SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

4 juin 2021 5 04 /06 /juin /2021 20:31

A Tokyo, Mikio tient une imprimerie et vit avec sa jeune épouse, sa petite fille et sa sœur divorcée. Un jour, Kagawa, que Mikio à connu autrefois, entre dans l´imprimerie.

Koji Fukada propose un film de home invasion, genre que le cinéma traite régulièrement. Le récit se déroule sans réelle surprise jouant plus sur le décalage comique que sur l'angoisse, sans intriguer vraiment si ce n'est sur son intention. S'agit-il d"une critique d'une société japonaise corsetée, enfermée dans les apparences, effrayée par la pauvreté et les étrangers... Ou est-ce au contraire une démonstration que le danger vient de l'extérieur ? Le réalisateur semble sans cesse jouer sur les deux tableaux sans prendre une position claire.

Si le film n'avait pas été tourné en 2010, on serait tenté, à quelques semaines de l'ouverture des JO de Tokyo dont le maintien en période de pandémie est controversé, de pencher pour la seconde hypothèse. Plus sûrement, on pariera sur une critique un peu simpliste du Japon et des travers de sa culture insulaire.

Sympathique mais vite oubliable.

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 11:47

Avec sa maman, Marion, et son père, Nelly revient dans la maison de sa grand-mère qui vient de mourir. Il faut faire le tri dans ses affaires et vider les lieux. Mais Marion, bouleversée, part et laisse Nelly et son père seuls dans la maison. Quand Nelly arpente la forêt mitoyenne, elle rencontre une petite fille qui lui ressemble.

Céline Sciamma filme depuis toujours l'enfance et l'adolescence féminine, âges des questionnements et de la construction. Ici, elle fait de son héroïne une petite fille à l'écoute des grandes personnes, une petite fille curieuse de l'enfance de ses parents, de ce qui les a construit. Cette curiosité et cette ouverture à l'autre placent d'emblée Nelly, et par identification le spectateur, dans les meilleures dispositions pour accueillir la rencontre extraordinaire qui l'attend au coeur et de l'autre côté de la forêt.

La magie réside ici dans la capacité de Céline Sciamma à emporter le spectateur dans cette histoire fantastique sans que le fantastique soit au centre du film. L'important se situe dans la rencontre, les émotions qu'elle suscite, les réponses qu'elle apporte et la possibilité de renouveler un dernier au revoir qui laissait des regrets.

Le récit au cordeau associé â une réalisation millimétrée, un montage précis et à une interprétation de Nina Meurisse, de Stéphane Varupenne, de Margot Abascal et des jeunes Joséphine et Gabrielle Sanz tout en retenue, permet d'aller droit à l'émotion et aux questionnements sur la transmission, la sororité, la relation parent-enfant,  l'absence, l'amitié, ce qui reste de l'enfance...

Un grand film d'1h10 à voir au cinéma.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2021 2 01 /06 /juin /2021 22:40

De nos jours, Sophie, parisienne de 28 ans, voudrait être dessinatrice, rencontrer le vrai amour et changer de matelas.

C'est sans doute Nine Antico qui résume le mieux les réserves qu'on peut porter à son film, via Sophie qui, lors d'un casting, dit à peu près ceci "j'ai trouvé le scénario inabouti."

Playlist est construit en une succession de saynettes de quelques petites minutes censées dessiner le personnage et ses errements professionnels et amoureux. On sourit parfois. On attend beaucoup. Et on se raccroche à l'énergie déployée par Sara Forestier et le pouvoir comique de la décalée Laetitia Dosch que la réalisatrice malheureusement sous exploite.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2021 2 01 /06 /juin /2021 18:50

350 photos, 5 vidéos issues de la collection privée de Sarah Moon sont présentées dans l'exposition "Passé Présent". La photographe a travaillé étroitement avec l'équipe du MAM sur la scénographie de cette exposition consacrée à l'ensemble de son travail : des publicités pour Cacharel à ses courts-métrages inspirés des contes d'Andersen, des photos de mode à ses photographies d'art pur. Dans ces dernières, se retrouvent des figures récurrentes, les oiseaux, les monstres, les usines, le cirque, l'enfance, les ombres, l'illusion...

