SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 20:12
Soutenons nos artistes

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2021 1 18 /01 /janvier /2021 19:13

Il formait avec Agnès Jaoui un fabuleux duo d'auteurs. Leurs pièces de théâtre adaptées au cinéma (Cuisine et dépendance, Un air de famille) les ont faits connaître du grand public, les faisant entrer directement dans le panthéon du cinéma français.

Leurs scénarios, leurs dialogues, leurs portraits grinçant d'une certaine société, à laquelle ils pouvaient parfois appartenir, sont précis, vachards, sensibles et drôles.

Ils écrivaient pour lui, acteur, et pour elle, actrice et réalisatrice (Le goût des autres, Comme une image, Parlez-moi de la pluie, Au bout du conte, Place publique) et, à deux reprises, pour le maître Alain Resnais (Smoking, no smoking et On connait la chanson).

Il se donnait souvent le rôle du type bougon, mal luné, revenu de tout, même s'il n'aimait pas qu'on le réduise à ces rôles là. Car Jean-Pierre Bacri était un grand comédien qui a su incarner des personnages bien différents pour Nicole Garcia, Claude Pinoteau, Luc Besson, Joël Santoni, Jean-Pierre Mocky, Jean-Marie Poiré, Alain Chabat, Gérard Krawczyk, Alain Resnais, Cédric Klapisch, Noémie Lvovsky, Pascal Bonitzer, Michel Leclerc, les bankables Olivier Nakache et Eric Toledano...

La profession a, à de nombreuses reprises, saluer son talent de comédien au théâtre (Molière en 2017) comme au cinéma (César en 1998 auquel s'ajoute près d'une dizaine de nominations) ainsi que ses qualités d'auteur (entre autres 1 Molière en 1992 et 4 César du meilleur scénario avec Agnès Jaoui).

En ce lundi 18 janvier, le cinéma perd un grand comédien et avec lui l'univers grinçant, moqueur et singulier du duo Jaoui-Bacri.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 21:14

Claude Brasseur a incarné plus d'une centaine de personnages à la télévision, au cinéma et au théâtre. Mais c'est d'abord Eugène-Francois Vidocq, Serge d'une Histoire Simple, le père de Vic et Daniel, l'ami indéfectible d'Etienne, Simon et Bouly qui nous sautent au coeur au moment de sa disparition.

Nous irons sans doute tous au paradis, mais il est  vraiment temps que ce confinement des lieux de culture cesse. Afin que nous passions à nouveau plus de temps à  célèbrer le spectacle vivant qu'à pleurer ses morts.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2020 5 20 /11 /novembre /2020 19:46

 

Michel Robin. Il a toujours été là.

A la télévision, au cinéma et au théâtre.

Il fait partie de ces comédiens magnifiques et discrets auxquels on s'attache rapidement.

Ils sont là souvent, traversent le temps.

Pas au premier plan mais indispensables.

Et l'apparition de leur visage est un rendez-vous inattendu qui toujours nous ravie.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2020 4 08 /10 /octobre /2020 20:37

On l'a vu très souvent dans des seconds rôles essentiels. Sa présence dans un film de cinéma ou de télévision c'êtait "au moins ça de gagner", un gage que du talent serait au moins là,  porté par ce grand comédien. Inoubliable dans Un air de famille, il apporte aussi son élégance à L' auberge espagnol, Polisse, J'accuse...

C'est le théâtre qui l'a sans doute le mieux accueilli comme en 2016 au théâtre de l'Oeuvre dans Qui a peur de Virginia Wolf avec Dominique Valladier. On pourra le revoir sur grand écran en février prochain dans le nouvel OSS 117.

Wladimir Yordanoff est décédé ce 6 octobre à l'age de 66 ans.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2020 1 21 /09 /septembre /2020 19:35

Dernier souvenir personnel de Michaël Lonsdale sur grand écran : en 2014, Maestro de Lea Fazer. Il y porte le rôle titre celui du maître que fut Eric Rohmer pour Jocelyn Quivrin le temps d'un tournage, impressionnant et bienveillant.

Premier souvenir personnel de Michaël Lonsdale dans un film de cinéma : Baisers Volés de François Truffaut, il y joue le mari un peu inquiétant, un peu dérangeant de Fabienne Tabard interprétée par Delphine Seyrig irrésistible pour Antoine Doinel-Jean Pierre Leaud.

