SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 19:52
Lille 3000 - Renaissance : 12 totems

Tous les trois ans, depuis 2004, année où la ville fut capitale Européenne de la culture, Lille se lance dans les festivités de "Lille 3000". Après "Bombayser" en 2006, "XXL" en 2009 et "Fantastic" en 2012, le thème de cette année est "la renaissance" celle des villes et des territoires. Les festivités ont débuté le week-end dernier par le défilé de chars venus tout droit de Rio. Jusqu'à janvier, sur la Rambla - la rue Faidherbe -, sont installés douze totems issus du carnaval de Rio et conçus par Fabio Ricardo, directeur artistique de la « Samba Grande Rio », l’une des douze écoles de Samba de Rio. Etonnant.

Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama

Diaporama

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 12:49

Zach King est un jeune vidéaste Américain qui poste des courtes vidéos aussi intrigantes que drôles sur You Tube et Vine.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 14:24

Le Pavillon Carré de Baudouin accueille trois installations de Rero créées spécialement pour le lieu. On retrouve ses mots barrés dans des installations mêlant nature et objets du quotidien. Voilà...

Rero au Pavillon Carré de Baudouin
Rero au Pavillon Carré de Baudouin
Rero au Pavillon Carré de Baudouin
Rero au Pavillon Carré de Baudouin
Rero au Pavillon Carré de Baudouin
Rero au Pavillon Carré de Baudouin
Rero au Pavillon Carré de Baudouin
Rero au Pavillon Carré de Baudouin
Rero au Pavillon Carré de Baudouin
Rero au Pavillon Carré de Baudouin
Partager cet article
Repost0
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 16:39
Harry Gruyaert à la MEP

La Maison Européenne de la Photographie expose, jusqu'au 15 juin, une cinquantaine d'œuvres du photographe belge qui arpente le monde depuis 50 ans. Plages belges aux étendues infinies, ciel bas et sombre du Nord s'affichent au côté de bars et salles d'attente aux couleurs saturées. Les paysages semblent avoir été exécutées par des peintres flamands et les gros plans des photographies retouchées par ceux du Pop Art. Les œuvres exposées dans la première salle sont particulièrement marquantes, la seconde salle avec des tirages plus petits épate moins.

La RATP, partenaire de la MEP, expose pendant toute la durée de l'exposition des photos d' Harry Gruyaert dans 6 stations et une gare RER : Gare de Luxembourg (RER B) - Stations Hôtel de Ville (L.1), La Chapelle (couloir de correspondance RER B-L.2), Saint-Denis Porte de Paris (Ligne 13) - Stations Bir Hakeim (sous le viaduc-L.6) et Saint-Michel (L.4) - Station Jaurès (sous le viaduc-L.2).

DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA

DIAPORAMA

Partager cet article
Repost0
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 20:21
Jean-Paul Gaultier au Grand Palais

Le Grand Palais accueille l'exposition réalisée par le musée des Beaux-Arts de Montréal, déjà présentée à Londres, Amsterdam, San Francisco, ou Madrid.

175 tenues, pour femmes et hommes, créées entre 1971 et 2015, sont présentées dans une scénographie à la hauteur de la créativité de Jean-Paul Gaultier : inédite et drôle. On y retrouve les incontournables du créateur, ses influences et ses muses : marinières, corsets, seins coniques, la culture punk, les toreros, les jupes-pantalons pour homme, Madonna, Boy George, Kylie Minogue...

Tout d'abord, c'est la scénographie qui impressionne à tel point qu'elle vole la vedette aux créations du couturier. Mais, les œuvres présentées sont tellement impressionnantes que très vite, elles prennent leur juste place et accaparent toute notre attention. Au fur et à mesure de la découverte des costumes, on est impressionné par l'infinie créativité de Gaultier. Il faut pour chaque tenue plusieurs minutes d'observation pour apprécier l'incroyable travail d'orfèvre exécuté et pour appréhender chaque détail, depuis la coiffe jusqu'aux chaussures. Tissus précieux, cuir, fourrures, jean, paillettes, perles, tulles.... les matériaux utilisés sont nombreux et souvent détournés des usages coutumiers. Arrivé à la fin de l'exposition, on ne résiste pas au plaisir de refaire la visite à l'envers puis de repasser une troisième et dernière fois devant ces chefs d’œuvres.