Une très belle exposition qui révèle la grande richesse du travail de celle qui, dans les années 80, nous faisait rêver avec la beauté et l'élégance de ses publicités pour Loulou.

A voir jusqu'au 4 juillet 2021.

Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Partager cet article
Repost0
1 juin 2021 2 01 /06 /juin /2021 18:45

Une visite au musée d'Art Moderne de Paris, pour l'exposition de Sarah Moon par exemple, est l'occasion de voir ou revoir La Fée électrique de Raoul Dufy.

Pour l’Exposition internationale de 1937 à Paris, Raoul Dufy a réalisé, dans le hall du Palais de la Lumière et de l’Électricité une œuvre de 600 m². Entre mythologie et avancées technologiques modernes, Dufy présente la création de l’électricité. Il place les portraits de 110 savants et des dieux de l'Olympe dans un paysage multicolore de nature, de voiliers, d’oiseaux… La forme courbe de la salle et son éclairage donnent à cette fresque immense une dimension artistique exceptionnelle qui saisit toujours.

La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 15:59

Les peintres du Nord intéressent de plus en plus les musées français. Après le danois Hammershoi au musée Jacquemart-André, le suédois Anders Zorn au Petit Palais, le musée Marmottan-Monet présente la première exposition monographique en France consacrée à Peder Sevrin Kroyer.

Peintre danois naturaliste de la fin du XIXe siècle, Kroyer peint des paysages à l'heure où le jour tombant donne une lumière si particulière aux bords de mer nordiques. Une soixantaine de tableaux prêtés par les musées de Skagen, de Göteborg, de Copenhague, d'Aarhus, d'Alkersum/Föhr, de Lübeck, de Kiel, de Budapest sont présentés.

Dans une scénographie simple et colorée ; les peintures de mer sont exposées sur un fond jaune éclatant tandis que le orange et le gris sont réservés aux paysages de campagne ; le musée invite le visiteur a une plongée dans la lumière. L'artiste impressionne par la précision de sa peinture, le réalisme qui en ressort et interpelle par ses choix de cadrage. Chaque peinture ici exposée est un enchantement, la modernité des portraits, la beauté de la lumière bleue des paysages de mer, ceux de plage...

Une très belle exposition à voir jusqu'au 26 septembre 2021.

Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 14:52

Une visite de l'exposition dédiée à Peder Séverin Kroyer (voir ci-dessus) au Musée Marmottan-Monet est l'occasion de revoir une dizaine de tableaux de Berthe Morisot présentés dans les collections permanentes.

Le musée possède la plus grande collection d’œuvres de la première femme impressionniste aux côtés de Renoir, Degat, Pissaro, Monet.

Dans une pièce dédiée à l'artiste, on peut notamment admirer Le cerisier et le portrait d'Eugène Manet et sa fille dans le jardin de Bougival.

Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Partager cet article
Repost0
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 17:17

Ceux qui ont eu la chance de voir Le Père au théâtre Hébertot se souviennent surtout de la prestation de Robert Hirsch emportant tout jusqu'au Molière du meilleur comédien.

En adaptant sa pièce au cinéma, Florian Zeller offre à Anthony Hopkins ce même incroyable rôle et un Oscar. Mais la magie du cinéma lui apporte surtout la possibilité de placer le spectateur dans la peau de son héros. Bien que construit de façon quasi similaire à la version théâtrale, son récit prend ici une tout autre ampleur. Les dialogues qui semblaient manquer de grâce au théâtre passent ici très bien, assistés par une belle et patiente mise en scène et une mise en son et en musique délicate.

Si Hopkins est épatant, Olivia Colman impressionne elle aussi, dans une composition tout en retenue.

Florian Zeller se révèle ainsi plus proche du bon cinéaste que du grand auteur de théâtre.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 15:13

Jérémy, trentenaire, voit sa carrière de comédien stagner et sa vie amoureuse battre de l'aile. Il part dans le Limousin se ressourcer chez sa mère.

Nicolas Maury incarne cet adulescent de façon très maniérée classant d'emblée son personnage dans la catégorie des attachiants, touchant et agaçant successivement. Si les quelques moments d'humour allègent un peu l'effet irritant, son personnage, de tous les plans, aurait gagné à être scruter en scènes moins étirées. Les seconds rôles, Nathalie Baye, en premier lieu, mais aussi Arnaud Valois ou Laure Calamy, excellente en réalisatrice au bord de la crise de nerf, interviennent comme une respiration, nous libérant, un peu, de ce nombrilisme.

