SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 20:58

La Condition Publique expose, sur plus de 1500 m², 40 ans d'art urbain. Sous le commissariat de la galeriste Magda Danisz, l'exposition retrace en 11 étapes l'histoire du graffiti à travers les oeuvres de 50 artistes du street art français et international.

 

On y retrouve les précurseurs, les médiatiques, des confidentiels et des artistes locaux. André, Gérard Zlotykamien, Jacques Villegle, Keith Haring, Banksy, Blek le rat, Miss Tic, Shepard Fairey, JR, Space Invader, Nick Walker, Jef Aérosol, Retro, C215, l'Atlas, Seth, YZ... figurent à cet impressionnant générique. Les oeuvres exposées ont été prêtées par des galeries et des collectionneurs privés et certaines ont été créées spécialement pour l'exposition. Ces créations sont sans doute les oeuvres les plus intéressantes pour qui connait déjà un minimum les artistes exposés et apprécie le street art quand il conserve son ADN : être conçu In Situ.

Le coeur de l'exposition prend place dans la halle B, la cours est réservée aux artistes régionaux, les murs extérieurs du bâtiment accueillent des oeuvres d'artistes de tous horizons tandis que Jef Aérosol investit de façon impressionnante le toit-terrasse (la galerie photo est ici).

La Condition Publique dont les évènements accueillent en général au grand maximum  5 000 visiteurs explose ici tous les compteurs et vise les 30 000 entrées. En raison de ce beau succès, Street Génération(s) est prolongée jusqu'au 9 juillet.

 

 

Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Street Génération(s) à la Condition Publique à Roubaix
Repost 0
Publié par zab - dans Exposition
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 12:01

Après le coréen Lee Bae, le japonais Tanabe Shouchiku III et le chinois Jiang Dahi, le musée Guimet invite la française Prune Nourry. Cette carte blanche sort exceptionnellement de l'unique rotonde, et s'invite dans les salles de la collection permanente. Quinze oeuvres réalisées durant ces dix dernières années sont présentées en duo avec quinze pièces historiques. Un bouddha géant, créé in situ, dans l'esprit du projet Imbalance de l'artiste, accompagne la visite sur les quatre étages du musée.

Si le principe des duos oeuvres historiques et oeuvres contemporaines semble parfois un peu bancal, on a plaisir à voir les créations de l'artiste dans ce très beau lieu. Le travail de Prune Nourry est basé sur le déséquilibre démographique. La majorité des oeuvres présentées sont issues des projets Terracotta Daughters et Holy Daughters qui ont donc pour sujet la place des femmes dans la société.

Le projet Terracotta Daughters (2013) consistait en la création d'une armée de 108 jeunes filles chinoises, symboles de toutes celles qui ne sont pas nées en raison de la loi sur l'enfant unique. Créée à l'image de l'armée de Qin à Xian, l'oeuvre originale a été enfuie en Chine dans un lieu tenu secret. Au musée Guimet, on peut, entre autres, voir huit statues grandeur nature représentant les huit écolières qui ont servi de modèles et une reproduction petit format de l'armée entière en porcelaine.

Le projet Holy Daughters (2010) traite du paradoxe existant entre la vénération portée à la vache, souvent sacrée, et le rejet des petites filles, notamment dans les cultures indienne et asiatiques. En 2010, Prune Nourry a réalisé des sculptures représentant le corps d'une jeune fille à tête de vache et les a déposé en Inde, dans les rues, pour déclencher un dialogue avec la population. Au musée Guimet, on peut notamment voir Standing Holy et Walking Holy. Sont aussi exposées plusieurs pièces du projet Process qui est présenté par l'artiste comme "une archéologie du processus de fabrication de la sculpture."

A voir au Musée National des Arts Asiatiques Guimet jusqu'au 18 septembre 2017

Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Prune Nourry, Holy carte blanche au musée Guimet
Repost 0
Publié par zab - dans Exposition
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 20:23

Hubert O'Taquet, professeur émérite, donne une conférence sur l'origine de l'homme : qui sommes-nous ? d'où venons-nous ? où allons-nous ?

Du plancton à l'homo sapiens en passant par la méduse et les dinosaures, Patrick de Valette, (membre des Chiche Capon) mime la grande évolution, puis les grandes et petites faiblesses de l'homo économicus. Ce spectacle participatif, totalement délirant et globalement indescriptible est drôle et plus futé qu'il pourrait en avoir l'air. 