A ne pas manquer !

DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA

DIAPORAMA

Partager cet article
Repost0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 11:18

2015 0860La Maison Rouge accueille Fatum une vaste exposition des oeuvres de Jérôme Zonder. L'artiste a lui même mis en scène son travail en dessinant sur les murs sur lesquels sont accrochés ses oeuvres. Cela plonge instantanément le visiteur dans l'univers de l'artiste. Passé l'effet de surprise causé par la découverte de l'immense décor de la première salle, on se penche sur les dessins sous verre.  

La qualité d'exécution impressionne d'emblée. La précision du trait marque chaque fois même si tous les sujets ne séduisent pas. Le support papier est à l'occasion travaillé, froissé ou découpé. Les dessins sont riches de détails qui offrent une double lecture des oeuvres, qui au premier regard peuvent s'afficher comme drôles et sympathiques, et sont au final glaçants.

A ne pas manquer jusqu'au 10 mai 2015.    

DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA

DIAPORAMA

Partager cet article
Repost0
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 16:35

La 5e édition du festival Circulation(s) se déroule au 104. Il présente le travail de jeunes photographes européens. Une sélection assez sombre, les projets conceptuels, souvent au détriment du "beau", semblent majoritaires cette année.

Voici quelques exemples parmi les plus esthétiques :

Erik Ostensson "The circle and the line" 

 Erik Ortensson interroge en détournant les objets du quotidien.

Erik-Ostensson.png 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Erik-Ostensson2.jpg

 

Erik-Ostensson--2-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juliette-Andrea Elie "Fading Landscapes"

Juliette Andrea Elie imprime ses photos sur calque, calque qu'elle sculpte par la suite ajoutant du relief et un mouvement fantomatique à ses oeuvres.

Juliette-Andrea-Elie--5-.JPGJuliette-Andrea-Elie--6-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 


Kristoffer Axen

Kristoffer Axen propose des ambiances étranges et inquiétantes. Il transforme sensiblement ses photographies en post-production, en supprimant ou modifiant les arrières plans, accentuant les bleus et jouant sur la lumière.

Kristoffer-Axen.jpg Kristoffer-Axen-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Aldo Soligno

Alors que l'Ouganda a voté en Février 2014 une loi anti-gay, les journaux locaux ont publié les photos d'homosexuels présumés sous le titre "Pendez-les".

Aldo Soligno présente ici des photos de militants LGBT. De dos et en contre-jour.

Aldo-Soligno2.jpg Aldo Soligno3

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 18:12

Muro azul, negro y plata - 1966 - Jesus Raphael Soto (2)La galerie Perrotin présente 30 créations de Jesus Rafael Soto, maître de l'art cinétique. L'effet de ces oeuvres, réalisées entre 1957 et 1999, est saisissant et déstabilisant. La perturbation visuelle et le trouble physique ressentis fascinent toujours autant. Voici quelques photos d'oeuvres exposées. Mais l'art de Soto ne se saisit pas dans un cliché, avant tout il se vit. Pour en profiter pleinement, rendez-vous galerie Perrotin jusqu'au 28 février. 

 

Lire l'article sur l'expostion du Centre Pompidou en 2013


Cuadrados-en-vibracion---1990---Jesus-Raphael-Soto--2-.JPG Sans-titre---1958---Jesus-Raphael-Soto.JPG

 

Doble progresion azul y negro - 1975 - Jesus Raphael Soto ( Cube de Paris - 1990 - Jesus Raphael Soto (6)

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 17:59

Omar-Ba-Den---Galerie-Anne-de-Villepoix--7-.JPGOmar Ba Den est un artiste peintre Sénégalais installé à Genève. A la galerie Anne de Villepoix, il présente une dizaine d'oeuvres à dominantes marron et turquoise, figuratives ou non, inquiétantes ou lumineuses.

A voir.

