SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

4 août 2021 3 04 /08 /août /2021 17:57

En 1981, Hubert Bonisseur de la Bath a pour mission d´assurer la réélection du dictateur d'un pays d´Afrique cher à la France.

Il est peu de dire que ce 3e opus très (trop) attendu déçoit. Jean Dujardin, toujours parfait dans le rôle de l´abruti de service, est entouré de Pierre Niney, Natacha Lindinger, Fatou N'Diaye, Gilles Cohen  et le regretté Wladimir Yordanoff, tous très bons dans des seconds rôles non aboutis, sous exploités.

Le scénario semble ne pas savoir où donner de la tête et ne trouve jamais l´équilibre entre son récit d´aventure, le portrait d'Hubert le beauf et les messages politiques. 

Les dialogues tombent à plat et les gags peu originaux sont desservis par une réalisation qui manque de rythme et de précision. L´usage de la musique est aussi mal dosé.

Une comédie satirique politique comme OSS 117 nécessite une précision d´orfèvre absente ici.

Partager cet article
Repost0
2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 21:26

Après trois ans de travaux et de rénovation et une année de confinement, la Bourse de commerce Pinault Collection a ouvert ses portes le 22 mai. L´homme d´affaires et collectionneur François Pinault a missionné l´architecte Tadao Ando pour qu'il revisite ce lieu historique afin que passé et futur se mêlent harmonieusement. Pièce maîtresse de cette adaptation, un cylindre de béton de 30 mètres de diamètre et 9 mètres de hauteur épouse la forme circulaire de l'édifice, délimitant l"espace et créant un chemin de circulation.

Le résultat est époustouflant de beauté et d'efficacité pratique. Le reste du monument a été restauré, en particulier l'immence fresque qui habille la rotonde, ainsi que la superbe coupole de métal composée de 2000 pièces de verre.

Un écrin somptueux pour accueillir l'énorme collection d'art contemporain de François Pinault qui possède environ 10 000 oeuvres et qui dispose déjà du Palazzo Grassi et Punta della Dogana à Venise pour exposer.

Pour l'inauguration de la Bourse de commerce, François Pinault s'est attribué le rôle de commissaire d'exposition choisissant lui-même les artistes et les oeuvres dans le soucis de témoigner d'une ouverture au monde, à la diversité, au respect des différences. 

Une trentaine d'artistes sont exposés dont Urs Fischer qui accueille les visiteurs dans la rotonde avec son hypnotisante oeuvre de cire, réplique de l'enlèvement des Sabines, qui a débuté sa combustion le jour de l'inauguration. Bertrand Lavier investit les 24 vitrines de la rotonde avec ses détournements d'objets du quotidien.

David Hammons, qui traite de la situation des afro-américains, se voit offrir sa plus grande exposition en Europe dans la galerie 2. La galerie 3, dédiée à la photographie, présente, entre autres, une série de Cindy Sherman et les 94 photographies de Louise Lawer dénonçant l'amendement Helms du 14 octobre 1987 interdisant l'utilisation des fonds fédéraux dans la prévention contre le Sida.

La galerie 4 expose trois imposantes œuvres de Rudolf Stingel d'huile sur toile semblant être des photographies. Les galeries 5, 6 et 7 sont dédiées à la peinture et à la sculpture avec des artistes aussi divers que Kerry James Mashall, Claire Tabouret, Lynette Yiadom-Boakye, Peter Doig, Kerry James, Luc Tuymans, Antonio Oba, Thomas Schutte, Martin Kippenberger...

A l'entrée, on trouve "Ici plage, comme ici bas" de Martial Raysse et sur les balcons de la rotonde 52 pigeons de Maurizio Cattelan.

La majesté du lieu, oeuvre d'art a lui seul et le nombre d'oeuvres exposées nécessitent 2 bonnes heures de visite. Enjoy !

 

Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Bourse de commerce - Pinault Collection
Partager cet article
Repost0
24 juillet 2021 6 24 /07 /juillet /2021 06:08
Gulliver, le dernier voyage, festival In d'Avignon - troupe Catalyse

Gulliver, dans son 3e voyage, fait nauvrage sur l'archipel de Laputa composé de quatre iles habitées par des personnages étranges.

Les comédiens de Catalyste menés par les metteurs en scène Madeleine Louarn et Jean-François Auguste nous emportent dans la fantasmagorie du roman de Jonathan Swift. La peur de la fin du monde et la mort sont au coeur de ce récit mené sur le ton de la satire, à la fois drôle et grinçant. Dans le respect du roman, les comédiens ont réécrit une partie de leur partition pour mieux se l'approprier, ajoutant ici et là quelques références contemporaines.