Avec sa voix et sa diction si particulière qui pose d'emblée la singularité du personnage,  Michaël Lonsdale a beaucoup joué au théâtre et a toujours tourné plusieurs films par an. Dans des rôles plus ou moins importants, il a appliqué son empreinte dans des styles cinématographiques d'une grande variété : de Monsieur Klein de Joseph Losey à un James Bond (Moonraker), d'Indian Song de Duras à Hybernatus d'Edouard Molinaro, mais aussi dans Le Procès d'Orson Welles, Au Nom de la Rose de J.J.Annaud, Les Vestiges du jour de James Ivory, Les Acteurs de Bertand Blier, Nelly et Monsieur Arnaud de Claude Sautet, Chut! de J.P Mocky, Bancs publics de Bruno Podalydès, Munich de Steven Spielberg, Stavinsky d'Alain Resnais...

Dans près de 200 rôles dont celui que lui offrit Xavier Beauvois. Dans Des hommes et des Dieux, Michaël Lonsdale, qu'habitait une foi profonde, y incarnait Frère Luc Dochier. Inoubliable.

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 15:08

Les grands compagnons de route de Claude Sautet tirent leur référence en ce mois de mai. Après Michel Piccoli, c'est Jean-Loup Dabadie qui vient de nous quitter. Co-scénariste et dialoguiste de Sautet (César et Rosalie, les Choses de la vie, Max et les ferrailleurs, Vincent,François, Paul et les autres...), il a travaillé également avec Yves Robert (Un éléphant..., Courage fuyons...), François Truffaut (Une belle fille comme moi), Jean-Paul Rappeneau (Le sauvage), Claude Pinoteau (La gifle,...), mais aussi Lautner, Girod, de Brocca....

Nombres de répliques qui ont marqués ces films et notre panthéon cinématographique sont nées sous sa plume.

Il a aussi participé à l'histoire de la chanson française en écrivant pour de nombreux artistes dont Julien Clerc (Ma préférence,...) et Michel Polnareff (Lettre à France,...).

Son sens de la formule et des bons mots l'avait aussi amené à écrire des sketchs pour Palmade, Robin, Joly et surtout Guy Bedos.

Il était également la voix du cinéma au sein de l'Académie Française depuis 2008.

Ci-dessous, les mots de Dabadie dits par Romy Schneider, un des moments de grâce de "César et Rosalie" de Claude Sautet.

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 19:15

Simon Dame, Paul Javal, Edgar Pisani, Nutthecio, Monteil, Dom Juan, Jacques Granville, René Cabourg, Pierre, le comte Philippe de Saint-Germain, Henri Husson, Charles, Gresillo, Monsieur le ministre, Michel, Pierre Losseray, Edmond Leroyer,José Viss, Frédéric Mallaire, Max Baumstein, Akiva Liebskind, Graham Tombsthay, Simon Lerner, Marc, le paltoquet, Leontes, Milou, Edouard Frenhofer, Désiré, Simon Cinéma, George Didier, le Prince de Conti, Ariel, Melville, un homme sans nom... Inquiétant, autoritaire, lâche, héroïque, touchant, criminel, manipulateur, manipulé, amoureux transit... Michel Piccoli a donné vie à plus de 200 personnages qui ont marqué puissamment notre cinéma. Il fut, notamment, le double à l'écran de Claude Sautet qui lui offrit Simon, François, Pierre, Max et Félix, héros inoubliables.

Michel Piccoli est parti ce 12 mai.

Partager cet article
Repost0
21 février 2020 5 21 /02 /février /2020 23:11

Il y a des comédiens qui vous explosent au coeur d'un coup, comme une apparition, une révélation. Dans La Prière de Cédric Kahn, Anthony Bajon a fait cet effet là à beaucoup de monde. A la biennale de Berlin d'abord où il a reçu le prix du meilleur comédien et aux César ensuite où il fut nommé comme espoir sans être récompensé.