Omar Ba Den - Galerie Anne de Villepoix (3) Omar-Ba-Den---Galerie-Anne-de-Villepoix--9-.JPG

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 22:14

Truly-Design---Pegasus---Fondation-EDF---Nov.-2014--2-.JPGLa fondation EDF propose une exposition sur le street art dont l'objectif avoué est de présenter les nouvelles techniques du mouvement.


L'exposition présente en entrée un historique du graffiti de la préhistoire (!?) à nos jours. Une belle anamorphose du collectif Truly Design domine la première salle ainsi que, dans un moindre format, une de leur oeuvre en 3D. Présents également les mannequins de Mark Jenkins et, à l' étage, une oeuvre de C215, une autre de Vhils et en photos celles d'Isaac Cordal. Des videos permettent de voir des artistes au travail. Un écran présente le jeu vidéo dans lequel ont été intégrés des oeuvres de C215, c'est intéressant mais ce n'est pas du street art, plutôt le travail d'un street artiste qui se diversifie. Et c'est sans doute le problème de cette exposition qui présente des formes d'art nées des nouvelles technologies mais parfois très éloignées du street-art. C'est le cas des deux ateliers en libre service proposés : le Water Light Graffiti d'Antonin Fourneau et Picturea une application numérique qui permet de dessiner sur écran. Deux outils malins qu'on imagine mal découvrir au détours d'une rue ou sur les murs d'un chantier.

L'ensemble est un peu court, foutraque et au final décevant. La dimension politique et sociale du graffiti est totalement occultée. Le sujet annoncé semble un prétexte.

Le street-art est à la mode et c'est un peu la ruée des galeries et lieux d'exposition sur le phénomène, quitte à le dénaturer. La question vient, évidente : le street-art sorti de la rue est-il toujours du street-art ?

 

D'autres infos sur le street-art sur www.artstreetic.over-blog.com

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 16:42

Elisabeth-Reynaud--Niki-de-SaintPhalle---www.zabouille.over.jpgSi vous aussi avez été totalement conquis par la rétrospective Niki de Saint-Phalle au Grand Palais, vous adorerez poursuivre la découverte de l'artiste avec le livre d'Elisabeth Raynaud.

L'auteur y dessine, aux détours de multiples anecdotes, un portrait touffu de l'artiste. Le récit est, à l'image de Niki de Saint-Phalle, faussement désordonné dans une écriture originale et bousculée. Plutôt déstabilisant dans les premieres pages, très vite ce style nous fait toucher au plus près la personnalité de l'artiste et l'origine de ses oeuvres.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 14:42

A la Fiac sous la Nef du Grand-Palais, de grandes galeries venues du monde entier exposant leurs artistes. Cela va de l'illustre inconnu (pour les profanes que nous sommes) à Picasso (par exemple). Sélection vue cette année : 

 Francesca Pasquali 

Francesca-Pasquali.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Gideon Rubin                       

    Gideon Rubin - After Monet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Latifa Echakhch

    Latifa-Echakhch---Tambour-77-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Kimsooja 

     Kimsooja---To-breathe--2--copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Philippe Grono (photo)                                          Raoul De Keyser                                 

  Philippe-Grono---Ascenseur-n-1-26-Broadway-NY--2-.JPG                       Raoul-de-Keyser.JPG  

                                          

P1080423.JPG



Partager cet article
Repost0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 21:16

Niki-de-Saint-Phalle-les-mariees---www.zabouille.over-blog.jpgCe sont près de 200 oeuvres choisies parmi les miliers réalisées par Niki de Saint-Phalle qui sont exposées à l'occasion de cette très belle rétrospective. On découvre tout d'abord ses tableaux-assemblages de jouets, outils, ustensiles de cuisine... puis de couteaux, lames et révolvers, collés sur des toiles blanches. Assemblages d'objets en tout genre qu'on retrouve aussi chez les mariées aux allures de Peau d'âne dont on ne sait trop si elles sont issues d'un conte de fée ou d'horreur.niki-de-Saint-Phalle---mere-devorante--www.zabouille.over.jpg

Elles sont suivies des mères dévorantes, femmes au visage aplati et difformes, évoquant la mère castratrice de l'artiste. Vient ensuite sans doute la plus belle salle où sont majestueusement exposées les nanas, immenses, fantasques et libres. On peut y voir les trois danseuses réalisées en mosaïque présentées sur un plateau tournant, les nanas noires - le nana power étant soeur du black power - la nana verte et son sac à main....Niki de Saint-Phalle - www.zabouille.over-blog.com-copie-1