Le récit que Nicolas Maury, qui se filme sous tous les angles pendant 1h50, nous propose, est un peu trop limité pour passionner vraiment.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2021 7 23 /05 /mai /2021 12:33

Suze, atteinte d'une maladie grave, cherche l'enfant qu'elle a abandonné à la naissance. 

Depuis 9 mois ferme, Albert Dupontel fait, avec bonheur, cohabiter burlesque, férocité, tendresse et un 1er degré qui n'avaient pas leur place dans ses premiers films plus caustiques.

Ici, Dupontel affiche plus encore ce 1er degré et une forme de naïveté qui chez un autre glisserait dans la niaiserie. Le mordant, le sens du burlesque, l'écriture serrée, la mise en scène précise et l'élégance des interprètes sauve cette fable de cet écueil.

Dans un récit drôle et émouvant d'un grand romanesque, Dupontel dénonce, la souffrance au travail - ses trois héros souffrent de maux nés de leur activité professionnelle, une modernité qui efface tout, le tout numérique qui isole et surveille, les violences policières...

Virginie Effira, dans un rôle casse-gueule à souhait, est parfaite de nuances, Dupontel excelle dans le rôle du monsieur tout le monde prit dans la tourmente et Nicolas Marié brille une fois encore dans le décalage.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 20:49

Pendant le confinement, Jacques Weber a réuni François Morel, François Marthouret, Christine Murillo, Catherine Ferran, lui-même et les marquantes Stéphane Caillard et Audrey Bonnet dans le théâtre de l'Atelier pour proposer une version télévisée d'Oncle Vania de Tchekhov.

Sur la scène, dans la salle et les coulisses du théâtre, la caméra suit les comédiens qui présentent une réécriture moderne de l'oeuvre, qui déçoit un peu. Est-ce la réalisation très prégnante, est-ce la simplification du texte...  toujours est-il que le souffle romanesque, la force de la mélancolie Tchekovienne n'affleurent que trop peu.

A voir sur www.francetv.fr jusqu'au 28 mai. 2021

Partager cet article
Repost0
15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 20:30

Jean-François Sivadier met en scène les répétitions de La Traviata de Verdi. Metteur en scène passionné et au bord de la crise de nerfs, chef d'orchestre péremptoire, ténor perché, divas capricieuses, assistante désabusée... tous s'affairent dans cette création, le public représentant les choristes et l'orchestre (muets) de la troupe.

Sivadier montre la création au travail avec l'engagement qu'elle commande, sa passion, sa folie, son incongruité, les angoisses et prétentions de chacun.... Le spectacle de ces répétitions très drôle présente aussi de beaux moments d'émotion et d'hommage à l'art théâtrale. Les comédiens, Nicolas Bouchaud, Marie Caries, Charlotte Clamens, Vincent Guedon, Nadia Vonderheyden et JF Sivadier sont excellents.

France 5 propose, jusqu'au 22 mai, sur le site www.francetv.fr, une captation vidéo très réussie (réalisée par Philippe Beziat).

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2021 5 30 /04 /avril /2021 20:46

"Le 23 juin, ça fera sept ans que Soren est mort. C’était mon fiancé. Il avait 29 ans. Son cœur a cessé de battre - une mort toute simple, un hasard statistique"


Ainsi débute l'histoire que nous conte Maïa Mazaurette dans ce podcast natif de 7 épisodes. A priori ce sujet plombant n'est pas très engageant. Pourtant, la beauté du texte faussement simple, la tonalité de la voix de la conteuse, la musique d'Alex Finkin et la réalisation de Fabrice Laigle font de ce podcast un moment suspendu tout particulier.

Ecouter sur France Inter en cliquant ICI

Partager cet article
Repost0
28 avril 2021 3 28 /04 /avril /2021 20:30

Sabine trouve dans une vieille boite, ayant appartenue à son grand-père, des archives concernant un certain Léopold Morgenstern.

Frédéric Moulin a écrit et interprète cette pièce qui raconte ses recherches et ses découvertes sur l'histoire de Léopold Morgenstern et ce qui, peut-être, le liait à Louis Moulin.

