SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

16 mai 2024 4 16 /05 /mai /2024 20:02

Alexia danseuse sexy dans des rassemblements de tuning a des pulsions meurtrières et d'automutilation. Recherchée par la police pour ses crimes, elle se fait passer pour un jeune homme porté disparu depuis 10 ans.

La première demi-heure enchaîne les scènes de violence et de sexe. La demi-heure suivante met en scène des "retrouvailles" invraisemblables où la violence domine entre un père et son fils supposé. La troisième partie nous plonge dans des scènes toujours plus improbables les unes que les autres, toujours sur fond de musique pop ou de cathédrale. Tout sonne faux, entre outrances et invraisemblances. Le dessin des personnages est bâclé, plus que parcellaire. On ne saisit pas leur psychologie. Même l'excellent Vincent Lindon sonne faux dans son personnage de père, de pompier et d'homme vieillissant.

Si on se réjouit pour Julia Ducournau qu'elle ait reçu la Palme d'Or (Cannes 2021), on ne saisit pas bien la raison de cet honneur.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2024 3 24 /04 /avril /2024 20:41

Pilote d'essai de premier ordre durant de nombreuses années, Pete Maverick Mitchell, toujours pas à la retraite, continue de n'en faire qu'à sa tête contre l'avis de sa hiérarchie.

 

Si vous aimez l'étalage de testostérone, les éternels adolescents, les dialogues qui sous couvert de blâmer le héros lui cirent les pompes et Tom Cruise ce film est pour vous, 

 

Si vous attendez un minimum de finesse dans le dessin des personnages d'une histoire, si vous en avez soupé du règne des gros bras, si vous avez bien grandi depuis le dernier Top Gun (1986) ou si vous préfériez Kelly McGillis à Tom Cruise, passez votre chemin.

Partager cet article
Repost0
25 février 2024 7 25 /02 /février /2024 14:00

Linda, 8 ans, vit seule avec sa maman, Paulette. Pour se faire pardonner d'avoir punie Linda à tort, Paulette s'engage à exaucer sa demande : Linda veut du poulet aux poivrons.

Dès son ouverture poétique et audacieuse pour un film pour enfants, Linda veut du poulet marque son ambition tant sur le fond que sur la forme. "Noire est la nuit où se perd la mémoire et c'est là tout au fond que se cachent les souvenirs. C'est un monde oublié, un véritable empire. Silencieux ils se tiennent en attendant qu'on vienne les repêcher pour les rendre vivants"  dit une voix d'homme à l'accent italien, sur l'image d'une bague qui semble aspirée par un trou noir.

Cette introduction résume en quelques secondes l'importance de l'enjeu de la demande de Linda. Et c'est tous les enfants de la cité, mais aussi un policier et un routier qui vont aider la petite fille et sa maman.

Sur la forme, c'est le dessin faits de quelques traits et la couleur qui dominent. Ainsi, Linda est jaune, sa mère orange, sa tante rose, les policiers bleus et les enfants de toutes les couleurs. Les décors défilent et se transforment dans leur représentation au fil heureux ou malheureux de cette course folle. Trois chansons ponctuent l'aventure. La qualité des dialogues, souvent drôles, est particulièrement mis en valeur par l'interprétation très réaliste de Clotilde Hesme, Laetitia Dosch, Esteban et la jeune Mélinée Leclerc notamment.

Linda veut du poulet ! a reçu le César du meilleur film d'animation.

A voir en VOD sur Arte.tv

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2024 7 21 /01 /janvier /2024 16:16

Toni, 42 ans, élève seule ses 5 ados.

Nathan Ambrosioni dresse une charmante chronique familiale marquée par la délicatesse de son écriture, l'attention soutenue dans le portrait de ses protagonistes et une capacité à dessiner  en quelques traits toute la complexité de la vie de Toni, à la fois, mère de famille, célibataire, proche de ses enfants, ex-vedette, sans réel emploi.