Ici Gulliver est une femme. Une jeune femme à la voix enfantine qui rend ses étonnements face à la folie des hommes plus touchants encore et drôles aussi. Manon Carpentier est excellente dans le rôle, entourée par les comédiens de la troupe, très bons également. Leur différence ; ils sont atteint d'handicap ; apporte à leur personnage la singularité qui sied parfaitement au récit et intensifie la portée décalée du propos.

A voir dans le cadre du Festival In d'Avignon jusqu'au 24 juillet, puis notamment deu au 6 octobre à Sew à Morlaix et à la MC93 en février 2022.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2021 7 11 /07 /juillet /2021 17:10

Chaque année, rendez-vous est pris. Le théâtre du Rond Point ouvre sa plus belle salle au Cirque Invisible de Jean-Baptiste Thierrée et Victoria Chaplin.

Lui, 83 ans, est le clown lunaire, farceur aux tours de magie où l'imaginaire et le rire l'emporte sur le sensationnel. Elle, 70 ans, est l’acrobate, la transformiste, la rêveuse qui nous présente son bestiaire géant et fantastique. Si le temps passe, la poésie et la grâce demeurent.

Voir le compte-rendu sur le spectacle de 2012

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 17:55

Henry McHenry stand-upper provocateur de renom et Ann Desfranoux délicate cantatrice star sont amoureux. De l'union de l'infréquentable et de la princesse naîtront un ogre et une enfant.

Carax présente un conte fantastique qui fait la part belle au lyrisme et à une énergie électrique qui nous gagne dès la scène d'introduction et la chanson titre des Sparks. Se succéderont une série de tableaux aux couleurs et décors superbes, mêlant références classiques et art video, aux ambiances romantiques, érotiques et terrifiantes. Le récit frôle parfois le vide sans jamais vraiment y tomber, régulièrement rattraper par une scène magique.

Carax semble avoir puisé dans les histoires récentes à l'origine ou issues du mouvement #metoo. On pense ainsi reconnaître dans le personnage d'Henry, Louis CK entre autres,  mais aussi tous ses maris jaloux de l'aura de leur conjointe, et en Annette, ces enfants pantins-stars exploités par leurs parents.

On l'aura compris l'homme ne ressort pas grandi de ce conte fantastique musical, à la fois un peu bancal et superbement mis en images et en musique. Adam Driver dont le corps n'a jamais semblé aussi imposant impressionne face à une Marion Cotillard qui offre dans une partition ténue une interprétation parfaite.

Une oeuvre qui ne peut laisser indiffèrent qui, à plusieurs degrés, est, tout à la fois, emballante et désespérante.

En compétition officielle au Festival de Cannes 2021.

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 08:07

La Comédie Française post-confinement se lâche et présente un spectacle musical libératoire particulièrement réjouissant.

 

La scène de la salle Richelieu se transforme en cabaret avec pour maître de cérémonie un Serge Bagdassarian aux allures de maharadja, tout d'or vêtu, irrésistible. Le comédien a créé ce spectacle avec Marina Hands, elle aussi sur scène.

 

Ils ont embarqué dans leur folie expiatoire Alain Lenglet, Anne Kessler, Julie Sicard, Sylvia Bergé, Florence Viala, Elsa Lepoivre, Jennifer Decker, Noam Morgensztern, Gael Kamilindi, Yoann Gasiorowski, Clément Bresson, Salomé Benchimol et Nicolas Verdier.

 

Avant tout portés par le rire et une joie débordante, mais non sans émotion, sketchs, numéros visuels, morceaux musicaux, hommages aux métiers du spectacle, à la comédie musicale et au grand répertoire, évocations du quotidien des comédiens du Français se succèdent multipliant les effets de surprises, passant du 3ième au 1er degrés, faisant se toucher de près fous rires et émotions, soulignant tout à la fois la force et la fragilité des comédiens, celles du monde du spectacle et l'indispensable complicité avec le public.

 

Mais quelle Comédie ! procure une joie sans nulle autre pareille, un bonheur immense de retrouver la Comédie Française et ses magnifiques comédiens.