L'association de la lecture et la projection des documents, ancrant la pièce dans sa vérité historique, et de l'héroïne féminine, exprimant les émotions et les doutes ressentis pendant sa quête, donnent à la pièce une force romanesque à deux dimensions très efficace.

Une version filmique est rediffusée sur la chaîne LCP le 30 avril à 22h00.

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 19:32

Dans le Nevada, l'entreprise qui a fait vivre pendant des décennies la ville d'Empire n'a pas résisté à la crise de 2008. Fern, récemment veuve, seule dans une ville morte elle aussi, aménage sa camionnette et prend la route vers une vie hors d'un système qui ne veut plus d'elle.

Ils sont rares les films sociaux dans le cinéma d'Hollywood. A la façon d'un Ken Loach américain, Chloé Zhao fait le portrait de ces américains nomades qui habitent dans leur truck, vivant de petits boulots, choisissant leur destination en fonction des travaux saisonniers qu'ils pourront y glaner. Ce road movie fait la part belle aux paysages somptueux des grands espaces américains, à la force de l'entraide et de la communauté et laisse planer le doute sur les réelles raisons de ce nomadisme, choix de vie ou contrainte d'un système économique sans pitié. Sous le regard incrédule ou réprobateur de ceux qui croient encore au rêve américain, Fern choisie, semble t-il, une certaine forme de liberté.

Frances Mc Dormand est, cette fois encore, parfaite dans le rôle de cette femme déterminée. Elle est également la productrice de ce film inspiré du livre Nomadland – Surviving America in the Twenty-First Century de la journaliste Jessica Bruder.

Nomadland vient d'être récompensé de l'Oscar de la meilleure réalisatrice pour Chloé Zhao, du meilleur film et de la meilleure actrice pour Frances Mc Dormand.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 21:32

Novembre 2003, les USA ont mis fin au règne de Saddam Hussein et ont envahie l'Irak. A Bagdad, Mushin Kadr al-Khafadji, policier, est recruté par la coalition.

A travers ce personnage au passé aussi trouble que douloureux, Stephen Butchard, scénariste et Elliot Colla, auteur du roman originel, dessinent un thriller-historico-politique haletant. Les spécialistes du moyen-orient y trouveront peut-être quelques raccourcis grossiers, les autres s'attacheront à ce père de famille qui compose comme il peut avec les régimes politiques auquels lui et son pays sont soumis. Waleed Zuaiter dans le rôle principal est parfait, soutenu par un casting excellent.

6 épisodes à voir par lot de 3 sur Arte les jeudi 8 et 15 avril ou à volonté sur arte.tv. 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 19:59

Catherine Deneuve fait son retour là où on ne l'attendait pas : dans une pub pour Le Bon Coin. Le site de petites annonces fête ainsi ses 15 ans et Catherine Deneuve y expose sa passion pour les poules.

Une pub réalisée par Eric Lartigau, sur un script simple avec juste ce qu'il faut de décalage et d'autodérision pour que ce soit élégant et drôle, à l'image de la grande Catherine.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 19:53

13Bis (Treize bis) est une plasticienne qui travaille sur la mémoire, le passé. Ses œuvres, des collages papier, mixent des gravures anciennes et une imagerie moderne. La fragilité de son support porte parfaitement son sujet de prédilection. Les œuvres collées sur les murs s'effacent progressivement avec le temps et les affres de la météo.

Elle cite dans ses inspirations les collages de Hannah Höch, ceux surréalistes de Max Ernst, le land-art d'andy Goldsworthy et les œuvres collées du mouvement Dada

Ici un bel exemple, rue des Cascades dans le 20e arrondissement.

D'autres images de street-art sur artstreetic.com

Partager cet article
Repost0
27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 15:04

Les musées sont fermés ? Les galeries sont closes ? Qu'à cela ne tienne ! Le toujours surprenant Philippe Geluck, nous invite à changer d'air sur les Champs-Elysées où il expose en extérieur, 20 statues monumentales de son fameux Chat.

