SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

30 octobre 2019 3 30 /10 /octobre /2019 15:56

Arthur, déséquilibré mental, vit seul avec sa mère psychologiquement malade. Il cachetonne comme clown et se rêve stand-uper tout en tentant de survivre dans une société ultra violente, humiliante et qui abandonne l'idée de le soigner.

Ce film imagine un passé au Joker (le méchant de Gotham City dans Batman) Pourquoi est-il devenu cet affreux individu ? Tout simplement parce qu'il est mentalement malade, nous dit le film dès les premières minutes. Pendant deux heures, le récit nous explique comment un gentil déséquilibré devient un affreux meurtrier dans une réalisation ultra demonstrative, à l'accompagnement sonore pesant et à l'interprétation outrancière. Interminable et vain.

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2019 2 29 /10 /octobre /2019 22:38

A Alger, dans les années 1990, alors que la guerre civile prend de l'ampleur, Nedjma, étudiante, dessine et vend des robes. En réponse à la violence des intégristes, elle organise un défilé de mode.

Que ses créations soient réalisées à partir du Haik, ce tissu de 5 mètres destiné à être porté par les femmes pour masquer leur corps, ajoute à la portée du symbole. Mounia Meddour célèbre les femmes dans leur volonté de résister à l'oppression et à rester maîtresse de leurs corps et de leur destiné.

Elle dose parfaitement son récit qui monte en tension. Après les rires et l'insouciance des premières minutes du film, l'angoisse s'installe par petites touches et une succession d'événements. L'étau se resserre sur Nedjma et ses amis. La réalisatrice joue avec les couleurs et la lumière pour figurer la liberté et ses oppresseurs. Dans sa photographie, elle magnifié la beauté de cette jeunesse qui se débat sous la belle lumière Méditerranée face aux femmes en tenue traditionnelle noire et les hommes en armes qui semblent presque irréels.

L'énergie et la fraîcheur des comédiennes, dont Lyna Khouri dans le rôle principal, emportent l'ensemble.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2019 2 29 /10 /octobre /2019 20:05

Ce lundi 28 octobre, la salle Pleyel était pleine à craquer pour écouter The Divine Comedy qui présentait son 12ième album "Office Politics", sorti en juin.

Sur scène, deux portes "In" et "Out" et un bureau sur lequel est posé un ordinateur, cinq musiciens et des synthés, très présents dans ce dernier album où une électro un brin agressive illustre certains textes sarcastiques sur la déshumanisation du monde du travail. 

Neil Hannon avec sa belle voix grave, bien que légèrement enrhumé, porte beau en costume rouge pétard. Sur scène la bonne humeur et le second degré sont de mise. "Come on guys !" Neil Hannon invite le public français, "au silence, le plus impressionnant du monde" à manifester plus fort encore son plaisir d'être là. Car le plaisir est bien là même si les titres robotiques tels "The Synthesiser Service Centre Super Summer Sale" ou "Psychological evaluation" déboussolent un peu jusqu'à nous perdre carrément. On retrouve vite le talent mélodique de Neil Hannon qu'il soit lyrique ("When the working day is done", "I'm A Stranger Here", "Norman and Norma'...) ou rythmique ("Queue jumper", "You'll never work in this town again"...). Le tout complété par les incontournables "A lady of a certain age, "Absent friends", "National Express" ou "Come home Billy bird"...

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2019 5 25 /10 /octobre /2019 18:24

On peut être lassé de la recette d'écriture faite d'instantanés-clichés et de name-dropping, on peut avoir l'impression d'avoir déjà entendu ces mélodies, on peut ne pas être particulièrement fan du chanteur et passer un excellent moment au concert de Vincent Delerm.

Un piano à queue en centre scène sur fond d'écran géant. Un chanteur joueur qui manie parfaitement l'autodérision. Des sketchs-interludes, de l'humour, de l'impro, des surprises, des voix off, de l'émotion. L'envie de revoir La nuit américaine. L'hommage à Agnès Varda. La reprise de deux titres du premier album, l'Album qui excusera pour toujours le reste de la discographie. Puis Clotilde Hesme. Puis les vidéos minimalistes au design très épuré qui tapissent le fond de scène et capturent le chanteur. Puis, le bonheur de l'artiste. Et puis, le plaisir du public.

Photo : SophieCCN

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2019 5 25 /10 /octobre /2019 15:34

En 2014, en Centrafrique, Camille Lepage, 25 ans, photojournaliste, couvre la guerre civile.