A ne surtout pas manquer. Salle Richelieu jusqu'au 25 juillet.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2021 7 04 /07 /juillet /2021 12:26

Mai 2021, Nicolas, ancien président, propose à François, ex-président, de s'associer pour les prochaines élections présidentielles.

Anne Fontaine met en scène Nicolas Sarkozy et François Hollande ou plus précisément l'image que nous en avons : le nerveux, sportif de droite et le mollasson, soucieux de normalité de gauche. Jean Dujardin et Grégory Gadebois les incarnent avec juste ce qu'il faut d'imitation, servis par des dialogues reprenant les expressions et formulations favorites de chacun. Le résultat est absolument réjouissant. Les deux comédiens sont accompagnés par Pascale Arbillot et Doria Tillier, tous les quatre excellents.

Le scénario sert avant tout l'incongruité de la rencontre jouant avec les faux semblants et atermoiements des deux grands retraités forcés de la politique. Pas de réel message si ce n'est un clin d'œil féministe dans l'esprit du final de "Potiche" de Pierre Barilllet. "Présidents" est particulièrement drôle et c'est déjà beaucoup.

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2021 5 04 /06 /juin /2021 20:31

A Tokyo, Mikio tient une imprimerie et vit avec sa jeune épouse, sa petite fille et sa sœur divorcée. Un jour, Kagawa, que Mikio à connu autrefois, entre dans l´imprimerie.

Koji Fukada propose un film de home invasion, genre que le cinéma traite régulièrement. Le récit se déroule sans réelle surprise jouant plus sur le décalage comique que sur l'angoisse, sans intriguer vraiment si ce n'est sur son intention. S'agit-il d"une critique d'une société japonaise corsetée, enfermée dans les apparences, effrayée par la pauvreté et les étrangers... Ou est-ce au contraire une démonstration que le danger vient de l'extérieur ? Le réalisateur semble sans cesse jouer sur les deux tableaux sans prendre une position claire.

Si le film n'avait pas été tourné en 2010, on serait tenté, à quelques semaines de l'ouverture des JO de Tokyo dont le maintien en période de pandémie est controversé, de pencher pour la seconde hypothèse. Plus sûrement, on pariera sur une critique un peu simpliste du Japon et des travers de sa culture insulaire.

Sympathique mais vite oubliable.

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 11:47

Avec sa maman, Marion, et son père, Nelly revient dans la maison de sa grand-mère qui vient de mourir. Il faut faire le tri dans ses affaires et vider les lieux. Mais Marion, bouleversée, part et laisse Nelly et son père seuls dans la maison. Quand Nelly arpente la forêt mitoyenne, elle rencontre une petite fille qui lui ressemble.

Céline Sciamma filme depuis toujours l'enfance et l'adolescence féminine, âges des questionnements et de la construction. Ici, elle fait de son héroïne une petite fille à l'écoute des grandes personnes, une petite fille curieuse de l'enfance de ses parents, de ce qui les a construit. Cette curiosité et cette ouverture à l'autre placent d'emblée Nelly, et par identification le spectateur, dans les meilleures dispositions pour accueillir la rencontre extraordinaire qui l'attend au coeur et de l'autre côté de la forêt.

La magie réside ici dans la capacité de Céline Sciamma à emporter le spectateur dans cette histoire fantastique sans que le fantastique soit au centre du film. L'important se situe dans la rencontre, les émotions qu'elle suscite, les réponses qu'elle apporte et la possibilité de renouveler un dernier au revoir qui laissait des regrets.

Le récit au cordeau associé â une réalisation millimétrée, un montage précis et à une interprétation de Nina Meurisse, de Stéphane Varupenne, de Margot Abascal et des jeunes Joséphine et Gabrielle Sanz tout en retenue, permet d'aller droit à l'émotion et aux questionnements sur la transmission, la sororité, la relation parent-enfant,  l'absence, l'amitié, ce qui reste de l'enfance...

Un grand film d'1h10 à voir au cinéma.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2021 2 01 /06 /juin /2021 22:40

De nos jours, Sophie, parisienne de 28 ans, voudrait être dessinatrice, rencontrer le vrai amour et changer de matelas.

C'est sans doute Nine Antico qui résume le mieux les réserves qu'on peut porter à son film, via Sophie qui, lors d'un casting, dit à peu près ceci "j'ai trouvé le scénario inabouti."