A l'image de cet espace magnifique, toute l'exposition bénéficie d'une très belle scénographie. Éclairage soigné, mise en place aérée, présence visuelle et sonore de l'artiste dans toutes les salles à travers des vidéos d'interview ou de séances de travail. Les oeuvres dites des Tirs, réalisées à la carabine, occupent la deuxième grande salle des galeries. On peut notamment y admirer l'impressionnant et apocalyptique King Kong. Oeuvre grandiose qu'on pourrait observer pendant des heures. Niki-de-Saint-Phalle---King-kong--www.zabouille.over-blog.c.jpgLe rêve de Diane est présenté pour la première fois dans une salle dédiée permettant aux visiteurs de la découvrir dans tous ses détails. L'exposition se termine en offrant une belle place aux créations publiques et architecturales de l'artiste tels le parc des Tarots.

L'ensemble, remarquable aussi par sa mise en place, permet de prendre connaissance de la diversité de l'étrange univers de l'artiste entre fantaisie et gravité et d'en découvrir la richesse et la qualité. Un très beau voyage.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 10:54

Afrique-s-1---Pascal-Maitre---www.zabouille.over-blog.com.jpgLa MEP présente "Afrique(s)", l'exposition d'une cinquantaine de photos de Pascal Maitre, photo journaliste qui arpente le continent Africain depuis une trentaine d'années. 13 pays sont représentés dans de très beaux clichés graphiques et colorés, peu misérabilistes mais accompagnés de commentaires qui nous rappellent que le continent Africain subit sans cesse tous les maux de l'humanité.

Afrique-s-3---Pascal-Maitre---www.zabouille.over-blog.com.jpgAfrique-s-4---Pascal-Maitre---www.zabouille.over-blog.com.jpgAfrique(s)2 - Pascal Maitre - www.zabouille.over-blog.com

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 11:24

Rene-Burri-1---www.zabouille.over-blog.com.jpgLa MEP choisit de présenter le travail de Burri sous le théme du Mouvement. Une centaine de photographies de périodes et de styles différents sont ainsi présentées.  René Burri, photographe Suisse, agé de 80 ans, a illustré de ses clichés les grands événements et hommes du 20e Siècle. Picasso, Tinguely, Churchill, Che Guevara figurent dans la partie "noir et blanc" de l'exposition. Mais ce sont les clichés plus récents en couleurs qui marquent visuellement le plus.

 Rene-Burri-4---www.zabouille.over-blog.com.jpg Rene-Burri-2---www.zabouille.over-blog.com.jpg 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 11:44

Truffaut-Cinematheque---www.zabouille.over-blog.com.jpgLe 21 octobre 1984, François Truffaut mourait. A l'occasion de ce trentième anniversaire, la Cinémathéque consacre une grande exposition au cinéaste. 

Mise en place de façon chronologique l'exposition présente la vie du réalisateur, de son enfance à sa mort, en passant par les années Cahier du cinéma et la réalisation de ses grandes oeuvres. Composée pour l'essentiel de documents sous vitrine (correspondance, extraits de scénario, photos,...), elle présente également sur écran quelques extraits de film et la reconstitution du bureau de Truffaut.

L'exposition semble plus avoir été réalisée par des bibliothécaires que par des cinéphiles. Bien sage et un brin poussiéreuse, elle manque de vie, d'autant plus qu'on déguste avec délectation la diffusion du casting passé par Léaud pour les "400 coups", petit bijou d'espiéglerie. L'ensemble manque aussi d'un regard. Ainsi, la Cinémathéque ne sort pas des sentiers battus et présente ce que tout petit amateur de Truffaut connait déjà.On aurait donc aimé ressentir un peu plus d'émotion, gaie ou triste selon les moments. Il est vrai que l'exposition néglige le son, grand porteur d'émotions, qui n'est ici traité que dans la diffusion à l'entrée de l'exposition d'une des B.O. composées par George Delerue, ou d'interview à écouter au casque. Pourtant les dialogues de Truffaut sont marquants et il choisissait souvent des acteurs possédant des voix bien particulières. Entendre en fond sonore les voix de Charles Denner, de Delphine Seirig, de Michael Lonsdale, de Jeanne Moreau, de Jean-Louis Trintignant, de Fanny Ardant... disant les mots de Truffaut, ou entendre le pas des jambes des femmes qui "sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie" aurait pu ajouter un peu d'âme à cette exposition. 


