SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 15:04

Les musées sont fermés ? Les galeries sont closes ? Qu'à cela ne tienne ! Le toujours surprenant Philippe Geluck, nous invite à changer d'air sur les Champs-Elysées où il expose en extérieur, 20 statues monumentales de son fameux Chat.

De 2 mètres de haut, en bronze, chaque oeuvre expose Le Chat dans une situation cocasse, satirique, poétique, successivement bourreau et victime. Philippe Geluck, a pioché dans ses près de 15 000 dessins, 20 saynètes ne nécessitant aucun dialogue (à l'exception d'une, "Le Parleur"). On y retrouve le goût prononcé de l'artiste pour l'absurde et son regard corrosive sur notre société.

Ce Chat en trois dimensions, toujours tout en rondeur et accompagné de ces victimes-complices, oiseaux et souris, conserve toute son efficacité. Et nous regarde, impassible, pouffer dans nos masques.

L'exposition "Le Chat déambule" est présentée, côté Jardins des Champs-Elysées, entre le Rond-point et la place de la Concorde jusqu'au 25 juin. L'exposition sera ensuite présentée à Caen, Bordeaux et à l'étranger.

Les œuvres sont en vente à 300 000€ pièce. L'argent récolté servira à la création du musée dédié au Chat et au dessin humoristique que Philippe Geluck prévoit d'ouvrir en 2024 à Bruxelles.

 

Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Partager cet article
Repost0
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 12:47

La 11e édition du festival de la jeune photographie européenne ne pouvant se dérouler comme chaque année au 104, les organisateurs nous invitent à visionner le travail des photographes sélectionnés sur le site : https://www.festival-circulations.com.

La vidéo ci-dessous commandée par les organisateurs, le comité artistique Fetart et réalisée par Jeremy Vissio, vous propose une visite guidée de l'exposition in situ.

La RATP est, cette année encore, partenaire du festival et présente plusieurs photographes aux stations Saint Denis, Hôtel de Ville, Chatelet, Les Halles, Madeleine  Jaures, Saint-Michel, La Chapelle, Gare de Lyon, Pyramides  Luxembourg, Bir Hakeim, Nanterre.

Présentation video des artistes 2021

Partager cet article
Repost0
17 mars 2021 3 17 /03 /mars /2021 21:39

La galerie Thierry Bigaignon présente 27 photographies prises par Rémi Noël dans l'ouest américain entre 1994 et 2019.

Composés pour porter une idée, un jeu d'esprit, une astuce, ces clichés ont la beauté élégante du noir et blanc et déclenchent le sourire par leurs messages ludiques. Sympathique.

Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Partager cet article
Repost0
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 19:18

Galleria Continua, créée en 1990 à San Gimignano en Italie et aussi présente à Rome, en Chine, à Cuba et au Brésil, ouvre une nouvelle galerie en France. Après une implantation en Seine et Marne en 2007, Galleria Continua investit les 800m2 du 87 rue du Temple.

JR est le commissaire de la première exposition : Truc à faire.. Dans l'espace quasi intact de cet ancien grossiste en maroquinerie, les produits d'épicerie italienne, cubaine, brésilienne... côtoient sur les étagères des œuvres des artistes Maison. Des paniers de supermarché accueillent le visiteur qui peut faire ses emplettes entre huile d'olive, livres et œuvres d'art. Kader Attia, Ivan Capote, Ai Weiwei, Leandro Erlich, JR, Pascale Marthine Tayou, Kiki Smith... une trentaine d'artistes sont représentés.

Les coins et recoins du lieu donnent à cette visite une part ludique nouvelle, celle de la découverte d'un lieu au fort potentiel amené à se transformer au fil des expositions.