Camille montre la guerre civile dans un des pays les plus pauvres d'Afrique à travers le regard d'une jeune photographe. Si le film n'explore pas en profondeur la situation en Centrafrique, il dessine sans tabou l'extrême violence et la confusion du conflit. Le portrait de cette jeune femme fougueuse, à la fois enthousiaste et désillusionnée, amoureuse de l'Afrique et de sa jeunesse, victime et bourreau, est porté par Nina Meurisse, lumineuse et grave.

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 13:00

Le Petit Palais consacre une très belle exposition au sculpteur et dessinateur italien Vincenzo Gemito. Né en 1852 à Naples, l’artiste y a effectué l’essentiel de sa carrière, à l’exception de quelques années passées à Paris qui lui ont apporté la célébrité.

Enfant trouvé, élevé dans les rues de Naples, Gemito a consacré une grande partie de son œuvre à l’enfance des rues.

Ses sculptures saisissent par leur grande expressivité et l’ensemble de son œuvre par sa modernité.

Le Petit Palais présente 120 sculptures et dessins dans une belle scénographie, sobre et élégante, et une mise en lumière des œuvres particulièrement soignée. 

Une très belle exposition à voir jusqu’au 26 janvier 2020.

Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Vincenzo Gemito au Petit Palais
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 12:16

A l’occasion du bicentenaire de Gustave Courbet, le Petit Palais présente, dans un accrochage inspiré des Salons du XIXe siècle, une dizaine d’œuvres de Courbet en regard de quinze toiles de Yan Pei-Ming, grand admirateur du peintre français. Si la beauté des peintures de Courbet font toujours leur effet, les toiles de Yan Pei-Ming impressionnent plus particulièrement.

A voir jusqu’au 19 janvier 2020.

Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Yan Pei-Ming / Courbet, Corps à corps
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2019 6 19 /10 /octobre /2019 13:51

Le Petit Palais et l’avenue Winston-Churchill accueille une trentaine d’œuvres dans le cadre de la FIAC.

On retrouve, entre autres, sur l’avenue « piétonisée  » envahie de Food trucks et de tables de pique-nique, la machine à barbe à papa de Vivien Roubaud, une œuvre de Julien Creuset, un camion de Nicolas Momein, une Fiat 500 par Richard Jackson. Devant le Petit Palais, une imposante chauve-souris de Johan Creten, une œuvre dite anthropomorphique de Saint Clair Chemin.

La partie la plus intéressante se situe dans le Petit palais. La beauté du bâtiment 1990 flatte les œuvres qui ont été installées dans la galerie Sud, le péristyle et le jardin.

L’installation « Le proverbe turc » d’Erik Dortmund, le tableau « Les grands fonds » de Pierre Alechinsky, les sculptures en résine de Gaëtan Pesce, en bronze de Kiki Smith, en verre (et la tapisserie) de Laure Prouvost interpellent particulièrement.

Accès gratuit.

A voir jusqu’au 20 octobre.

 

FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
FIAC Projects au Petit Palais
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2019 5 18 /10 /octobre /2019 21:06

Cette année encore la FIAC investit les jardins des Tuileries et la place de la Concorde, deux écrins exceptionnels qui donnent une dimension toute particulière aux œuvres exposées.

Parmi les artistes représentés, on remarque Pierre Ardouvin, Calder, César, Mark di Suvero, Ida Eklab, Sylvie Fleury, Richard Jackson, Alex Katz, Matthew Monahan, Sagna Moulton, Moataz Nasr, Younès Rahmoun, Vladimir Skoda, Tomi Ungerer, Cécile Bendixen, Carlos Cruz-Diez, Odile Decq, Jean Prouvé...

La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
La FIAC 2019 hors les murs7
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2019 5 18 /10 /octobre /2019 20:50

Depuis 2012, la FIAC convie un artiste à investir la Place Vendôme. Yayoi Kusama avait accepté l’invitation et inspirée par ses thèmes récurrents produit une superbe citrouille jaune recouverte de pois. L’œuvre gonflable d’une superficie de 10m carré s’avérait être une des plus imposantes de l’artiste.
Installée en début de semaine, elle a dû être démontée ce jeudi car trop instable par coup de vent.

Reste sur la place trois cartels et des amateurs de l’artiste à la recherche de la citrouille envolée.

FIAC 2019 : Rendez-vous manqué avec Yayoi Kusama
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2019 1 14 /10 /octobre /2019 19:14

Roy Mc Bride, brillant astronaute, est missionné pour mettre fin à un phénomène étrange venu de l'espace mettant en danger la terre. Pour cela, il doit retrouver aux confins de l'espace son père parti, il y a bien longtemps, à la tête d'une vaste mission pour trouver une trace de vie intelligente.