En se penchant sur sa très courte filmographie, on s'est rendu compte qu'on avait déjà croisé ce visage poupin, dans une apparition, pourtant marquante, dans un film non moins marquant. Pour son premier rôle, dans Les Ogres de Léa Fehner, Anthony, déjà très juste, se faisait gentiment piéger par Adèle Haenel et Marc Barbe.

Depuis, toutes ses interprétations plus ou moins importantes, dans des films plus ou moins réussis, ont saisis. Dans le raté Maryline de Galienne, le surprenant Tu mérites un amour de Hafsia Herzi, le populaire Au nom de la terre de Bergeron, son physique de gamin aux joues rondes, au regard tendre, à la carrure de travailleur et à la présence imparable ont marqué chaque fois avec autant de force.

Son talent sans arrogance, son charme naturel et la vérité de ses interprétations font de lui un très beau comédien singulier et extrêmement sympathique. Un futur très grand qui l'est déjà un peu, beaucoup.

 

Partager cet article
Repost0
29 août 2019 4 29 /08 /août /2019 20:19

S'il fallait n'en garder que trois :

 

- Les Dames de la côte de Nina Companez, à la télévision

 

- Collaboration de Ronald Harwood, au théâtre

 

- Un Dimanche à la campagne de Bertrand Tavernier, au cinéma

 

trois souvenirs immédiats et indélébiles de Michel Aumont.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2019 1 15 /04 /avril /2019 17:40

Au cinéma, sa présence singulière nous avait déjà interpellé mais c'est, en 2012, avec Camille Redouble de Noémie Lvovsky que son nom s'est imprimé dans notre mémoire. Au théâtre, elle avait déjà une beau parcours dont deux années comme pensionnaire à la Comédie Française.

Depuis, on guette toujours avec un intérêt particulier sa personnalité ambivalente, son physique menu, son sourire discret et ce regard qui semble couvrir des paysages qui nous sont inaccessibles.

Si elle se fait trop rare au cinéma, on a pu l'apercevoir chez Téchiné, Toledano et Nakache, Hansen-Love, c'est Michael Hers, en 2015, et Ce sentiment de l'été qui nous la rend vraiment avec un rôle à sa mesure.

Puis et surtout, en 2017, Stéphane Brizé lui offre le rôle de Jeanne dans son adaptation de Une Vie de Guy de Maupassant. Judith Chemla prête à Jeanne sa fragilité et sa force, sa fraîcheur et sa noirceur. Elle y est impressionnante d'incarnation.

Tout comme dans "Traviata, vous méritez une vie meilleure" présenté aux Bouffes du Nord et actuellement en tournée. Dans ce spectacle enchanteur, mêlant l’opéra de Verdi et le roman de Dumas, elle interprète, joue et chante, le rôle titre. On lui découvre une voix de soprano surprenante. Là aussi, sa présence singulière emporte tout.

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2018 7 03 /06 /juin /2018 17:33

Depuis son interprétation de Maud chez qui Trintignant passe la nuit, Françoise Fabian  marque de son empreinte et sans tapage l'histoire du cinéma. Cela fait 60 ans, qu'elle mène sa beauté et son élégance sur les plateaux des plus grands réalisateurs : Rohmer, Deville, Malles, Bunüel, Rivette, De Oliveira, Robert, Granier Deferre, et plus récemment Thomson, Ozon, Belvaux...

 

Chaque spectateur conserve d'elle, un film, une scène plus marquante. Dans La Bonne Année, par exemple, peut-être le seul vrai bon film de Lelouch. Elle y est Françoise devant laquelle Lino Ventura se trouve sans défense. Leur duo touche la grâce.

 

Françoise Fabian joue toujours. Au cinéma, à la télévision et au théâtre. Mais après tant d'années de jeu, Françoise Fabian exauce un vœux, celui de chanter. Vraiment. Elle sort ainsi son premier album entièrement composé par Alex Beaupain. Elle ne pouvait trouver producteur plus élégant que cet amoureux du cinéma. Ses compositions et ses arrangements délicats offrent un écrin parfait à la voix mi chantée, mi parlée de Françoise Fabian. Les textes écrits par des artistes aussi différents que Charles Aznavour, Nicolas Ker ou Vincent Delerm, affichent une douce mélancolie.