De 2 mètres de haut, en bronze, chaque oeuvre expose Le Chat dans une situation cocasse, satirique, poétique, successivement bourreau et victime. Philippe Geluck, a pioché dans ses près de 15 000 dessins, 20 saynètes ne nécessitant aucun dialogue (à l'exception d'une, "Le Parleur"). On y retrouve le goût prononcé de l'artiste pour l'absurde et son regard corrosive sur notre société.

Ce Chat en trois dimensions, toujours tout en rondeur et accompagné de ces victimes-complices, oiseaux et souris, conserve toute son efficacité. Et nous regarde, impassible, pouffer dans nos masques.

L'exposition "Le Chat déambule" est présentée, côté Jardins des Champs-Elysées, entre le Rond-point et la place de la Concorde jusqu'au 25 juin. L'exposition sera ensuite présentée à Caen, Bordeaux et à l'étranger.

Les œuvres sont en vente à 300 000€ pièce. L'argent récolté servira à la création du musée dédié au Chat et au dessin humoristique que Philippe Geluck prévoit d'ouvrir en 2024 à Bruxelles.

 

Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Partager cet article
Repost0
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 12:47

La 11e édition du festival de la jeune photographie européenne ne pouvant se dérouler comme chaque année au 104, les organisateurs nous invitent à visionner le travail des photographes sélectionnés sur le site : https://www.festival-circulations.com.

La vidéo ci-dessous commandée par les organisateurs, le comité artistique Fetart et réalisée par Jeremy Vissio, vous propose une visite guidée de l'exposition in situ.

La RATP est, cette année encore, partenaire du festival et présente plusieurs photographes aux stations Saint Denis, Hôtel de Ville, Chatelet, Les Halles, Madeleine  Jaures, Saint-Michel, La Chapelle, Gare de Lyon, Pyramides  Luxembourg, Bir Hakeim, Nanterre.

Présentation video des artistes 2021

Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 19:41

Le passionné et passionnant Bertrand Tavernier est parti aujourd'hui. A 79 ans, il nous laisse une imposante filmographie, tant par le nombre de films réalisés que par leur qualité, une liste impressionnante que l'on serait tenté de publier simplement parce qu'elle suffit à dire le talent du cinéaste.

Ainsi, en 1974, il signe pour son premier film un classique, L'Horloger de Saint-Paul, avec l'immense Philippe Noiret et traite de la filiation, un de ses sujets fétiches que l'on retrouve notamment dans Daddy Nostalgie et dans le chef d'oeuvre, sommet de mélancolie, Un dimanche à la campagne, adaptation du magnifique livre de Pierre Bost "Monsieur Lamiral va bientôt mourir".

Observateur attentionné de notre société, célébrant la bonté des uns et dénonçant les travers des autres, il signe avec la fiction L627, un presque documentaire précis sur une brigade de police, avec L'Appât, une dénonciation de la banalisation de la violence, dans La mort en direct, celle de la société du spectacle (en 1980, bien avant l'arrivée de la télé réalité en France), dans Coup de torchon, celle du racisme et de sa bêtise, avec Holy Lola, les difficultés de l'adoption, dans Ca commence aujourd'hui, il salue l'abnégation des "maîtres" instituteurs face à la misère sociale. Il aimait filmer les gens au travail. Ses personnages, quelque soit l'histoire dans laquelle ils sont plongés, ont un métier, horloger, instituteur, policier, ouvrier, artisan..., qu'il met en scène avec précision. Dans Quai d'Orsay, il dessine de façon très drôle très documentée, la vie d'un ministère (celui de De Villepin) et l'effervescence du travail des conseillers et des secrétaires.

Tout terrain, il s'est aussi promené du côté des films historiques. En costumes d'époque, La princesse de Montpensier, Que la fête commence, La fille de d'Artagnan, La passion Béatrice, dans notre Histoire plus contemporaine, La vie et rien d'autre, Capitaine Conan, Laissez-passer.

Il a aussi célébré deux de ces passions, le jazz dans Autour de minuit et le cinéma américain mettant en scène Tommy Lee Jones himself dans Dans les brumes électriques.

