SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

23 juin 2019 7 23 /06 /juin /2019 20:11

Il ne reste plus qu'un mois pour visiter l'exposition Hammershoi.

Le musée Jacquemart-André présente une quarantaine d’œuvres du maître Danois et 6 œuvres illustrant ses liens avec Svend Hammershoi (son frère), Peter Ilsted et Carl Holsoe.

Les peintures d'Hammershoi, particulièrement les intérieurs habités parfois par une femme, celle du peintre, seule, de dos ou concentrée sur son ouvrage, évoquent le silence et une certaine solitude. On se surprend à penser au travail d'Edward Hopper. Très graphiques, ces œuvres soignent la lumière où dominent les tons gris et beiges. Leur cadrage et leur minimalisme les rend intemporelles. Les paysages, ici exposés, dénués de personnages et épurés au maximum, impressionnent moins si ce n'est "le collège juif" et "Paysage-1900" presque abstrait.

A voir jusqu'au 22 juillet.

Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Partager cet article
Repost0
20 juin 2019 4 20 /06 /juin /2019 20:54

Marcelle Paillardin, délaissée par son mari,se laisse convaincre par Pinglet, malheureux en mariage, de le rejoindre dans un hôtel borgne où la discrétion n'est malheureusement pas de mise.

Le vaudeville n'autorise aucunement l'à peu près, ni dans la mise en scène,  ni dans l'interprétation, et la qualité d'écriture de Feydeau ne suffirait pas à effacer la moindre fausse note.

Isabelle Nanty et Christian Lacroix, respectivement metteuse en scène et scénographe, offrent un très bel écrin à la troupe de la Comédie-Française. Florence Viala, Anne Kessler, Michel Vuillermoz, Jérôme Poulin, Christian Hecq... maîtrisent à la perfection cette mécanique de précision. Dans la façon de faire entendre le texte tout d'abord et dans la façon de se mouvoir. Comme des pantins désarticuler leurs corps font éclater le rire et la qualité de leur interprétation présente sous son meilleur jour la igueur de l'écriture.

Les stradivarius de la Comédie Française sont capables de tout jouer et d'extraire la quintessence de chaque partition.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 19:00

Anna et Adam, jeune couple de parisiens de confession juive, partent en Pologne pour commémorer le 75e anniversaire de la destruction d'un village juif, village auquel la famille d'Adam est liée. Anna espère retrouver elle aussi un peu de l'histoire de sa famille.

Cette comédie dramatique ni drôle, ni émouvante, est interprétée par des acteurs en roue libre. Même Judith Chemla, dont le talent ne fait aucun doute, peine à donner consistance à son personnage proche de l'hystérie. Seule Brigitte Rouan tire son  épingle du jeu.

La réalisation approximative ne laisse aucune chance aux moments qui pourraient être drôles de l'être et agit de la même façon sur les moments d'émotion possible. La photographie est fade, la mise en scène inexistante. Le récit enchaine les scènes-sketch qui ne disent rien si ce n'est que les polonais sont des antisémites alcooliques et que Cracovie est le Disneyland de l'antisémitisme. Un peu juste pour un sujet aussi sensible.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2019 6 15 /06 /juin /2019 13:58

Elle est secrétaire d'État et se présente à la présidence des États-Unis. Elle engage un ami d'enfance, journaliste au chômage, pour écrire ses discours.

Tout est totalement incohérent et idiot, parsemé de propos vulgaires et de blagues scatologiques. Une insulte à l'intelligence du spectateur.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2019 7 09 /06 /juin /2019 12:52

Ki-Woo est embauché par la fortunée famille Park comme professeur particulier d'anglais de leur fille. Rapidement, Ki-Woo parvient à faire entrer anonymement sa sœur et ses parents au service des Park.

Formellement, le film séduit d'emblée, très belle photo, mise en scène précise, réalisation  soignée. Le récit particulièrement original enchaîne les événements imaginatifs avec fluidité, sans temps morts.

Cette satire de la Corée du Sud, de sa fracture sociale, de sa fascination pour les Etats-Unis et de sa misère cachée dans les sous-sols, mixe les tonalités, à la fois drôle, grinçante et violente.

Une très méritée Palme d'or.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2019 6 25 /05 /mai /2019 18:41

 

Mention spéciale : It must be heaven de Elia Suleiman

 

Prix du scénario : Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma

 

Prix d'interprétation féminine : Emily Beecham dans Little Joe

 

Prix de la mise en scène : Le jeune Ahmed de Luc et Jean-Pierre Dardenne

 

Prix du jury ex-aequo : Les Misérables de Ladj Ly et Bacurau  de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles

 

Prix d'interprétation masculine : Antonio Banderas dans Douleur et gloire

 

Grand Prix du jury : Atlantique de Mati Diop

 

Palme d'Or : Parasite de Bong Joon Ho

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2019 6 25 /05 /mai /2019 16:07

Le Pavillon Carré de Baudouin poursuit son cycle sur la photographie (après les œuvres de Willy Ronis et de William Daniels) en accueillant Sylvain Cripoix.

Ce photographe français est spécialisé dans les photographies de rue et les portraits. Il présente ici des œuvres réalisées durant ces 15 dernières années, divisant l'exposition en quatre thématiques : les portraits, les photos de concerts, celles prises à Cuba les jours qui ont suivi la mort de Castro et une grande série sur Paris.

 

Si tout n'interpelle pas, plusieurs photographies accrochent particulièrement l’œil.

A voir jusqu'au 31 août. Entrée libre.

 

Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Partager cet article
Repost0