Si vous étes du genre détendu, si vous êtes capable d'ouvrir bien grands vos chakras, vous passerez 1h15 désopilante. 

* Spectacle écrit et interprété par Patrick Valette et mis en scène par Isabelle Nanty.

Repost 0
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 16:34

Rose invite pour la première fois son petit ami Chris a passé le week-end chez ses parents. Chris appréhende la réaction de la famille de Rose lorsqu'elle découvrira qu'il est noir.

Cette version moderne et gore de "Devine qui vient diner ?" est aussi réjouissante que surprenante. Dans la première heure, le réalisateur sème les indices d'une anormalité latente installant l'angoisse peu à peu. Malgré l'accueil affable des parents, l'inquiétude ne quitte jamais Chris et le spectateur. Les expressions amicales se succèdent, de plus en plus étranges et malsaines, jusqu'à ce que la réelle raison de cet intérêt soit dévoilée. Si la révélation du pourquoi et du comment est un peu décevante, on conserve de l'ensemble une très bonne impression grâce à sa première heure et à la tonalité globale du film. Get out  doit aussi son efficacité à la tenue de son récit qui va à l'essentiel, ne se perdant pas dans d'inutiles complications. La réalisation est à l'avenant, sans fioriture mais précise.  Les avantages d'un film à petit budget sont qu'il force son concepteur à aller à l'essentiel et, loin des studios, lui permet de garder une certaine singularité. Si le réalisateur est talentueux cela donne une proposition réjouissante.

Repost 0
Publié par zab - dans Cinéma
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 18:13

L'artiste plasticienne Prune Noury dont l'oeuvre Terracota Daughters, exposée au 104 en avril 2014, nous avait tant impressionnée, signera ce vendredi 12 mai, à la librairie du Centre Pompidou,  l'ouvrage Serendipity. 

Ce livre, rétrospectif de 10 ans de travail, publié aux éditions Actes Sud, présente les voyages, les rencontres et les recherches qui ont donné naissance aux oeuvres Bébés domestiques, Process, le tryptique sacré Holy Daughters-Holy River et Terracotta Daughters.

*Signature à la librairie Flammarion du Centre Pompidou vendredi 12 mai de 18h30 à 20h.

*Prune Nourry est exposée au Musée Guimet jusqu'au 18 septembre.

 

Repost 0
Publié par zab - dans Exposition
commenter cet article
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 15:33

Un couple d'un certain âge attend ses grands enfants pour fêter Noël. Cette année, c'est chez la grand-mère que tout se passe et l'ambiance sera, comme chaque fois, des plus tendues.

Pierre Notte nous convie aux fêtes de fin d'année d'une famille de cinglés. Personne, des parents aux fils en passant par la pièce rapportée, ne semble, ne serait-ce qu'un peu, équilibré. La rancoeur est au menu et les névroses coulent dans les flutes.

Dans cette fratrie où l'incommunicabilité règne, tout grince, tout est outré, tout est piège. Mais aussi tout est hilarant. Car l'auteur s'en donne à coeur joie dans les bassesses et vacheries servies par une écriture percutante. Les chansons (trois) sont également très efficaces.

Cette pièce bien barrée, qui frôle sans cesse la frontière du too much, doit aussi beaucoup à la qualité de ses comédiens, Bernard Alane, Romain Apelbaum, Brice Hillairet, Juliette Coulon et particulièrement Marie-Christine Orry. Ils maitrisent parfaitement la partition de ce jeu de massacre.

Repost 0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 21:57

A une époque où n'importe quel clampin se produit dans les cabarets, music-halls et autres cafés-théâtres, s'autoproclamant humoriste sous prétexte qu'il ou elle fait rire ses copains avec trois blagues et deux jeux de mots, Mère Indigne nous réconcilie avec le one (wo)man show.

Aisance de la comédienne, qualité de l'écriture, efficacité de la mise en scène, tout est là. Le rythme est soutenu, enchaînant les rires en jouant sur tous les registres comiques. Le texte précis et incisif est servi par un jeu à la fois mesuré et relevé jusque dans la gestuelle - la comédienne se donne aussi beaucoup physiquement. Les parties gentiment graveleuses sont habilement contrebalancées par la teneur du propos. Tout est parfaitement dosé dans ce spectacle parlant de la dure réalité de la vie de mère de famille.

Ses qualités le rendent aussi efficace sur les parents que sur les célibataires ou les couples sans enfants.

A voir les mercredis et jeudis à La Nouvelle Seine.

Repost 0