Playlist est construit en une succession de saynettes de quelques petites minutes censées dessiner le personnage et ses errements professionnels et amoureux. On sourit parfois. On attend beaucoup. Et on se raccroche à l'énergie déployée par Sara Forestier et le pouvoir comique de la décalée Laetitia Dosch que la réalisatrice malheureusement sous exploite.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2021 2 01 /06 /juin /2021 18:50

350 photos, 5 vidéos issues de la collection privée de Sarah Moon sont présentées dans l'exposition "Passé Présent". La photographe a travaillé étroitement avec l'équipe du MAM sur la scénographie de cette exposition consacrée à l'ensemble de son travail : des publicités pour Cacharel à ses courts-métrages inspirés des contes d'Andersen, des photos de mode à ses photographies d'art pur. Dans ces dernières, se retrouvent des figures récurrentes, les oiseaux, les monstres, les usines, le cirque, l'enfance, les ombres, l'illusion...

Une très belle exposition qui révèle la grande richesse du travail de celle qui, dans les années 80, nous faisait rêver avec la beauté et l'élégance de ses publicités pour Loulou.

A voir jusqu'au 4 juillet 2021.

Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Sarah Moon au Musée d'Art Moderne de Paris
Partager cet article
Repost0
1 juin 2021 2 01 /06 /juin /2021 18:45

Une visite au musée d'Art Moderne de Paris, pour l'exposition de Sarah Moon par exemple, est l'occasion de voir ou revoir La Fée électrique de Raoul Dufy.

Pour l’Exposition internationale de 1937 à Paris, Raoul Dufy a réalisé, dans le hall du Palais de la Lumière et de l’Électricité une œuvre de 600 m². Entre mythologie et avancées technologiques modernes, Dufy présente la création de l’électricité. Il place les portraits de 110 savants et des dieux de l'Olympe dans un paysage multicolore de nature, de voiliers, d’oiseaux… La forme courbe de la salle et son éclairage donnent à cette fresque immense une dimension artistique exceptionnelle qui saisit toujours.

La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
La Fée électrique de Raoul Dufy
Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 15:59

Les peintres du Nord intéressent de plus en plus les musées français. Après le danois Hammershoi au musée Jacquemart-André, le suédois Anders Zorn au Petit Palais, le musée Marmottan-Monet présente la première exposition monographique en France consacrée à Peder Sevrin Kroyer.

Peintre danois naturaliste de la fin du XIXe siècle, Kroyer peint des paysages à l'heure où le jour tombant donne une lumière si particulière aux bords de mer nordiques. Une soixantaine de tableaux prêtés par les musées de Skagen, de Göteborg, de Copenhague, d'Aarhus, d'Alkersum/Föhr, de Lübeck, de Kiel, de Budapest sont présentés.

Dans une scénographie simple et colorée ; les peintures de mer sont exposées sur un fond jaune éclatant tandis que le orange et le gris sont réservés aux paysages de campagne ; le musée invite le visiteur a une plongée dans la lumière. L'artiste impressionne par la précision de sa peinture, le réalisme qui en ressort et interpelle par ses choix de cadrage. Chaque peinture ici exposée est un enchantement, la modernité des portraits, la beauté de la lumière bleue des paysages de mer, ceux de plage...

Une très belle exposition à voir jusqu'au 26 septembre 2021.

Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Peder Severin Kroyer, L'Heure Bleue, au musée Marmottan-Monet
Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 14:52

Une visite de l'exposition dédiée à Peder Séverin Kroyer (voir ci-dessus) au Musée Marmottan-Monet est l'occasion de revoir une dizaine de tableaux de Berthe Morisot présentés dans les collections permanentes.

Le musée possède la plus grande collection d’œuvres de la première femme impressionniste aux côtés de Renoir, Degat, Pissaro, Monet.

Dans une pièce dédiée à l'artiste, on peut notamment admirer Le cerisier et le portrait d'Eugène Manet et sa fille dans le jardin de Bougival.

Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Berthe Morisot, exposition permanente au musée MArmottan
Partager cet article
Repost0
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 17:17

Ceux qui ont eu la chance de voir Le Père au théâtre Hébertot se souviennent surtout de la prestation de Robert Hirsch emportant tout jusqu'au Molière du meilleur comédien.

En adaptant sa pièce au cinéma, Florian Zeller offre à Anthony Hopkins ce même incroyable rôle et un Oscar. Mais la magie du cinéma lui apporte surtout la possibilité de placer le spectateur dans la peau de son héros. Bien que construit de façon quasi similaire à la version théâtrale, son récit prend ici une tout autre ampleur. Les dialogues qui semblaient manquer de grâce au théâtre passent ici très bien, assistés par une belle et patiente mise en scène et une mise en son et en musique délicate.