Les images sont très belles et la réalisation efficace tant dans les scènes d'action que de contemplation. Brad Pitt est parfait dans le rôle de l'astronaute déterminé et de fils abandonné meurtri. Le rôle, qui alterne testostérone et sensibilité à fleur de peau,  n'est pourtant pas évident à tenir. James Gray qui a l'habitude de flirter avec le ridicule est, à plusieurs reprises, très près d'y tomber. La voix off du héros qui s'auto psychanalyse y fait beaucoup.

La qualité des images et celle de la réalisation des scènes dans l'espace, sur la lune ou Mars ou dans les vaisseaux spaciaux, nous font, presque, oublier ce travers.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2019 1 14 /10 /octobre /2019 12:06

Richard découvre que sa femme Maria le trompe. Après leur dispute, Maria décide, à l'insu de Richard, de passer la nuit dans l'hôtel face à leur appartement.

Christophe Honoré propose une sorte de vaudeville, mâtiné de comédie romantique à la Cary Grant/Katarine Hepburn, de l'absurde d'un Blier, du cynisme d'un Guitry et du décalage d’un Resnais. Un ensemble réjouissant où le réalisateur amuse autant qu’il semble lui-même s’amuser.

Jouant avec les règles du genre, il installe dans le rôle, à la fois, de l'amant dans le placard et du mari infidèle, Chiara Mastroiani, absolument parfaite. Benjamin Biolay et Vincent Lacoste se partagent le rôle du conjoint romantique et Camille Cottin interprète celui du premier amour, mélancolique, en quête de retour.

Le réalisateur a placé cette comédie dans un quasi huis clos reconstituant les deux lieux de l'action en studio ; seules les rares scènes de rue ont été tournées en extérieur. Un décor que le réalisateur n’a pas peur de montrer en survolant les différentes pièces. Un procédé qui associé à des textes très écrits nous rapproche du théâtre. 

La réalisation offre de beaux plans et une photographie très séduisante qui jouent avec ces décors colorés et une lumière au rendu artificiel nous emportant naturellement dans la fantasmagorie de Maria. 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2019 5 11 /10 /octobre /2019 21:27

Pour sa réouverture après un an de travaux, le MAM de Paris ouvre ses portes et ses collections temporaires gratuitement tout le week-end.

La fête a débuté ce vendredi avec à l'extérieur des DJ sets de Patrick Vidale et Eugène Delation. A l'intérieur un big band anime la visite du nouvel accrochage des collections permanentes et de ceux de deux expositions temporaires. You, La collection Lafayette Anticipations qui présente des artistes contemporains.

Et surtout une très belle retrospective des oeuvres du peintre Hans Hartung pionnier de l'abstraction lyrique. Pas moins de 400 oeuvres sont présentées chronologiquement dans un accrochage aéré laissant place à l'expression de chaque création.

Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Rétrospective Hans Hartung au musée d'Art moderne de Paris
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2019 6 05 /10 /octobre /2019 12:42

Le PCB accueille les artistes Damien Beneteau, Laurent Debraux, Justin Fiske, Pascal Haudressy, Gladys Nistor, Haruhiko Sunagawa, Catarina Rosa, Karina Smigla-Bobinski dans une exposition proposée par Eko Sato (galeriste dans le 20e).

"Le Silence du Mouvement est une expérience sensorielle privilégiant la lenteur et le silence au brouhaha et à l'agression de la vitesse."

A voir jusqu'au 21 décembre.

Le silence du mouvement au Pavillon Carré de Baudouin
Le silence du mouvement au Pavillon Carré de Baudouin
Le silence du mouvement au Pavillon Carré de Baudouin
Le silence du mouvement au Pavillon Carré de Baudouin
Le silence du mouvement au Pavillon Carré de Baudouin
Le silence du mouvement au Pavillon Carré de Baudouin
Le silence du mouvement au Pavillon Carré de Baudouin
Le silence du mouvement au Pavillon Carré de Baudouin
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2019 4 03 /10 /octobre /2019 15:25

Cadre supérieur dans une compagnie de fret maritime, Franck est licencié après avoir pris une décision immorale mais rentable pour son entreprise.

Le sujet du film d'Antoine Russbach n'est pas tant la dureté du monde du travail que l'immoralité qu'il peut porter, broyant les hommes et mené par la puissance de l'argent. Immoralité d'entreprises sans foi, ni loi, immoralité de ses employés poussés aux crimes, immoralité des familles qui se fichent de savoir d'où vient l'argent du foyer.