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2018 6 03 /03 /mars /2018 10:06

Le talent, l'intelligence, l'élégance.

la vidéo est ICI

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 17:42
AgnesVarda_Oscar_Sanscrierart.com

L'Academie des Oscars a remis hier soir à l'exquise Agnès Varda un Oscar d'honneur récompensant l'ensemble de sa carrière. La réalisatrice  est la première femme à recevoir ce prix.

Visages, villages le dernier film qu'Agnès Varda a réalisé avec JR remporte un beau succès dans le monde entier depuis sa sortie en salle en juillet dernier. 

Tout cela donne très envie de revoir Cléo de 5 à 7, l'une chante l'autre pas, Jane B., Jacquot de Nantes, les glaneurs et la glaneuse, les plages d'Agnès...

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 17:56
Jean_rochefort-sanscrierart

On l'a d'abord connu sans moustache aux côtés de Belmondo au XVIIIème siècle, en Chine et avec Yves Montant tirant le diable par la queue, puis, fidèle à cet attribut, multipliant les rôles. Séducteur malhabile d' Annie Duperey dans le diptyque d'Yves Robert, commissaire à Saint-Paul pour Tavernier, fonctionnaire manipulateur dans l'autre diptyque d'Yves Robert, complice de Johnny Hallyday, danseur hypnotiseur oriental pour sa belle coiffeuse, Pacha résigné avec Claude Rich, grand Duc parmi les autres grands ducs Jean-Pierre Marielle et Philippe Noiret, directeur d'usine politiquement correct face à François Pignon, tueur à gages auprès de Guillaume Depardieu, commissaire de l'inspecteur Coluche, tombé du ciel pour Lioret, lâche repenti amoureux de Catherine Deneuve, cerné par les emmerdeurs avec Miou-Miou, animateur radio en fin de règne, poudré et à nouveau sans moustache pour Leconte, cavalier souffrant perdu dans la Mancha, commentateur pointu et hilarant aux vrais J.O. d'Athènes, musicien multi-instrumentiste sous les avalanches de Delerm, représentant d'assurance pour une publicité, conteur hors pair des Boloss de la littérature à la télévision, monsieur, plus tout jeune mais toujours élégant, en baskets fluo dans ses dernières interviews... 

Jean Rochefort nous a accompagné de son regard tout à la fois triste et goguenard et de sa voix ironique pendant tant d'années que la liste des divins souvenirs qu'il nous laisse semble sans fin.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 14:10
Anne Germain

Elle a bercé des générations de cinéphiles amoureux de Jacques Demy et des chansons de Michel Legrand. C'est elle qui prêtait sa voix à Catherine Deneuve dans les parties chantées des Demoiselles de Rochefort et de Peau d'âne. Elle a égayé les fins d'après-midi de millions d'enfants qui reprenaient avec elle, en choeur, le générique de l'Ile aux Enfants.

Anne Germain était également choriste, chanteuse du groupe de jazz Swingle Singers et a prêté sa voix à d'autres génériques. Elle est partie hier à l'age de 81 ans.

Partager cet article
Repost0
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 22:22

Sa beauté froide de tragédienne antique impressionne. Elle sert ses personnages de femmes fortes qui se dressent face à la trahison, à la folie des hommes et à l'injustice. C'est dans ses rôles militants que son élégance et son port de tête au menton fier ont marqué nos esprits. La force qu'elle porte dans ses interprétations impressionne durablement. Dans Prendre femme, Mariage tardif et Le Procès de Viviane Amsalem, trilogie qu'elle a co-réalisée avec son frère, son étouffement, son désespoir et sa rage sont les nôtres. Pascal Elbé l'a choisit pour jouer, dans Tête de turc, la mère prête à tout pour défendre son fils. Fanny Ardant, grande sœur au physique et à l'intensité si proches, lui a donné le rôle central de son premier film de réalisatrice, De Cendres et de sang, tragique et étrange. Mais Ronit Elkabetz sait aussi être drôle et gentiment provocante comme dans la Visite de la Fanfare.