Si Hopkins est épatant, Olivia Colman impressionne elle aussi, dans une composition tout en retenue.

Florian Zeller se révèle ainsi plus proche du bon cinéaste que du grand auteur de théâtre.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 15:13

Jérémy, trentenaire, voit sa carrière de comédien stagner et sa vie amoureuse battre de l'aile. Il part dans le Limousin se ressourcer chez sa mère.

Nicolas Maury incarne cet adulescent de façon très maniérée classant d'emblée son personnage dans la catégorie des attachiants, touchant et agaçant successivement. Si les quelques moments d'humour allègent un peu l'effet irritant, son personnage, de tous les plans, aurait gagné à être scruter en scènes moins étirées. Les seconds rôles, Nathalie Baye, en premier lieu, mais aussi Arnaud Valois ou Laure Calamy, excellente en réalisatrice au bord de la crise de nerf, interviennent comme une respiration, nous libérant, un peu, de ce nombrilisme.

Le récit que Nicolas Maury, qui se filme sous tous les angles pendant 1h50, nous propose, est un peu trop limité pour passionner vraiment.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2021 7 23 /05 /mai /2021 12:33

Suze, atteinte d'une maladie grave, cherche l'enfant qu'elle a abandonné à la naissance. 

Depuis 9 mois ferme, Albert Dupontel fait, avec bonheur, cohabiter burlesque, férocité, tendresse et un 1er degré qui n'avaient pas leur place dans ses premiers films plus caustiques.

Ici, Dupontel affiche plus encore ce 1er degré et une forme de naïveté qui chez un autre glisserait dans la niaiserie. Le mordant, le sens du burlesque, l'écriture serrée, la mise en scène précise et l'élégance des interprètes sauve cette fable de cet écueil.

Dans un récit drôle et émouvant d'un grand romanesque, Dupontel dénonce, la souffrance au travail - ses trois héros souffrent de maux nés de leur activité professionnelle, une modernité qui efface tout, le tout numérique qui isole et surveille, les violences policières...

Virginie Effira, dans un rôle casse-gueule à souhait, est parfaite de nuances, Dupontel excelle dans le rôle du monsieur tout le monde prit dans la tourmente et Nicolas Marié brille une fois encore dans le décalage.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 20:49

Pendant le confinement, Jacques Weber a réuni François Morel, François Marthouret, Christine Murillo, Catherine Ferran, lui-même et les marquantes Stéphane Caillard et Audrey Bonnet dans le théâtre de l'Atelier pour proposer une version télévisée d'Oncle Vania de Tchekhov.

Sur la scène, dans la salle et les coulisses du théâtre, la caméra suit les comédiens qui présentent une réécriture moderne de l'oeuvre, qui déçoit un peu. Est-ce la réalisation très prégnante, est-ce la simplification du texte...  toujours est-il que le souffle romanesque, la force de la mélancolie Tchekovienne n'affleurent que trop peu.

A voir sur www.francetv.fr jusqu'au 28 mai. 2021

Partager cet article
Repost0
15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 20:30

Jean-François Sivadier met en scène les répétitions de La Traviata de Verdi. Metteur en scène passionné et au bord de la crise de nerfs, chef d'orchestre péremptoire, ténor perché, divas capricieuses, assistante désabusée... tous s'affairent dans cette création, le public représentant les choristes et l'orchestre (muets) de la troupe.

Sivadier montre la création au travail avec l'engagement qu'elle commande, sa passion, sa folie, son incongruité, les angoisses et prétentions de chacun.... Le spectacle de ces répétitions très drôle présente aussi de beaux moments d'émotion et d'hommage à l'art théâtrale. Les comédiens, Nicolas Bouchaud, Marie Caries, Charlotte Clamens, Vincent Guedon, Nadia Vonderheyden et JF Sivadier sont excellents.

France 5 propose, jusqu'au 22 mai, sur le site www.francetv.fr, une captation vidéo très réussie (réalisée par Philippe Beziat).

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2021 5 30 /04 /avril /2021 20:46

"Le 23 juin, ça fera sept ans que Soren est mort. C’était mon fiancé. Il avait 29 ans. Son cœur a cessé de battre - une mort toute simple, un hasard statistique"


Ainsi débute l'histoire que nous conte Maïa Mazaurette dans ce podcast natif de 7 épisodes. A priori ce sujet plombant n'est pas très engageant. Pourtant, la beauté du texte faussement simple, la tonalité de la voix de la conteuse, la musique d'Alex Finkin et la réalisation de Fabrice Laigle font de ce podcast un moment suspendu tout particulier.