Partager cet article
Repost0
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 15:33

Lucio-Fontana-www.zabouille.over-blog.com.jpgLe Musée d'Art Moderne de Paris consacre, jusqu'au 24 août, une rétrospective à Lucio Fontana. Environ 200 oeuvres de ce peintre-plasticien italien réalisées entre 1930 et 1968 sont présentées de façon chronologique.

Sculpteur de formation, Fontana fut une figure importante du mouvement spacialiste. Il a connu la notoriété grâce à ses toiles fendues à coups de cuter ou déchirées au poinçon. Ces peintures occupent la majeure partie de l'exposition donnant, auprès des moins sensibles à cet art, une sensation de répétition assez forte. Elles attirent à nouveau notre attention lorsqu'elles sont grattées, en métal, ou que Fontana leur ajoute de la lumière. Dans ses dernières toiles, le peintre-sulpteur superpose les plans, explore la bidimensionnalité.

Lucio-Fontana---MAM---aout-2014--4-.JPGPlusieurs sculptures sont exposées, figuratives ou non, colorées mais mates ou sombres mais lumineuses. Celles en céramique semblent en mouvement. Cette étrange sensation efface le côté kitch du support pour ne laisser place qu'à la grâce du geste. On peut aussi admirer l'impressionnante maquette d'une porte en bois parcemée de scultures où l'on retrouve ce sens du mouvement. Ce projet pour la cathédrale de Milan ne sera jamais accepté.

On ressort de l'exposition sans trop savoir quoi penser de cette oeuvre si diverse mais avec pourtant en tête quelques pièces marquantes.

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 16:02

Bill-Viola---www.zabouille.over-blog.com.jpgLes galeries du Grand Palais accueillent depuis le 5 mars et encore pour deux semaines, la première rétrospective française de l’œuvre de Bill Viola. C’est pour le vidéaste Américain sa plus grande rétrospective jamais mise en place. Sont présentées 20 vidéos réalisées entre 1977 et 2013.

De quoi se rendre compte que le cinéaste aime donner du temps au temps. Les vidéos d’une durée allant de 12 à 35 minutes se déroulent à une vitesse propice à la contemplation jusqu’au moment clé du film aussi fort que brusque et se terminent sur le rythme lent du départ. Difficile donc de tout voir et entièrement sur cette rétrospective, d’autant qu’aucune indication de temps n’est affichée (impossible donc de savoir si la vidéo vient de commencer ou est proche de la fin).

L’eau joue un rôle essentiel dans l’œuvre de l’artiste. L’élément liquide semble indispensable au passage du rien à la vie et de la vie à la mort. L’ensemble de son travail révèle une forte dimension mystique qui n’est pas d’une folle gaieté. Mais certains effets sont particulièrement réussis et c'est toujours esthètiquement marquant.

Selon la volonté de l’artiste qui veut laisser le spectateur libre de ses interprétations, aucune explication, hors technique, n’accompagne les vidéos. Les œuvres étant très énigmatiques cela laisse de quoi y voir tout ce que vous voudrez.

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 19:35

P1070200.JPGSur les quais de Seine aux pieds de la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, du 25 juin au 21 septembre, sont exposées 35 photos noir et blanc issues des archives de Paris Match. Ces belles photos mettent en scène quelques figures marquantes du cinéma mondial arpentant les quais de Paris. P1070201.JPG

Partager cet article
Repost0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 15:44

 

Martial-Raysse.jpgCette rétrospective du travail de l'artiste français le plus cher après Pierre Soulages compte pas moins de 200 oeuvres réalisées entre les années 60 et aujourd'hui. De quoi faire connaissance avec ce peintre originaire de Golf Juan, aujourd'hui installé en Dordogne, curieusement méconnu de monsieur Tout-le-monde.