Galleria Continua fêtait ses 50 ans au 104 en octobre 2015, lire l'article ICI

Exposition Sphères Ensemble au 104 en octobre 2017, lire l'article ICI

 

Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Partager cet article
Repost0
9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 20:12
Soutenons nos artistes

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 14:23

Le musée de l'Orangerie retrace, de 1906 à 1918, le développement de l'art Métaphysique dans l'oeuvre de Chirico. L'exposition présente ainsi, en 90 documents dont 50 peintures, le parcours et les influences artistiques et philosophiques qui ont nourri le peintre, de Munich où il a débuté, à Paris où il a rencontré André Breton, Paul Eluard et Guillaume Appolinaire et à Ferrare où il fréquenta Carlo Carra et Giorgio Morandi, dont des oeuvres sont également présentées ici.

L' exposition est l'occasion unique (une des dernières peut-être) de réunir des oeuvres prêtées par de prestigieux musées internationaux, tels le MoMA de New-York, la Tate de Londres, le Moderna Museet de Stockolm, le Philadelphia Museum of Art.

Cette belle exposition, qu'on aurait aimé plus longue, offre la possibilité de rendre visite aux toujours impressionnants Nympheas de Monet.

Lire l'article sur l'exposition De Chirico au Musée d'Art Moderne en 2019

 

Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Partager cet article
Repost0
6 août 2020 4 06 /08 /août /2020 20:05

Le musée d'Orsay présente une rétrospective des œuvres de James Tissot. La dernière avait eu lieu en 1985 au Petit Palais. C'est d'ailleurs au Petit Palais, en 2018, dans le cadre de l'exposition "Les impressionnistes à Londres" que James Tissot s'était rappelé à nous.

Orsay expose une centaine d’œuvres du peintre Nantais qui fit ses classes à l'école parisienne avant de s'épanouir de l'autre côté de la manche. Sa production anglaise est sans doute la plus immédiatement  séduisante. La modernité de son cadrage, la photogénie de ses mises en scène, la précision de ses représentations, le volume des étoffes, le grain des matières séduisent d'emblée. Ses peintures semblent des instantanés dans lesquels un des personnages prend en flagrant délit d'un regard ou d'un geste le peintre indiscret. D'autres peintures se moquent gentiment de leurs protagonistes, la gêne ou l'incongruité de la situation apparaissant nettement. Les portraits, se présentent dans des poses décontractées d'une étonnante modernité pour les représentations de l'époque.

L'exposition "James Tissot, l'ambigu moderne" est à voir jusqu'au 13 septembre.

James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay

La visite de l'exposition est l'occasion de revoir les collections permanentes qui regorgent de chefs d'oeuvre réalisés par d'illustres et moins illustres peintres internationaux.

James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
James Tissot, l'ambigu moderne au musée d'Orsay
Partager cet article
Repost0
5 août 2020 3 05 /08 /août /2020 17:05

C'est dans des conditions particulières que se déroule la 10e édition du Festival de la jeune photographie européenne. Prévu du 14 mars au 15 avril, covid oblige, le festival a été reporté cet été jusqu'au 9 août et reprendra du 25 au 31 août.

Cette édition confirme la tendance forte et désormais majoritaire à présenter des oeuvres conceptuelles, d'art visuel, dans lesquelles la photographie n'est qu'accessoire ou disparait totalement. La grande majorité des artistes présente des installations aux sujets maintes fois rebattus qui se révèlent difficilement sans les explications des cartels. Est-ce la recherche du concept qui déshumanise un grand nombre d'œuvres alors que l'humanité est au coeur des sujets abordés ?

La découverte des photos (2 oeuvres seulement au 104) de Tamara Eckardt apporte un grand souffle d'humanité. L'artiste présente le projet "The Children of Carrowbrowne", des portraits des enfants du voyage qui vivent près d'une décharge en Irlande. Un sujet que l'artiste allemande aborde frontalement en utilisant la puissance brute de son art. Découvrez ses photos ci-dessous et sur le site https://tamaraeckhardt.com/

Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Partager cet article
Repost0
2 février 2020 7 02 /02 /février /2020 16:54

Romain Froquet, artiste urbain a qui l'on doit notamment l'aire de jeu du jardin Nelson Mandela aux Halles, est l'invité du Pavillon Carré de Baudouin dont il investit le mur de la rue Menilmontant et les salles d'exposition.