Ecouter sur France Inter en cliquant ICI

Partager cet article
Repost0
28 avril 2021 3 28 /04 /avril /2021 20:30

Sabine trouve dans une vieille boite, ayant appartenue à son grand-père, des archives concernant un certain Léopold Morgenstern.

Frédéric Moulin a écrit et interprète cette pièce qui raconte ses recherches et ses découvertes sur l'histoire de Léopold Morgenstern et ce qui, peut-être, le liait à Louis Moulin.

L'association de la lecture et la projection des documents, ancrant la pièce dans sa vérité historique, et de l'héroïne féminine, exprimant les émotions et les doutes ressentis pendant sa quête, donnent à la pièce une force romanesque à deux dimensions très efficace.

Une version filmique est rediffusée sur la chaîne LCP le 30 avril à 22h00.

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 19:32

Dans le Nevada, l'entreprise qui a fait vivre pendant des décennies la ville d'Empire n'a pas résisté à la crise de 2008. Fern, récemment veuve, seule dans une ville morte elle aussi, aménage sa camionnette et prend la route vers une vie hors d'un système qui ne veut plus d'elle.

Ils sont rares les films sociaux dans le cinéma d'Hollywood. A la façon d'un Ken Loach américain, Chloé Zhao fait le portrait de ces américains nomades qui habitent dans leur truck, vivant de petits boulots, choisissant leur destination en fonction des travaux saisonniers qu'ils pourront y glaner. Ce road movie fait la part belle aux paysages somptueux des grands espaces américains, à la force de l'entraide et de la communauté et laisse planer le doute sur les réelles raisons de ce nomadisme, choix de vie ou contrainte d'un système économique sans pitié. Sous le regard incrédule ou réprobateur de ceux qui croient encore au rêve américain, Fern choisie, semble t-il, une certaine forme de liberté.

Frances Mc Dormand est, cette fois encore, parfaite dans le rôle de cette femme déterminée. Elle est également la productrice de ce film inspiré du livre Nomadland – Surviving America in the Twenty-First Century de la journaliste Jessica Bruder.

Nomadland vient d'être récompensé de l'Oscar de la meilleure réalisatrice pour Chloé Zhao, du meilleur film et de la meilleure actrice pour Frances Mc Dormand.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 21:32

Novembre 2003, les USA ont mis fin au règne de Saddam Hussein et ont envahie l'Irak. A Bagdad, Mushin Kadr al-Khafadji, policier, est recruté par la coalition.

A travers ce personnage au passé aussi trouble que douloureux, Stephen Butchard, scénariste et Elliot Colla, auteur du roman originel, dessinent un thriller-historico-politique haletant. Les spécialistes du moyen-orient y trouveront peut-être quelques raccourcis grossiers, les autres s'attacheront à ce père de famille qui compose comme il peut avec les régimes politiques auquels lui et son pays sont soumis. Waleed Zuaiter dans le rôle principal est parfait, soutenu par un casting excellent.

6 épisodes à voir par lot de 3 sur Arte les jeudi 8 et 15 avril ou à volonté sur arte.tv. 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 19:59

Catherine Deneuve fait son retour là où on ne l'attendait pas : dans une pub pour Le Bon Coin. Le site de petites annonces fête ainsi ses 15 ans et Catherine Deneuve y expose sa passion pour les poules.

Une pub réalisée par Eric Lartigau, sur un script simple avec juste ce qu'il faut de décalage et d'autodérision pour que ce soit élégant et drôle, à l'image de la grande Catherine.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 19:53

13Bis (Treize bis) est une plasticienne qui travaille sur la mémoire, le passé. Ses œuvres, des collages papier, mixent des gravures anciennes et une imagerie moderne. La fragilité de son support porte parfaitement son sujet de prédilection. Les œuvres collées sur les murs s'effacent progressivement avec le temps et les affres de la météo.

Elle cite dans ses inspirations les collages de Hannah Höch, ceux surréalistes de Max Ernst, le land-art d'andy Goldsworthy et les œuvres collées du mouvement Dada

Ici un bel exemple, rue des Cascades dans le 20e arrondissement.

D'autres images de street-art sur artstreetic.com

Partager cet article
Repost0