SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 14:18

Fanny-Ardant---www.zabouille.over-blog.com.jpgUne voix dans un souffle reconnaissable entre mille, un physique incomparable qu'habillent un sourire immense et de grands yeux noirs, Fanny Ardant incarne la passion comme personne. Passion amoureuse, exaltation, folie du désespoir. Elle a interpreté tant de grandes amoureuses depuis Les Dames de la Côte en 79 jusqu'aux Beaux Jours en 2013, qu'on ne peut l'imaginer autre. Truffaut, qui l'a aussi aimé hors écran, Alain Resnais et Nina Companeez lui ont donné ses rôles les plus marquants. Aujourd'hui encore, et sans doute pour toujours, elle porte une puissance romanesque qui emporte tout.

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:38

Celine-Sallette---www.zabouille.over-blog.com.jpgCéline Sallette est une comédienne française tout terrain. Théâtre, cinéma, télévision aucun support de jeu ne lui résiste.

Au théâtre, elle est mise en scène par Laurent Laffargue dans Shakespeare ou Bergman. Au cinéma, on l'avait aperçue dans "Marie-Antoinette" de Sofia Coppolla, "La chambre des morts" d'Alfred Lot et "Le grand alibi" de Bonitzer. Puis, elle nous a touché en prostituée dans "L'Apollonide" de Bertrand Bonnello. Depuis, sa présence nous a chaque fois interpellé. Ses interprétations, qu'elles soient de premier plan ou non, marquent toujours. Sa présence n'est jamais anecdotique. Les réalisateurs ne s'y trompent pas. Philippe Garrel, Jacques Audiard, Jean-Pierre Denis, Costa Gavras, Clint Eastwood, Valéria Bruni-Tedeschi, François Duperon, Cédric Kahn ont fait appel à elle. Prix Louis Lumière en 2012, elle est nommée la même année aux Césars et reçoit le Prix Romy Schneider en 2013.

A la télévision, elle tient un des premiers rôle dans "Les Revenants" certainement la série française la plus réussie depuis longtemps. Elle apparaît dans des téléfilms dont le remarqué "l'Ecole du pouvoir". Mais Céline Sallette c'est aussi une voix, celle d'Hélène Berr, par exemple, dans "Le journal d'Hélène Berr" documentaire réalisé par Jérôme Prieur qui ne serait sans doute pas aussi réussi sans cette belle interprétation.

Partager cet article

Repost0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 22:38

maggie-smith.jpgMaggie Smith est sans doute une des plus grandes comédiennes britanniques en activité. Née en 1934, elle a passé une grande partie de sa carrière au théâtre notamment aux côtés de Laurence Olivier dans des mises en scène d'Orson Welles, d'Ingmar Bergman, de Zeffirelli... dans les pièces de Shakespeare, Oscar Wilde, Tchekhov mais aussi dans des comédies typiquement british. Mais pour la majorité des gens qui ne fréquentent pas les théâtres anglais ou canadiens, Maggie Smith est une parfaite actrice de cinéma. On a pu la voir, dans une filmographie, qui dénote un peu face à sa très sérieuse carrière théâtrale, faite de films aussi divers que Quartet, Indian Palace, Gosford Pari, Harry Potter, Sister Act, Chambre avec vue, Mort sur le Nil, leChoc des Titans, Hook, Un Thé avec Mussolini, Nannie mc Phee...

Depuis 4 ans déjà, Maggie Smith est aussi à la télévision Violet Crawley, la Comtesse douairière de la romanesque série Downton Abbey. Son personnage, qui bénéficie des meilleures répliques de la serie, est sans doute le plus piquant et le plus drôle. Elle interprète cette vieille dame sarcastique, soucieuse du respect de son aristocratie et imbibée de vieux principes avec une gourmandise évidente. Un régal !

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 21:18

Valerie-Benguigui-www.zabouille.over-blog.com.jpgDans des séries télé ou des films peu prestigieux, elle est la part d'humanité, celle qui nous accroche tout de même à l'histoire. Dans "Comme t'y es belle", dans des scènes qu'elle rend cultes, elle sauve le film du vite-vu, vite-oublié. Dans "La famille Wolberg", elle apporte la touche de subtilité, tout en fragilité qui fait qu'on marche dans cette drôle d'histoire. Dans "Les invités de mon père", elle joue à jeu égal au coté des deux monstres Lucchini et Viard. Dans "Le Prénom", elle est impériale dans un rôle complexe, suscitant simultanément rire et compassion. 

Le César qui lui a été remis en février dernier nous a réjoui et rendu heureux pour elle.

Valérie Benguigui est décédée lundi.  

Partager cet article

Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 20:15

Brigitte-Catillon-www.zabouille.over-blog.com.jpgBrigitte Catillon est sans doute une de nos plus grandes comédiennes de second rôle, elle est tout autant présente au cinéma, à la télévision et au théâtre. Elle a ainsi été dirigée par Claude Chabrol, Alain Tavernier, Ariane Mouchkine, Alain Francon, Jean-Michel Ribes, Michel Deville, Roger Planchon, Claude Berri, Denis Llorca, Michel Fau,...

Claude Sautet l'avait choisi pour "Un coeur en hiver". Elle y est parfaite dans le rôle de l'agent artistique d Emmanuelle Béart, femme froide et exigeante, aux sentiments ambigus.

Brigitte Catillon tourne depuis cet été sous la direction de Jean-Pierre Améris ("Les émotifs anonymes") aux côtés d'Isabelle Carré.  


Partager cet article

Repost0
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 15:08

Jean-Pierre-Lorit-www.zabouille.over-blog.com.jpgSon physique de presque jeune premier, souvent utilisé dans des rôles ambigus, occupe nos écrans de télévision depuis presque trois décennies. Ses apparitions au cinéma plus rares sont toujours marquantes. On se souvient de "Une affaire de goût" de Bernard Rapp où il se laissait manipuler par un Bernard Giraudeau pervers, "Nelly et Monsieur Arnaud" de Claude Sautet où amoureux des vieux livres, il souriait à Emmanuel Béart.

Au théâtre, je me souviens de lui dans "Les Créanciers" de Strinberg et dans un tout autre genre de "En toute confiance" de Donald Margules. Sa voix sourde et douce et son sourire léger sont toujours d'une remarquable efficacité.

 

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 22:10

  bernadette lafond www.zabouille.overblog.comElle était un peu comme notre voisine, bienveillante, drôle. La copine sympa mais à qui on ne la fait pas. Revenue de tout mais toujours prête à repartir.

On nous avait parlé de Nouvelle Vague, d'Eustache, de Truffaut, de Chabrol, de jeunes maîtres du cinéma devenus grands avec elle. On voyait en noir et blanc une jeune femme, séduisante, provocante, qui faisait rêver les jeunes réalisateurs d'aujourd'hui toujours prêts à la faire tourner.

En réalité, on l'avait découverte autrement, adopté vraiment, forte face à l'attente, à l'ignominie de certains journalistes puis face à l'inacceptable. Alors, elle ne fut plus uniquement cette grande actrice gouailleuse pleine de vie, elle devint Bernadette, familière et respectable. C'est aussi, et peut-être surtout, elle qui nous a quitté sans crier gare la semaine dernière à la veille d'un nouveau tournage.

Partager cet article

Repost0