Camille Cottin porte le film parfaitement accompagnée par cinq jeunes comédiens (Léa  Lopez, Louise Labéque, Thomas Gioria, Oscar Pauleau et Juliane Lepoureau), ainsi que par Catherine Mouchet et Guillaume Gouix dans de courtes apparitions. La comédienne est parfaite en femme courage ballottée entre son statut d'ex-chanteuse à succès, l'égoïsme et la difficulté d'être de ses ados et le besoin de se réaliser personnellement.

Un film charmant sans être toutefois particulièrement marquant.

Disponible en VOD.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2023 4 21 /12 /décembre /2023 21:32

Alger, 14 novembre 1956, Fernand Iveton, ouvrier tourneur, dépose une bombe dans un local désaffecté de l'usine à gaz dans laquelle il travaille. 

De nos frères blessés raconte les deux dernières années de Fernand Iveton, français d'Algérie, communiste et militant anticolonialiste, seul européen à avoir été condamné à la guillotine lors de la guerre d'Algérie.

A travers sa rencontre avec Hélène son épouse, son amour pour l'Algérie et les algériens, ses engagements politiques et son procès, le film dessine la personnalité de Fernand et dénonce une condamnation à mort abusive.

Le film formellement un peu grossier vaut pour son témoignage historique et pour la qualité de ses deux interprètes, Vincent Lacoste et Vicky Krieps.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2023 1 20 /11 /novembre /2023 15:56

Indiana Jones fait son grand retour et sans doute ses adieux dans ce 5e opus réalisé et écrit sans ses créateurs Georges Lucas et Steven Spielberg. Mais James Mangold parvient à retrouver ce qui faisait le sel des trois premiers épisodes ( le 4e était totalement raté). 

Dans une scène d'introduction enlevée, à une époque où Indie est plus jeune que jamais, notre héros empêche les nazis, au bord de la défaite, de s'emparer de la machine d'Anticythere créée par Archimède et qui permet de remonter le temps. 25 ans plus tard, on retrouve Indiana Jones dans une salle de cours face à des élèves plus intéressés par le retour de ceux qui ont marché sur la lune que par l'antiquité. Mais Archimède et les nazis ne tarderont pas à remettre Indie en selle avec chapeau et lasso, qui repartira parcourir le monde pour le sauver et atteindre une forme d'éternité.

Courses poursuites, multitudes de pays traversés, nazis, grottes et cryptes à énigmes, insectes répugnants, acolyte encombrant, engueulades et humour.... tous les ingrédients d'un bon Indiana Jones sont réunis Même si on pourra voir ici et là quelques longueurs (2h30 c'est un peu long), l'idée enthousiasmante de la scène quasi-finale justifie qu'on tienne jusqu'au bout. 

Harrison Ford est une fois de plus irrésistible, Phoebe Waller-Bridge parfaite en emmerdeuse futée et Mads Mikkelsen glaçant en méchant aux pieds d'argile

 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2023 1 11 /09 /septembre /2023 17:31

Anaïs, thésarde, jeune, belle et libre, vit à 100 à l'heure. Elle délaisse Raoul son amoureux, puis rencontre Daniel un homme plus âgé, marié à Émilie, écrivaine.

Anaïs Demoustier porte le film, virevoltant de scène en scène entre euphorie et gravité. Le film trace le beau portrait d'une jeune femme éprise d'absolue portée par son désir. A ses côtés, deux sociétaires de la Comédie Française l'incontournable Denis Podalydes et le torride Christophe Montenez, et Anna Canova et Bruno Todeschini, tous les quatre parfaits. Valeria Bruni-Tedeschi marque une fois encore, troublante et troublée, fiévreuse et raisonnable,

Un premier film réussi à voir ou revoir sur arte.tv

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2023 5 25 /08 /août /2023 20:58

En 1944, au Japon, alors que la guerre du Pacifique semble presque perdue, Hiro Onoda est enrôlé dans l'armée de la guerre secrète dont les préceptes sont de rester en vie, de résister quoi qu´il arrive et de ne croire qu'en soit même. Onoda est envoyé sur l´île de Lubang dans les Philippines pour contrer le débarquement des américains. 