On aurait aimé pouvoir admirer la justesse de son interprétation, sa puissance d'incarnation, sa force de conviction et sa beauté si particulière, encore longtemps sur nos écrans. Ronit Elkabetz est décédée ce mardi 19 avril.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 16:13
Anaïs Demoustier

C'est en 2003, alors qu'elle a juste 16 ans, qu'on découvre Anaïs Demoustier au cinéma, aux cotés d'Isabelle Huppert devant la caméra d'Haeneke. Des parrains prestigieux qui lui ont porté chance puisque depuis, la comédienne enchaîne les films dont certains ont marqués le cinéma français ces dix dernières années : "La Belle Personne" de Christophe Honoré, "Belle épine" de Rebecca Zlotowski, "Les Neiges du Kilimandjaro" de Robert Guediguian, "Quai d'Orsay" de Bertrand Tavernier, "Bird People" de Pascale Ferran, "Une Nouvelle Amie" de François Ozon, "À trois on y va" de Jérôme Bonnell, "Caprice" d'Emmanuel Mouret...

Sous ses airs d'oiseaux tombé du nid, apparaît chaque fois une comédienne précise, délicate, à la présence marquante. A milles lieux d'une fadeur que sa fraîcheur et son élégance feraient craindre. Nommée à deux reprises aux Césars et une fois aux Molières, elle a reçu le Prix Romy Schneider en 2011.

Elle est actuellement, et jusqu'au 11 octobre, au théâtre du Rond Point dans "Démons" aux côtés de Marina Foïs, Romain Duris et Gadpar Ulliel.

Partager cet article
Repost0
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 23:27
Solveig Anspach

On avait retenu son nom, pourtant bien étrange, dés le visionnage de son premier film. En 1999, Haut les cœurs nous saisissait par sa mise en scène sans détour, son ton tendre mais pas mièvre, factuel sans froideur, sa distribution parfaite (Laurent Lucas, Karine Viard). Pour un premier film, avoir su conter cette histoire, qui était aussi la sienne, d'une jeune femme enceinte atteinte d'un cancer, avec une telle grâce c'était impressionnant. Puis, il y eu des documentaires et d'autres films avec souvent des destins de femme pour sujet. En janvier 2014, avec Lulu femme nue, elle retrouvait Karine Viard à qui elle offrait pour la seconde fois un très beau rôle de femme, entre douleurs et fantaisie. Bientôt, on pourra découvrir en salle son nouveau film, L'Effet aquatique dans la lignée de son Queen of Montreuil.

Solveig Anspach est décédée ce 7 août.

Partager cet article
Repost0
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 19:05

Adele-Haenel---www.zabouille.over-blog.com.jpgA tout juste 26 ans, Adéle Haenel impressionne par la force de sa présence à l'écran, ses qualités de jeu et par l'excellence dont elle fait preuve et dont elle s'entoure depuis ses débuts.

C'est à 13 ans qu'Adele Haenel fait ses premiers pas au cinéma dans "Les Diables" aux côtés du tout jeune et excellent Vincent Rottiers. 5 ans plus tard, l'excellente réalisatrice Céline Sciamma fait appel à sa belle carrure de nageuse pour "Naissance des pieuvres" où le talent d'Adéle explose aux yeux du plus grand nombre pour la première fois. Nomination aux Césars comme Espoir. Les tournages se suivent et quatre ans plus tard on la retrouve impressionnante dans "l'Apollonide" de l'excellent Bertrand Bonello. Nouvelle nomination aux Césars comme Espoir. Autres tournages, puis la voilà en frangine de l'excellente Sara Forestier dans "Suzanne". César du meilleur second rôle féminin. Elle enchaine avec "L'homme qu'on aimait trop" de l'excellent André Techiné. Elle y est parfaite de fragilité dans le rôle de la jeune héritière un peu paumée face à la fortune de sa mère l'excellente Catherine Deneuve. Puis vient "Les combattants", film révélation de 2014, présenté à la Caméra d'Or à Cannes. Adéle reçoit le César de la meilleure comédienne, le film celui de la meilleure première oeuvre et le partenaire de jeu d'Adéle, le César du meilleur jeune espoir. L'excellent Kevin Azaïs, frêre de l'excellent Vincent Rottiers, partenaire d'Adéle sur son premier tournage. De l'excellence donc dedans et tout autour.