Dans les années 60, Martial Raysse est l'un des artistes majeurs du Pop Art. Martial-Rayse---Beaubourg-2014--17--2.jpgCouleurs flashies, installations de néons, détournements de pubs et de produits, ses oeuvres sont joyeuses et impertinentes. Elles occupent le premier tiers de l'exposition et représentent sans doute la part la plus intéressante de l'exposition.

Dans les années 70, Raysse change radicalement de style en proposant des montages-collages hippies, des natures mortes, des oeuvres figuratives, s'inspirant de la mythologie.. Tout devient fade et triste. 

 L'exposition se termine par des oeuvres récentes où on retrouve le goût de l'artiste pour les détournements, le second degrés, les couleurs fluos et un certain mauvais goût réjouissant.Martial-Rayse---Beaubourg-2014---Ici-plage--comme-ici-bas--.jpg


 


Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 15:21

Henri-Cartier-Bresson-www.zabouille.over-blog.com.jpgLe Centre Pompidou offre jusqu'au 9 juin 2014, l'occasion d'admirer près de 500 photographies, dessins, peintures et films réalisés par Henry Cartier-Bresson. De quoi se rendre compte à quel point ce photojournaliste a parcouru l'Histoire à travers le monde : guerre d'Espagne, seconde guerre mondiale, indépendance de l'Inde, arrivée de Mao Zedong au pouvoir en Chine, Mai 68 à Paris, Cuba,...

On y retrouve quelques uns de ses clichés les plus connus dont ceux des obséques de Gandhi. Une somme de travail admirable mais, artistiquement, sans doute pas le photographe le plus impressionnant.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 10:42

Monumenta---Ilya-et-Emilia-Kabakov---Mai-2014--87-.JPGPour sa 6e édition, Monumenta ouvre la nef du Grand Palais à Ilya et Emilia Kapakov. Artistes Russes exilés à New-York, les Kapakov proposent aux visiteurs d'entrer dans "l'étrange cité" et de fuir un instant l'agitation du monde pour se laisser aller à une certaine méditation. Cette ville est faite de murs blancs immaculés sur lesquels tombe l' exceptionnelle lumière qu'offre la nef par beau temps. L'ensemble plonge d'emblée le visiteur dans une humeur paisible propice à l'accueil des curieuses propositions des deux artistes.

La visite débute par le musée vide qui, comme son nom l'indique, ne comporte aucune oeuvre artistique à l'exception de la "Passacaille" de Bach. Une réflexion sur le statut de l'Art dont la liberté est souvent menacée, comme Ilya et Emilia Kabakov ont pu le connaître en ex-URSS.

La découverte se poursuit par l'espace Manas qui expose la maquette et des dessinsMonumenta---Ilya-et-Emilia-Kabakov---Mai-2014--33-.JPG représentant une ville qui aurait existé ou été inventée au Tibet. Une ville entre terre et ciel composée de 8 montagnes récoltant l'énergie cosmique. Suit le centre de l'énergie cosmique qui explique comment récolter cette énergie en orientant les bâtiments à 60°, principe que l'on retrouve dans de nombreux édifices anciens tels que la pyramide de Gizeh ou la tour de Babel. Les deux salles suivantes se nomment "Comment renconter un ange" et "les portails" et tout est dans les titres. La visite se termine par les deux chapelles - l'une blanche, l'autre sombre - dont les murs présentent, d'un côté, des extraits d'oeuvres picturales évoquant la vie passée en ex-URSS et de l'autre de grandes peintures autobiographiques dont le centre est le trou noir de la partie soviétique. Les Kabakov proposent des voyages intéressants même si on peut avoir des réserves sur la représentation de ceux-ci. Les maquettes intrigues mais les dessins et les peintures présentés dans les différents espaces ne touchent pas vraiment.Monumenta---Ilya-et-Emilia-Kabakov---Mai-2014--43-.JPG