A la première partie réussie, succède un grand vide que le talent indéniable d'Olivier Gourmet ne peut combler. Le rythme global est lent, la tonalité très froide permet difficilement de s'attacher aux personnages, d'autant plus que le héros est un taiseux qui souffre en silence. L'ensemble manque cruellement de rebondissement et d'événements.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2019 2 01 /10 /octobre /2019 15:00

L'avis d'une tout à fait non-spécialiste des Marvel :

Spiderman Far from home est un film qui parle d'adolescents et s'adresse essentiellement aux adolescents. 🤓

Cela reste assez drôle 😂, visuellement bien foutu 🤩, affreusement bavard 😴 et très instructif : Iron Man est semble t-il décédé dans un épisode précédent 😱

2h10 c'est quand même très long.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2019 7 29 /09 /septembre /2019 16:22

1998, Kaboul est aux mains des talibans. Mohsen et Zunaira rêvent de pouvoir enseigner, lui, l'histoire, elle, le dessin, d'aller au cinéma, de se promener main dans la main et sans burqa.

Belle et curieuse idée que celle d'adapter le livre de Yasmina Kadra en animation. Les réalisatrices ont choisi de faire jouer les comédiens puis de mettre leur jeu en images pour une plus grande justesse dans l'interprétation. Ce procédé astucieux fait son effet. Les dessins sont très beaux. Leur beauté et les plans qui ne montrent jamais la violence de face, tout en ne reniant pas l'horreur de la situation, tire le film vers la  fable. Un part pris respectable qui peut interroger au regard du sujet.

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2019 7 22 /09 /septembre /2019 15:54

C'est l'anniversaire d'Andrea. Dans la grande maison familiale enfants et petits enfants sont réunis. Claire, la fille aînée, partie à l'étranger depuis 3 ans, réapparaît.

Cette histoire de famille est surtout le portrait d'une femme dysfonctionnelle, agressée par la vie, qui bouscule un bonheur familial déjà instable reposant sur le déni.

Le film est porté par son excellent casting, Vincent Mc Caigne, Luana Bajrami, Laetitia  Colombani, Cédric Kahn, aussi bon devant que derrière la caméra, l'immense Catherine Deneuve et la très grande Emmanuelle Bercot.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2019 6 21 /09 /septembre /2019 19:52

Nous en avons tous une et on l'aime ou on la déteste qu'elle soit une bonne ou une mauvaise mère. 

Voilà grosso merdo le propos du film, qui en plus de ne trouver rien de bien profond ou poétique à dire, adopte un format qui ne laisse aucune chance à ses personnages qui apparaissent en scènes courtes les uns après les autres dans une boucle qui durera près de 2 heures. 

Même les comédiens, pour la plupart talentueux (Nicole Garcia, Pascale Arbillot, Noémie Merlant, Olivia Côte, Vincent Dedienne, Audrey Fleurot, Clotilde Courau, Marie-Christine Barrault, Carmen Maura...), semblent perdus dans une interprétation hasardeuse du rien qui leur est donné à jouer.

Désolant.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2019 6 21 /09 /septembre /2019 19:40

Heloise, mère de trois enfants, voit l'heure du départ de la petite dernière arriver.

Difficile de se passionner pour cette histoire  centrée sur les nombrils d'une ado. pourrie-gâtée et de sa mère hystérique. La pauvreté du récit, la platitude des dialogues, l'absence de profondeur des personnages, le milieu parisien-frique, la vulgarité de l'ensemble affligent. Même l'immense talent de Sandrine Kiberlain semble atteint par la médiocrité générale.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2019 6 21 /09 /septembre /2019 12:46

Au XVIIIe siècle, Marianne, jeune peintre, est engagée pour réaliser le portrait d’Héloïse, promise à un homme qu'elle ne connait pas et à qui le portrait doit être envoyé.

Les superlatifs se bousculent pour dire la charge émotionnelle portée par ce film. La beauté et la délicatesse sont partout.

Dans la photographie d'abord. Majesté des paysages baignés de lumière, harmonie des couleurs, mystère des intérieurs d'une grande simplicité tamisée, éclairage des visages, des regards et des corps. Dans la mise en scène ensuite, à la fois vive et en retenue, qui montre et laisse deviner.

Dans les dialogues aussi qui en peu de mots, simples et subtils, disent tout. Dans les silences et les sons, du frottement du fusain sur le papier, aux crépitements du feu des cheminées jusqu'aux rythmes des respirations. Dans la fluidité du récit astucieux qui ne découvre pas tout et laisse volontiers imaginer, deviner.