Arthur Harari conte l´histoire de ce soldat japonais et des trois hommes qui le suivirent. Pendant 30 ans, il restera convaincu que la guerre n´est pas finie. 

Le scénario d'une grande maîtrise présente un récit au rythme lent contredit par une succession d´événements qui ne laissent aucune place à la lassitude. La realisation, servie par une photographie remarquable, est magistrale alternant plans serrés sur les visages, intensifiant l´enfermement dans la jungle et dans l'abnégation, au nom du devoir et de l'honneur, et les plans larges sur les paysages majestueux, offrant des moments de liberté ou au contraire de mise en danger. Le travail sur le son, extrêmement soigné, qui laisse toute la place aux bruits de l'environnement, participe grandement à nous entrainer dans cette étrange et folle guerre jusqu'à la scène finale qui nous plonge dans une émotion inattendue. Les comédiens, Yuya Endo en tête, sont tous remarquables.

Le film a reçu le Prix Louis-Delluc en 2021 et le César du meilleur scénario en 2022.

A ne pas manquer en Replay sur arte.fr

Partager cet article
Repost0
20 mai 2023 6 20 /05 /mai /2023 14:08

La vie d'Elvis Presley racontée par son manager, le Colonel Parker, qui manipulé le chanteur durant toute sa carrière.

Plus qu'un biopic sur Elvis Presley, le film se concentre surtout sur l'exploitation que le Colonel Parker a fait du chanteur, sa poule aux oeufs d'or. Le film pourrait tout aussi bien porter le nom du Colonel tant sa présence, à commencer par la voix off, hante ce récit. Austin Butler et Tom. Hawks sont parfaits dans ce duo amour-haine.

La qualité de leur interprétation est le seul point positif du film qui présente trop d'images, trop de split-screen, trop de sons, trop de voix off, trop d'infos. Baz Luhrmann sature son film et saoule le spectateur. Au lieu, de nous proposer une ivresse dynamisante, le tourbillon dans lequel il nous plonge nous donne la nausée. Ce trop plein noie les bonnes idées de réalisation et d'ellipses, ne laisse que peu de place à la musique de Presley, qui est saucissonnée, et ne favorise pas l'émotion. Les seuls moments où Luzmann pose sa caméra, permettant aux sentiments de s'exprimer, sont ceux où intervient Priscilla Presley, épouse d'Elvis, peut-être la seule personne qui l'a sincèrement aimé.

Tout cela en 160 longues minutes.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2023 1 20 /03 /mars /2023 16:54

Lucas, 17 ans, vient de perdre son père. Avant de reprendre le lycée, son frère l'invite à le rejoindre une semaine à Paris.

Christophe Honoré revient sur un évènement fondateur de sa vie : la mort de son père alors qu'il était adolescent. Sans que l'on sache ce qui tient de l'autobiographie ou de la fiction, il traite de la violence du passage de l'adolescence à l'âge adulte. Paul Kircher, dans le rôle de Lucas, nous accroche dès les premières minutes. Il est la révélation du film. Vincent Lacoste et Erwan Kepoa Fale sont parfaits. Juliette Binoche, dans le rôle de la mère touche particulièrement.

Malgré cela, le récit lent et contemplatif de 2 heures finit par ennuyer un peu.

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2023 5 17 /03 /mars /2023 21:38

Alain et Marie acquièrent une belle maison dotée d'une trappe qui permet de jouer avec le temps. Un couple d'amis ont eux investi dans un gadget électronique.

Quentin Dupieux propose une fois encore un point de départ intéressant sur le thème de la recherche de la jeunesse et de la performance éternelle. C'est drôle et surtout très bien interprété par Alain Chabat, Léa Drucker, Anaïs Demoustier et Benoît Magimel. Malheureusement, le scénario s'essouffle très vite comme souvent chez Quentin Dupieux.