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 23:11

Paul-Bartel---www.zabouille.over-blog.com.jpgPaul Bartel est un tout jeune comédien français à la présence très marquante. Dans les "Géants" de Bouli Lanners tout d'abord, puis dans "Michael Kolhlhass" et surtout dans "Les Petits Princes", film qui lui devait tout. A la télévision, dans "Tu es mon fils", un téléfilm de meilleure qualité que d'habitude, aux côtés d'Anne Marivin et de l'excellent Charles Berling, il campe un ado à l'attitude ambigüe. Ici encore, la finesse et l'intensité de son interprétation donnent à son personnage et son histoire une force particulière. 


Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 20:21

marie-dubois --- www.zabouille.over-blog.com.jpgSon visage pâle au regard clair et son sourire un rien moqueur ont accompagné le cinéma français des années 60 et 70. Les grands et très grands cinéastes de l'époque l'on fait tourner : Truffaut, Rohmer, Sautet, Resnais, Enrico, Malle, Molinaro, Oury, Verneuil, Lautner, ... Pour qui a été bercé par ce cinéma, ses traits, son sourire, sa voix sont familiers et sa présence marquante. Elle a connu le succès populaire avec la "Grande Vadrouille" dont elle tient le premier rôle féminin. Dans "Vincent, François, Paul et les autres», elle est l'épouse désabusée et forte de Michel Piccoli. Une présence lumineuse face aux autres monstres Montant, Depardieu et Reggiani. Sa carrière s'est ralentie avec la maladie, une sclérose en plaques qu'elle médiatisa pour sortir les malades de l'ombre.

Marie Dubois est décédée ce lundi.

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 22:42

Dominique-Reymond---www.zabouille.over-blog.com.jpgDominique Reymond est une comédienne que l'on retrouve, souvent de façon inattendue, dans des seconds rôles majeurs au cinéma ou à la télévision. La force de sa présence, la précision et l'élégance de son jeu nous emportent instantanément. Le plaisir d'entendre sa voix sourde et douce, sa diction précise et posée, augmente un peu plus à chaque rendez-vous. Son sourire léger est inoubliable dans "Y aura t-il de la neige à Noël" dont elle interpréte le premier rôle de la mère aimante et admirable. Mais son jeu délicat a marqué bien d'autres films depuis 30 ans : "Drôle d'endroit pour une rencontre", "Baptême", " Betty", "Les destinées sentimentales", "L'heure zéro", "Bus Palladium", "Les adieux à la reine", "L'heure d'été", "Adieu Gary", "Populaire"... et dernièrement "Maestro".  A la télévision on l'a vu dans "Princesse Marie" avec Catherine Deneuve et chez Nina Companez. Elle est très présente au théâtre et sera à l'affiche de la nouvelle pièce de Yasmina Reza cet automne.

Une présence qui à elle seule justifie de voir la pièce.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 21:51

Vincent Rottiers - www.zabouille.over-blog.comVincent Rottiers, à peine 28 ans, a déjà une trentaine de films à son actif. Avec son visage de jeune délinquant, plus paumé que vraiment méchant, il enchaine les rôles dans des films d'auteur réussis : "A l'origine", "Je suis heureux que ma mère soit vivante", "Avant l'aube"... Des films dans lesquels il était parfait en jeune adulte sur la tangente. Mais on a aussi pu le voir dans "Renoir" qui l'a sorti de cette adulescence tourmentée. Il y est toujours parfait et marquant. Vincent Rottiers est un beau comédien qui avec la patine du temps devrait accéder à un répertoire de plus en plus vaste.

Partager cet article
Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 19:44

Jerome-Kircher.jpgJérôme Kircher est un comédien français que l'on retrouve souvent à la télévision dans des seconds rôles clés que son talent met encore plus en lumière. Dans des téléfilms ou séries tels Les Revenants ou Clara Sheller. Au cinéma, ce sont des réalisateurs-auteurs, qui souvent ont un lien avec le théâtre (Benoit Jacquot, Christophe Honore ou Francois Ozon) qui font appel à lui. Car le théâtre est le principal terrain de jeu de Jérôme Kircher qui évolue sur les planches depuis une trentaine d'années. Spécialisé dans un théâtre exigeant, il a travaillé avec Patrice Chéreau, Jean-Pierre Vincent, Irina Brook, Alain Francon... Ses prestations sont d'une grande justesse.

Partager cet article
Repost0