Dans la tonalité d'un clavecin qui ne joue que quelques notes éparpillées d'une mystérieuse musique qu'on reconnait pourtant. Dans un "je ne sais pas" qui dit précisément le "je ne sais pas" qu'il veut dire. Dans le pinceau qui dévoile la texture d'une peau, les traits d'un visage, la colère d'un regard.

Dans l'interprétation de Luana Bajrami, touchant oiseau tombé du nid et combattante. Dans celle de Valeria Golino, dont le regard perdu et la voix voilée portent merveilleusement le spleen de son personnage. Dans le duo fusionnel formé par Adèle Haenel intense et Noémie Merland touchée par la grâce.

Par les sujets abordés. La condition des femmes, qu'elles soient aristocrates, domestiques ou artistes. La création, la fragilité et la domination de l'artiste et celles de son modèle. La naissance d'un amour guidant vers l'émancipation. Le mythe d'Orphée et d'Eurydice, le choix de l'amoureux et celui du poète. Le renoncement. La portée du souvenir.

Tout est délicatesse et beauté, jusqu'à ce titre merveilleusement romanesque : "Portrait de la jeune fille en feu".

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2019 6 21 /09 /septembre /2019 11:54

A la fin des années 60, Rick Dalton, star de séries télé, et Cliff Booth son cascadeur et homme à tout faire, tentent de survivre dans l'industrie hollywoodienne. Ils y croisent Sharon Tate et la secte Manson.

Tarantino parle d'hommage à Hollywood. Le film ressemble plutôt à l'expression d'une nostalgie de l'imagerie des années 60. Les personnages principaux sont dessinés à gros traits et ne semblent être là que pour habiller les sketchs délirants et nostalgiques du réalisateur. L'ensemble est assez répétitif, les scènes similaires se succèdent. Léonardo Di Caprio et Brad Pitt, parfaits ne suffisent pas à nous sortir d'un certain ennui. Cerise sur le gâteau Tarantino se pique de venger Sharon Tate.

Qu'il habille les histoires sorties de son imagination d'outrance, de violence et d'humour dégénéré est une chose, qu'il s'empare de personnages réels au destin tragique pour donner un semblant de sens à son propos rend l'ensemble indigeste. Si le mauvais goût fait partie de l'oeuvre de Tarantino, il a atteint ici ses limites.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2019 5 20 /09 /septembre /2019 21:28

Le docteur Petypon se réveille  après une soirée bien arrosée dont il ne se souvient de rien. Il découvre la Môme Crevette, vedette du Moulin Rouge, dans son lit.

Zabou Breitman met en scène ce Feydeau en ajoutant à la folie de l'auteur son propre délire avec quelques idées de scénographie jouant sur l'anachronisme et les mises en abîmes. Cette touche personnelle déborde un peu trop sur la seconde partie qui frôle le n'importe quoi. Si l'on osait des comparaisons hasardeuses, on dirait qu'elle sert moins bien qu'Isabelle Nanty (Hôtel du Libre Echange) le génie e Feydeau, qui crée toujours quelques instants de lassitude avec ses portes qui claquent, ses maitresses dans le placard et ses éternels recommencements. 

On prend tout de même beaucoup de plaisir à voir les personnages se débattre dans cet embroglio.

Micha Lescot, définitivement génial, et Lea Drucker, irrésistible, sont hilarants. Le reste de la troupe, ils sont 16 sur scène, Eric Prat et Anne Rotger en tête, suit le rythme avec bonheur.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2019 5 20 /09 /septembre /2019 15:19

Lila tente d'oublier Rémi qui vient de la quitter.

Hafsia Herzi réalise son premier film et se met en scène. De tous les plans, l'actrice séduit toujours. La réalisation au plus près des personnages et le montage qui alterne séquences longues et montage rythmé sont agréables. Le casting de qualité inégale nous offre le plaisir de retrouver Anthony Bajon et de découvrir Myrian Djeljeli et Djanis Bouzyani. Pour ce qui est du récit, il se compose de scènes successives qui jouent au maximum la carte du naturalisme mais présentent des dialogues et des enjeux un peu vains. L'ennui pointe régulièrement son nez et repart. Inégal et intrigant.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2019 7 15 /09 /septembre /2019 14:32

Le seul intérêt du film réside en la présence de Jean-Louis Trintignant et d'Anouk Aimé.

Pour le reste, aucune heureuse surprise. Lelouch s'appuie très largement sur son film "Un homme et une femme" dont il reprend de nombreux et longs extraits et fait joujou avec ses deux comédiens.

Il présente un scénario niais, des dialogues ineptes, des seconds rôles en roue libre, une musique envahissante, une réalisation sans créativité et globalement beaucoup de lourdeurs.

 

Partager cet article
Repost0