"Lignées" est composées d'oeuvres créées in situ. De grandes installations qui explorent la ligne, courbe ou droite, qui unit ou qui se rompt.

L'exposition s'ouvre sur "Highway" mettant en scène les enchevêtrements des routes que l'artiste reproduit, après zoom et recadrage, en bas relief de plexiglas et métal. Chaque oeuvre porte pour nom ses coordonnées GPS. A l'étage, une vidéo "aérienne" met en scène des personnes jouant comme avec un tetrix à assembler chaque pièce.

La salle suivante plonge le visiteur dans un sous-bois avec odeur et bruit des feuilles que l'on écrase et branches de peupliers.  "Le mus de Loup" met en scène les arabesques dessinées par les branches des arbres, la nature symbole de vie, racines des hommes.

A l'étage, on trouve des sculptures en gaines électriques, autres lignes créatrices de lien.

Dans la grande salle dont les murs et le sol sont peints de vastes lignes, l'artiste invite les visiteurs à transformer l'oeuvre à l'aide de carrés de toile de lin peintes qu'ils peuvent disposer comme ils le souhaitent. De spectateur extérieur, le visiteur devient acteur en entrant dans l'oeuvre et en la transformant.

Entrée gratuit. A voir jusqu'au 25 avril 2020.

 

Romain Froquet "Lignées" au Pavillon Carré de Baudouin
Romain Froquet "Lignées" au Pavillon Carré de Baudouin
Romain Froquet "Lignées" au Pavillon Carré de Baudouin
Romain Froquet "Lignées" au Pavillon Carré de Baudouin
Romain Froquet "Lignées" au Pavillon Carré de Baudouin
Romain Froquet "Lignées" au Pavillon Carré de Baudouin
Romain Froquet "Lignées" au Pavillon Carré de Baudouin
Romain Froquet "Lignées" au Pavillon Carré de Baudouin
Romain Froquet "Lignées" au Pavillon Carré de Baudouin
Romain Froquet "Lignées" au Pavillon Carré de Baudouin
Romain Froquet "Lignées" au Pavillon Carré de Baudouin
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2019 6 02 /11 /novembre /2019 17:53

La fondation Cartier-Bresson présente une exposition consacrée aux deux longs séjours en Chine effectués par HCB. Celui de 1948-49 à la veille de l'avènement de la Republique Populaire de Chine, et 10 ans plus tard.

Le photographe documente le basculement du nationalisme vers le communisme au fur et à mesure de son périple, de Shanghai à Hong Kong en passant par Hangchow (pèlerinages boudhistes) et Nankin. Au plus près de la population, ses photographies témoignent de la vie traditionnelle, du désoeuvrement de la population, du basculement politique et de l'industrialisation à marche forcée.

En 1958, à Pékin, le photographe voit ses déplacements entravés  par le pouvoir. Sa visite téléguidée ne l'empêche pas de montrer la violence de la Chine de Mao notamment l'exploitation des hommes au travail et la propagande omniprésente.

Ces deux séries de photos ont été publiées dans de nombreuses revues dans le monde dont Life commanditaire des reportages.

Plus de 150 oeuvres sont exposées. A voir jusqu'au 2 février 2020.