Cet amoureux du cinéma, qui débuta comme attaché de presse et journaliste dans les revues spécialisées pour devenir des années plus tard le Président de l'Institut Lumière, était aussi un formidable conteur de l'histoire du 7e art. En 2016, son dernier long-métrage a pris la forme d'un documentaire. Avec Voyage à travers le cinéma français, Bertrand Tavernier nous invite dans une partie de son panthéon du cinéma français. Trois heures de ballade émouvante et drôle que les commentaires du cinéaste rendent hypnotique. Il poursuivra le voyage en 2018, sur Arte, avec 8 épisodes, lui permettant de présenter d'autres réalisateurs, comédiens et musiciens qui ont enchanté sa vie de spectateur.

Un partage de passion porté par sa générosité et son goût de la transmission.

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2021 7 21 /03 /mars /2021 17:18

Le 2 mars 1955, à Montgomery, en Alabama, dans un bus, Claudette Colvin, 15 ans, la peau noire, refuse de céder sa place à une femme blanche. Elle sera la première noire à oser plaider non-coupable face aux juges.

Tania de Montaigne relate le rôle précurseur joué par cette adolescente qui, 18 mois avant Rosa Parks, a osé défier les règles ségrégationnistes établies par Jim Crow.  Noire dénonce l'indifférence de l'Histoire envers l'immense courage de Claudette Colvin ; courage dans son geste de rebelion, dans ses interventions face à la justice. Cette jeune fille fut aussi utilisée et abandonnée par les "vedettes" de la cause noire.

La scénographie basée sur des projections de videos et images d'époque et la qualité du texte dessinent parfaitement le contexte, la succession des faits, leur violence et leur injustice. Sur scène, au coeur, de ces illustrations, Tania de Montaigne invite le spectateur à s'identifier à une américaine "colored" vivant en Alabama dans les années 50.

Son court récit à la fois empathique et froid est saisissant.

Les séances d'avril au théâtre de l'oeuvre sont reportées en novembre 2021.

A défaut  de pouvoir voir le spectacle en salle, une captation vidéo est accessible sur francetv.fr.

Noire, le livre de Tania de Montaigne (éditions Grasset), est disponible dans toutes les bonnes librairies.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 17:54

A Brive, Emma et Anaïs, deux jeunes filles de 13 ans que tout oppose, milieu social, niveau scolaire, gestion émotionnelle, sont amies. Le documentaire les suit pendant 5 ans dans leurs études, leurs vies de famille, leurs amours, leurs amitiés.

Pendant 2h05, les séquences se succèdent sans commentaires, sans contextualisation ou témoignages directs des deux jeunes filles. Si cela fonctionne à peu près avec Emma qui semble avoir une vie assez linéaire, le processus pêche à dessiner le portrait d'Anais qui fait face à une vie plus complexe et plus riche. On aurait aimé la suivre avec plus d'attention.

Adolescentes vient de recevoir le César du meilleur documentaire.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2021 3 17 /03 /mars /2021 21:39

La galerie Thierry Bigaignon présente 27 photographies prises par Rémi Noël dans l'ouest américain entre 1994 et 2019.

Composés pour porter une idée, un jeu d'esprit, une astuce, ces clichés ont la beauté élégante du noir et blanc et déclenchent le sourire par leurs messages ludiques. Sympathique.

Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Partager cet article
Repost0
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 19:18

Galleria Continua, créée en 1990 à San Gimignano en Italie et aussi présente à Rome, en Chine, à Cuba et au Brésil, ouvre une nouvelle galerie en France. Après une implantation en Seine et Marne en 2007, Galleria Continua investit les 800m2 du 87 rue du Temple.

JR est le commissaire de la première exposition : Truc à faire.. Dans l'espace quasi intact de cet ancien grossiste en maroquinerie, les produits d'épicerie italienne, cubaine, brésilienne... côtoient sur les étagères des œuvres des artistes Maison. Des paniers de supermarché accueillent le visiteur qui peut faire ses emplettes entre huile d'olive, livres et œuvres d'art. Kader Attia, Ivan Capote, Ai Weiwei, Leandro Erlich, JR, Pascale Marthine Tayou, Kiki Smith... une trentaine d'artistes sont représentés.

Les coins et recoins du lieu donnent à cette visite une part ludique nouvelle, celle de la découverte d'un lieu au fort potentiel amené à se transformer au fil des expositions.

Galleria Continua fêtait ses 50 ans au 104 en octobre 2015, lire l'article ICI

Exposition Sphères Ensemble au 104 en octobre 2017, lire l'article ICI

 

Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Partager cet article
Repost0