisiens, la représentation de projets importants tels Portrait d’une génération,  Women are heroes, The Wrinkles of the City, Unframed, ainsi que quatre installations très gadgets.

L'ensemble est à la fois intrigant et frustrant. Ceux qui ont déjà pu voir des œuvres de JR in situ trouveront certainement l'exposition un peu fade. Les œuvres perdant beaucoup de leur intensité dans leur simple représentation photographique. D'autant que les œuvres à l'origine monumentales sont forcément représentées en petits formats dans les petits espaces de la MEP. 

S'agissant d'une exposition d'un artiste réalisant des performances plus que celle d'un photographe, cette présentation aurait gagnée en intérêt avec plus d'explications sur comment ces installations ont pu se réaliser et leur contexte. 

A voir jusqu'au 10 février 2019.

JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie
JR "Momentum, la mécanique de l'épreuve" à la Maison Européenne de la Photographie

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2018 4 08 /11 /novembre /2018 16:49

Laurent Spielvogel reprend, au théâtre de l'Archipel, "Les Bijoux de famille", son spectacle créé en 2015.

Le comédien raconte son enfance et ses débuts d'apprenti comédien à travers les personnages, inconnus ou célèbres, qui ont jalonné sa vie : ses parents bien sûr, sa grand-mère, un rabbin, un prof de théâtre, une femme de ménage, une concierge, un petit ami volage, un vieux homo réglo,...

Laurent Spielvogel n'est jamais aussi bon que lorsqu'il joue les autres. A commencer par Marlène Dietrich en entrée de spectacle ou Barbara troublant de ressemblance mais aussi les inconnus comme ce vieux dragueur au phrasé particulier ou une attachée de presse féroce.

Ce récit drôle et touchant est mis en scène de façon simpliste, sans invention. Laurent Spielvogel qui joue tous les personnages, jusqu'à trois simultanément, n'en a que plus de mérite.

A voir le 10 novembre, les 5, 6, 7 et 8 décembre.

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2018 6 27 /10 /octobre /2018 15:18
le_grand_bain_sanscrierart

Bertrand en dépression et sans emploi depuis 2 ans, intègre, sans trop savoir pourquoi, une équipe de natation synchronisée masculine.

Le charme du film réside en 5 points : l'originalité de l'idée de départ, le cadre de l'action, la qualité des dialogues, le sens du détail comique et le casting 4 étoiles.

C'est sur cette base très solide que le film se déroule. Sans que l'histoire impressionne ou marque vraiment, le film se regarde avec plaisir surtout grâce aux  personnages qu'il dessine.

Ainsi, si l'équipe de comédiens - Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Jean-Hugues Anglade, Benoit Poelvoorde, Felix Moati, Alban Ivanov, Virginie Effira, Marina Foïs, Leila Bekhti et Philippe Katherine - séduit sans réserve, le scénario fait un peu pâle figure.

Partager cet article

Repost0