Partager cet article
Repost0
22 février 2023 3 22 /02 /février /2023 20:28

Franck et Meriem vivent dans une caravane avec leur cinq enfants. Quand ils rencontrent Franck et Anna, un couple d'avocats qui ne parviennent pas à avoir d'enfant, ils leur proposent d'adopter leur bébé à venir, le 6e.

Cette histoire qui conte la détresse de deux couples, l'un endetté et pauvre au point de ne pouvoir assumer l'arrivée d'un nouveau bébé et l'autre déchiré par un manque d'enfant, au scénario sans surprise, repose essentiellement sur la qualité de son casting. Sara Giraudeau, Judith Chemla, Damien Bonnard et Benjamin Laverne sont tous les quatre excellents.

Partager cet article
Repost0
8 février 2023 3 08 /02 /février /2023 17:05

Du 13 au 18 novembre 2015, les recherches de l'Anti-Terrorisme dans la traque des responsables des attentats.

Avant même le visionnage du film, une question se pose : quel est l'intérêt de mettre en images un évènement qui a déjà été énormément documenté ? On s'en remet alors à la créativité du réalisateur et des scénaristes.

A l'issue du visionnage, la question se pose toujours.

Partager cet article
Repost0
8 février 2023 3 08 /02 /février /2023 15:44

1958, quelque part sur la Cote d´Azur, Camille et Georges se rencontrent dans un cocktail où ni elle, ni lui ne sont vraiment invités.  Le début d´une grande histoire d´amour entre deux rêveurs fous.

Régis Roinsard adapte le best seller d´Olivier Bourdeaut et choisi de l´illustrer dans une photographie excessivement propre, qui sert très mal la confrontation de la folie du couple avec le réel. C´est de cette confrontation avec le réel que nait l´émotion. De ce point de vue le film échoue un peu. A cela s´ajoutent des scènes souvent étirées, une certaine lourdeur dans la mise en scène des moments tragiques et une illustration sonore sirupeuse qui, de plus, fait pâle figure face au "Mister Bojangles" de Nina Simone.

Romain Duris, Gregory Gadebois, le jeune Solan Machado-Graner et Virginie Effira sont parfaits. C´est par eux que le charme opère.

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2022 4 15 /09 /septembre /2022 19:16

Benjamin a un cancer du pancréas de stade 4. Crystal, sa mère, l'accompagne dans son parcours vers une mort certaine. Professeur de comédie, il encourage ses élèves à lâcher prise pour se préparer au concours d'entrée au conservatoire.

Dès les premières images, dès les premières notes de musique, dès les premières lignes de texte, il est évident que la tonalité choisie par Emmanuelle Bercot ne sera pas celle de la finesse. Le film alterne scènes de cours de comédie, de débriefing de l'équipe médicale, de discours lénifiants de l'oncologue, d'expression des souffrances psychologiques et physiques de Benjamin, de désespoir de Crystal. 

Les jeunes comédiens sont très bons, dont Lou Lampros qui offre la seule scène sincèrement touchante. Benoît Magimel est, une fois de plus, impressionnant, accompagné par Catherine Deneuve, très bien, dans un rôle à la partition peu flatteuse. Tout leur talent ne suffit pas à sauver le film.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2022 4 21 /07 /juillet /2022 19:52

Charlotte filme Jane pour pouvoir la regarder comme elle n'a jamais osé le faire, empêchée par une pudeur mutuelle qu'elles peinent à surmonter.

Mieux vaut être attaché à ces deux artistes pour apprécier à sa juste valeur cet inédit, beau et pas banal documentaire. Rarement, on se sera approché aussi près de l'intimité d'une personnalité. Ses peurs, ses naivetes, ses manies, son quotidien avec les hommes de sa vie, ses insomnies, ses chiens, sa relation à ses filles, ses deuils, sa maladie... Jane répond aux questions de Charlotte, la rassure aussi parfois quand elle doute. Car ce portrait d'une mère par sa fille dit aussi beaucoup sur Charlotte, mère également.