Henri-Cartier Bresson, Chine 1948 - 1958
Henri-Cartier Bresson, Chine 1948 - 1958
Henri-Cartier Bresson, Chine 1948 - 1958
Henri-Cartier Bresson, Chine 1948 - 1958
Henri-Cartier Bresson, Chine 1948 - 1958
Henri-Cartier Bresson, Chine 1948 - 1958
Henri-Cartier Bresson, Chine 1948 - 1958
Henri-Cartier Bresson, Chine 1948 - 1958
Henri-Cartier Bresson, Chine 1948 - 1958
Henri-Cartier Bresson, Chine 1948 - 1958
Henri-Cartier Bresson, Chine 1948 - 1958
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 13:00

Le Petit Palais consacre une très belle exposition au sculpteur et dessinateur italien Vincenzo Gemito. Né en 1852 à Naples, l’artiste y a effectué l’essentiel de sa carrière, à l’exception de quelques années passées à Paris qui lui ont apporté la célébrité.

Enfant trouvé, élevé dans les rues de Naples, Gemito a consacré une grande partie de son œuvre à l’enfance des rues.

Ses sculptures saisissent par leur grande expressivité et l’ensemble de son œuvre par sa modernité.

Le Petit Palais présente 120 sculptures et dessins dans une belle scénographie, sobre et élégante, et une mise en lumière des œuvres particulièrement soignée. 

Une très belle exposition à voir jusqu’au 26 janvier 2020.

Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 12:16

A l’occasion du bicentenaire de Gustave Courbet, le Petit Palais présente, dans un accrochage inspiré des Salons du XIXe siècle, une dizaine d’œuvres de Courbet en regard de quinze toiles de Yan Pei-Ming, grand admirateur du peintre français. Si l'intérêt du face à face peut laisser dubitaif, les toiles de Yan Pei-Ming impressionnent particulièrement.

A voir jusqu’au 19 janvier 2020.

Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2019 6 19 /10 /octobre /2019 13:51

Le Petit Palais et l’avenue Winston-Churchill accueille une trentaine d’œuvres dans le cadre de la FIAC.

On retrouve, entre autres, sur l’avenue « piétonisée  » envahie de Food trucks et de tables de pique-nique, la machine à barbe à papa de Vivien Roubaud, une œuvre de Julien Creuset, un camion de Nicolas Momein, une Fiat 500 par Richard Jackson. Devant le Petit Palais, une imposante chauve-souris de Johan Creten, une œuvre dite anthropomorphique de Saint Clair Chemin.

La partie la plus intéressante se situe dans le Petit palais. La beauté du bâtiment 1990 flatte les œuvres qui ont été installées dans la galerie Sud, le péristyle et le jardin.

L’installation « Le proverbe turc » d’Erik Dortmund, le tableau « Les grands fonds » de Pierre Alechinsky, les sculptures en résine de Gaëtan Pesce, en bronze de Kiki Smith, en verre (et la tapisserie) de Laure Prouvost interpellent particulièrement.

Accès gratuit.

A voir jusqu’au 20 octobre.

 

FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2019 5 18 /10 /octobre /2019 21:06

Cette année encore la FIAC investit les jardins des Tuileries et la place de la Concorde, deux écrins exceptionnels qui donnent une dimension toute particulière aux œuvres exposées.

Parmi les artistes représentés, on remarque Pierre Ardouvin, Calder, César, Mark di Suvero, Ida Eklab, Sylvie Fleury, Richard Jackson, Alex Katz, Matthew Monahan, Sagna Moulton, Moataz Nasr, Younès Rahmoun, Vladimir Skoda, Tomi Ungerer, Cécile Bendixen, Carlos Cruz-Diez, Odile Decq, Jean Prouvé...

La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2019 5 18 /10 /octobre /2019 20:50

Depuis 2012, la FIAC convie un artiste à investir la Place Vendôme. Yayoi Kusama avait accepté l’invitation et inspirée par ses thèmes récurrents produit une superbe citrouille jaune recouverte de pois. L’œuvre gonflable d’une superficie de 10m carré s’avérait être une des plus imposantes de l’artiste.
Installée en début de semaine, elle a dû être démontée ce jeudi car trop instable par coup de vent.

Reste sur la place trois cartels et des amateurs de l’artiste à la recherche de la citrouille envolée.