Pourtant l'ensemble du projet fonctionne. Les repéres sont vite perdus dans cette cité blanche sorte de labyrinthe aveuglant. Le pari de nous oter d'un quotidien agité est gagné. Quant au défi, lancé par le concept Monumenta de prendre possession de cet espace de 13.500m², la proposition des Kabakov le relève de belle façon. Ainsi, rarement l'oeuvre se sera aussi bien accouplée à la Nef. La verrière habille merveilleusement l'oeuvre en projetant les ombres de la structure sur les murs blancs de cette "étrange cité" qui occupe un bel espace au sol. Sans doute la proposition la plus intéressante sur ce plan après le Leviathan d'Anish Kapour. Monumenta---Ilya-et-Emilia-Kabakov---Mai-2014--56-.JPG

PS : Et aussi présentée dans le cadre de l'exposition, la coupole de verre dont les couleurs changent au rythme de la musique, créée par les Kabakov pour une représentation du "Saint François d'Assise" de Messian en 2003. 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 11:43

Fort-de-Francesca-Piqueras-3.jpg Fort de Francesca Piqueras 2

La photographe Francesca Piqueras concentre son travail sur les épaves et la mer. Aprés avoir proposé des clichés de cargos et de plateformes pétrolières abandonnés, elle présente la série "Fort". Prise dans l'estuaire de la Tamise, cette dizaine de photos grand format met en scène les forts Maunsell construits pendant la seconde guerre pour protéger Londres. Ces constructions  étranges et inquiètantes semblent des araignées ou des vaisseaux venus d'ailleurs. La mise en image propose de belles lumières mais on ne peut s'empêcher de penser que l'intérêt des photos réside plus sur ce qu'elles représentent que sur le travail de l'artiste.

Partager cet article
Repost0
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 11:30

Prune-Nourry---Terracotta-Daughters---104---avril-2014--12-.JPG Dans le cadre de son exposition "avec motifs apparents", le 104 accueille l'oeuvre de Prune Nourry "Terracotta Daughters".

Pour rappeler le drame du déséquilibre démographique que la loi de l'enfant unique à créer en Chine, l'artiste présente son armée d'écolières inspirée par celle de l'empereur Qin à Xi'an. 108 filles, grandeur nature, en terre cuite, toutes différentes.

Prune Nourry a sculpté les huit modèles, portraits de huit écolières orphelines rencontrées à l'occasion du projet. Toutes les sculptures de l'oeuvre ont été réalisées à partir de ces moules de base par un artisan chinois, spécialisé dans la sculpture de soldat de terre cuite.

Impressionnant et beau.

 

PS : dans l'exposition, on remarque aussi le travail de Xavier Juillot qui a emballé le chateau à l'entrée du site. Un intérieur et extérieur sous feuilles aluminium. Sensation étrange.

DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA
DIAPORAMA

DIAPORAMA

Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 20:38

P1060353.JPG Le 104 accueille la 4ième édition de Circulation(s). Ce festival présente le travail de 40 photographes Européens en devenir. Le nombre d'artistes exposé offre une diversité de sujets et de techniques intéressantes, dans laquelle on trouve facilement plusieurs chaussures à son pied.

Voici une petite sélection d'artistes :

Elena Chernyshova présente "Jours de Nuit - Nuits de jour" dont le thême est la vie quotidienne des habitants de Norilsk, ville minière au nord du cercle polaire, 7ième ville la plus polluée au monde. Une vie où les températures peuvent descendre à - 50° et où il fait une nuit totale durant 2 mois par an.

Elena-Chernyshova.jpg

Bruno Fert présente "Absents", des photographies prises dans les villages Palestiniens d'Israël fuit par leurs habitants. Villages fantômes en ruine.

Bruno-Fert-2-copie-1.jpg

Erica Nyholm dans "A Room Of One's Own" met en scène ses souvenirs d'enfance.

Erica Nyholm

Christiane Seiffert fait sans nul doute la proposition la plus drôle de l'exposition. Son travail consiste à reproduire des cartes postales à l'aide de son corps et d'accessoires du quotidien. On peut trouver ça tout à fait idiot mais la succession des oeuvres accentue l'effet comique. Au final : irresistible.

Christiane-Seiffert-2.jpg Christiane Seiffert 5

Christiane Seiffert 3 Christiane Seiffert

Christiane Seiffert 1 Christiane Seiffert 7

Partager cet article
Repost0