Cela pourrait être d'une impudeur gênante. Mais, la sincérité de Jane et la douceur de Charlotte auxquels s'ajoutent un humour certain, la qualité du montage et la variété du filmage font de ce film un documentaire captivant et une merveilleuse déclaration d'amour mutuel.

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2022 3 20 /07 /juillet /2022 19:56

Au début des années 80, dans un village de province, Philippe, jeune homme timide et sensible, vit avec son père et son frère Jérôme avec lequel il fait de la radio pirate. Il part à Berlin pour son service militaire.

Tout d'abord le film amuse pour ses références aux années 80, le walkman, les cassettes, les groupes de rock alternatif, le service militaire, l'objectif du P4, le check point Charlie... Plusieurs scènes fortes marquent dont celle d'une très originale déclaration d'amour à base de sample et de boucles sonores que Philippe envoie à Marianne à travers les ondes. Mais, c'est surtout a Philippe que l'on s'attache, à moins que ça ne soit à Timothée Robart, la révélation du film.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2022 1 18 /07 /juillet /2022 20:37

Alexandre, brillant étudiant, fils d'une intellectuelle et d'un célèbre journaliste télé, est accusé de viol par Milla, 17 ans, la belle fille de sa mère

Suzanne Jouannet est impressionnante et Ben Attal (qui a la voix de son père) est tout à fait convaincant. Ils sont excellemment entourés par Charlotte Gainsbourg, Mathieu Kassowitz, Pierre Arditi et Benjamin Lavernhe, Judith Chemla, Audrey Dana. Le film se veut très didactique notamment dans les scènes de procès, incluant témoignages poignants et propos choquants.Pourtant, le film ne convainc pas totalement et ennuie un peu.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2022 2 14 /06 /juin /2022 20:29

Janis, une photographe quarantenaire et Ana, une adolescente, se rencontrent à la maternité alors qu'elles sont sur le point d'accoucher. Leur statut de mère célibataire les rapproche.

Almodovar fait rarement dans la dentelle. Quand le propos porte à rire c'est plaisant, quand le 1er degrés domine c'est un peu ridicule. Cela donne ici, sur des sujets graves, un scénario alambiqué mais sans réelle surprise, des rebondissements et des invraisemblances dignes d'un soap opéra,  une mise en scène et des dialogues de novela. Le film vaut uniquement pour sa référence aux victimes du franquisme auxquels l'Etat espagnol ne donne pas l'attention qu'ils méritent. Almodovar leur consacre malheureusement peu de place dans son récit.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 14:43

Paris, 1942, Rebecca, 19 ans, prend des cours de théâtre et prépare l'entrée au conservatoire. Toute son énergie et sa joie de vivre sont guidés par le plaisir de jouer.

Pour son premier film en tant que réalisatrice, Sandrine Kiberlain convoque un casting de premier choix de jeunes comédiens dont l'excellent Anthony Bajon, l'irrésistible India Haïr et l'irradiante Rebecca Mader, de la Comédie Française, dont la délicatesse de jeu et la fraîcheur portent le film. 

Sur la forme le film, dont la réalisation classique, la photographie élégante et les décors épurés, dans un premier temps séduisent, s'avère sur la durée et au fil du récit étrange. L'histoire ainsi mise en scène devient bancale. Dans cet univers aseptisé, la réalité de la menace nazie est tenue à distance sans qu'on sache très bien si la volonté de la réalisatrice est de nous plonger dans l'aveuglement de son héroïne ou s'il s'agit d'une forme de pudeur. Le choix d'un accompagnement musical mélangeant les époques participe à nous perdre sur ses intentions.

Le récit ne parvient jamais vraiment, à dessiner le portrait de cette jeune fille dans son ensemble composé par sa passion du théâtre, son éveil à l'amour et son statut de juive pendant l'occupation.

 

 

 

Partager cet article
Repost0