FIAC 2019 : Rendez-vous manqué avec Yayoi Kusama
Partager cet article
Repost0
11 octobre 2019 5 11 /10 /octobre /2019 21:27

Pour sa réouverture après un an de travaux, le MAM de Paris ouvre ses portes et ses collections temporaires gratuitement tout le week-end.

La fête a débuté ce vendredi avec à l'extérieur des DJ sets de Patrick Vidale et Eugène Delation. A l'intérieur un big band anime la visite du nouvel accrochage des collections permanentes et de ceux de deux expositions temporaires. You, La collection Lafayette Anticipations qui présente des artistes contemporains.

Et surtout une très belle retrospective des oeuvres du peintre Hans Hartung pionnier de l'abstraction lyrique. Pas moins de 400 oeuvres sont présentées chronologiquement dans un accrochage aéré laissant place à l'expression de chaque création.

Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Partager cet article
Repost0
14 septembre 2019 6 14 /09 /septembre /2019 18:12

 

Le musée du Jeu de Paume propose une retrospective de la photographe Virginienne, Sally Mann.

40 de travail sont représentés en commençant et en finissant par les photographies familiales mettant ses enfants en scène, en passant par une série de paysages, de témoignages de la ségrégation particulièrement prégnante dans l'Etat de Virginie et d'un hommage à Gee Gee sa nounou.

L' enfance, l'innocence, l'amour sans concession, le temps qui passe, la mort, la condition des noirs et l'aveuglement des blancs... les sujets abordés par Sally Mann sont plus intéressants que la plupart des oeuvres qui en sont nées. Les deux vidéos où l'artiste parle de son travail et de son rapport au segregationnisme sont les parties les plus intéressantes.

Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Sally Mann au Jeu de Paume
Partager cet article
Repost0
3 août 2019 6 03 /08 /août /2019 15:06

Le Palais Galliera, fermé pour travaux, investit le musée Bourdelle. Cette exposition dédiée au vêtement vu de dos, est présentée comme une réaction au diktat du marketing qui ne montre, le plus souvent, le vêtement que de face. Les dos sont pourtant tout aussi, si ce n'est plus, intéressants que la face. Traînes, décolletés, fermetures élaborées, accessoires étranges... l'inventivité des créateurs s'y épanouie. On peut y voir des œuvres des grands noms de la haute couture et du prêt à porter dont la robe que Guy Laroche créa pour Mireille Darc, des créations de Jean-Paul Gaultier, toujours aussi surprenant, la robe de Martine Sitbon dont la photographie de Jean-Louis Seff illustre l'affiche de l'exposition, un corset en métal d'Alexander Mc Queen, une très belle robe de soirée de Karl Lagerfeld pour Chloé...

Les vêtements sont accompagnés des œuvres du maître Bourdelle. Cette cohabitation du tissus et de la pierre donnent à cette exposition un parfum particulier, que la beauté des lieux sert un peu plus encore.

A voir jusqu'au 17 novembre 2019

Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle
Partager cet article
Repost0
23 juin 2019 7 23 /06 /juin /2019 20:11

Il ne reste plus qu'un mois pour visiter l'exposition Hammershoi.

Le musée Jacquemart-André présente une quarantaine d’œuvres du maître Danois et 6 œuvres illustrant ses liens avec Svend Hammershoi (son frère), Peter Ilsted et Carl Holsoe.

Les peintures d'Hammershoi, particulièrement les intérieurs habités parfois par une femme, celle du peintre, seule, de dos ou concentrée sur son ouvrage, évoquent le silence et une certaine solitude. On se surprend à penser au travail d'Edward Hopper. Très graphiques, ces œuvres soignent la lumière où dominent les tons gris et beiges. Leur cadrage et leur minimalisme les rend intemporelles. Les paysages, ici exposés, dénués de personnages et épurés au maximum, impressionnent moins si ce n'est "le collège juif" et "Paysage-1900" presque abstrait.

A voir jusqu'au 22 juillet.

Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Hammershoi au musée Jacquemart-André
Partager cet article
Repost0
25 mai 2019 6 25 /05 /mai /2019 16:07

Le Pavillon Carré de Baudouin poursuit son cycle sur la photographie (après les œuvres de Willy Ronis et de William Daniels) en accueillant Sylvain Cripoix.

Ce photographe français est spécialisé dans les photographies de rue et les portraits. Il présente ici des œuvres réalisées durant ces 15 dernières années, divisant l'exposition en quatre thématiques : les portraits, les photos de concerts, celles prises à Cuba les jours qui ont suivi la mort de Castro et une grande série sur Paris.

 

Si tout n'interpelle pas, plusieurs photographies accrochent particulièrement l’œil.

A voir jusqu'au 31 août. Entrée libre.

 

Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Sylvain Gripoix "Tout ce qui parade" au Pavillon Carré de Baudouin
Partager cet article
Repost0
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 18:03

La 9e édition du Festival Circulation(s) se déroule jusqu'au 30 juin au 104.

Le festival met en avant une trentaine de photographes européens sélectionnés par  un jury de professionnels. Cette année, encore, l'accent est mis sur des artistes plus plasticiens que "simples" photographes. Pour nombre d'entre eux leurs œuvres photographiques ont peu d'attrait esthétique et ne prennent de valeur qu'une fois leur concept expliqué. 

Les amateurs de photographies plus classiques, offrant un intérêt esthétique ou documentaire, trouveront leur compte chez quelques photographes exposés dont ceux ci-dessous.

 

 

Emile Ducke - Diagnosis

Ce photographe Allemand est sans contexte le coup de cœur de ce festival. Il y présente une série de photos réalisées dans le Saint Lukas, l'un des cinq trains médicaux qui se rendent dans les villes reculées de Russie, là où les médecins et les hôpitaux manquent. www.emileducke.de

 

 

 

 

Nelson Miranda Fundação Lar do Emigrante Português no Mundo

Cet architecte et photographe Portugais présente ses photographies réalisées dans les ruines de la Fondation « Foyer de l’Émigré Portugais dans le monde », une ville partiellement construite dans les années 1980 pour accueillir des migrants arrivant au Portugal. Abandonné, le lieu est vandalisé est occupé par des groupes d’extrême-droite.

www.nelsonmiranda.pt

 

 

 

Ruben Martin de Lucas Minimal Republics

Ce photographe-vidéaste espagnol, expose une série de photos réalisées sur 100 m² de terrain transformés en " micro-états éphémères" de 24 heures, de forme géométrique. Une réflexion sur la nature artificielle et éphémère de toute frontière. www.martindelucas.com

 

 

 

Jaakko Kahilaniemi - 100 Hectares of Understanding 

Les forêts en Finlande occupent 71,6% de la surface du pays. Jaakko Kahilaniemi, photographe Finlandais, en possède 100 hectares et cherche à créer de nouvelles manières de penser et de ressentir la forêt. www.jaakkokahilaniemi.com

 

 

 

Felicia Simion - Ethnographies
Cette photographe et plasticienne roumaine, témoigne des coutumes et des manifestations folkloriques de la Roumanie rurale contemporaine, dans un contexte de dépeuplement et de migration. 

www.feliciasimionphotography.com

 

 

 

 

Birgit Püve - Estonian Documents 

Photographe Estonienne, Brigit Püve expose plusieurs portraits de ses concitoyens. Elle considère que l'histoire d'un pays peut se lire sur les visages connus ou anonymes.

www.birgitpuve.com

 

 

Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Festival Circulation(s) au 104
Partager cet article
Repost0
9 mai 2019 4 09 /05 /mai /2019 20:01

Samuel Courtauld était un industriel et mécène anglais qui dans les années 20 se constitua une collection d'art impressionniste, soutenant plus particulièrement Seurat et Cézanne.

110 œuvres impressionnistes et post-impressionnistes, dont une soixantaine de peintures, sont exposées. Ces œuvres sont prêtées par la galerie Courtauld actuellement en travaux.

L’ensemble est présenté dans une scénographie classique et sage, sans doute pour laisser toute la place aux seules œuvres pour la plupart remarquables.

On compte parmi les peintres exposés Modigliani, Boudin  Daumier, Degas, Seurat, Matisse, Turner, Pissaro, Le Douanier Rousseau, Toulouse Lautrec, Sisley.... dont des œuvres phare telles "Un  bar aux Folies bergère" de Manet, "La loge" de Renoir, "La gare Saint-Lazare" de Monet, "Nevermore" de Gauguin, "Autoportrait à  l'oreille bandée", de Van Gogh, " Les joueurs de carte" de Cézanne"...

A voir jusqu'au 17 juin 2019.

 

 

 

La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
Partager cet article
Repost0
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 12:36

Le Palais de Tokyo lance sa nouvelle campagne publicitaire "Idées Libres" avec l'agence BETC.

Après une campagne d'affichage dans le métro, c'est au tour des cinémas d'accueillir cette nouvelle communication avec deux films réalisés par Chloé Bailly, dont celui-ci, simple, efficace et drôle. 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2019 6 06 /04 /avril /2019 16:46

Après l'exposition Willy Ronis, le Pavillon Carré de Baudouin poursuit son cycle sur la photographie humaniste et sociale en accueillant William Daniels. Ce photographe documentaire français réalise des reportages de longue durée dans des zones du monde en souffrance telles la Centrafrique, le Bangladesh, l'Inde, le Mali, la Russie, la Lybie, le Kirghizistan, la Syrie...

Prés de 60 photographies sont présentées, souvent en très grand format, dans une scénographie classique dans les trois premières salles et de façon plus spectaculaire dans la dernière salle de l'étage.

Les photos sont très belles et témoignent de la souffrance du monde, dans son infinie diversité.

 

Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Exposition "Wilting Point" de William Daniels au Pavillon Carré de Baudouin
Partager cet article
Repost0
30 mars 2019 6 30 /03 /mars /2019 15:43

La pyramide de Ieoh Ming Pei fête ses 30 ans ce 31 mars 2019.

Pour l'occasion JR a été invité à créer une oeuvre. Il a choisi d'utiliser l'anamorphose pour faire découvrir les fondations de la pyramide.

Une performance artistique remarquable par la créativité et l'énergie déployée ; on pense aux calculs qu'elle nécessite et aux 400 volontaires qui ont posé prés de 2000 lés de 10 mètres chacun ; mais qui a pour limite de ne pouvoir être admiré à l’œil nu. S'agissant d'une anamorphose visible uniquement du toit du musée, une caméra posée au point d'anamorphose permet de projeter sur deux écrans installés dans la cours Napoléon l'effet attendu.

L'anamorphose que JR avait effectuée en 2016, et qui consistait à faire disparaître la pyramide, avait l'avantage d'être visible sans écran. Cette fois, en mode piéton, cela ne donne pas grand chose, si ce n'est le bruit particulier provoqué par le papier qui crisse sous les pas.

A voir pendant deux jours samedi 30 et dimanche 31 mars.

JR fête les 30 ans de la Pyramide du Louvre
JR fête les 30 ans de la Pyramide du Louvre
JR fête les 30 ans de la Pyramide du Louvre
JR fête les 30 ans de la Pyramide du Louvre
JR fête les 30 ans de la Pyramide du Louvre
JR fête les 30 ans de la Pyramide du Louvre
JR fête les 30 ans de la Pyramide du Louvre
JR fête les 30 ans de la Pyramide du Louvre
JR fête les 30 ans de la Pyramide du Louvre
JR fête les 30 ans de la Pyramide du Louvre
JR fête les 30 ans de la Pyramide du Louvre
Partager cet article
Repost0