SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

10 mai 2019 5 10 /05 /mai /2019 15:46

Alex vient passer quelques jours chez sa grand-mère, Muriel, avant de s'installer au Canada. Muriel est intriguée par le comportement d'Alex qui s'est converti à l'Islam.

Téchiné offre à Catherine Deneuve un très beau rôle de femme épanouie et aimante confrontée à l'incompréhensible.

Le récit prend place dans la campagne, prés des cerisiers, dans un centre équestre où de jeunes enfants apprennent à faire du poney. Tout respire la vie  et la joie de vivre. Téchiné prend soin, petit à petit, de confronter ce lieu d’échange et de joie à l'austérité et la violence des rapports qu'Alex entretient avec ses comparses djihadistes.

Son scénario repose essentiellement là-dessus, ne cherchant jamais à expliquer, affirmant même, par la voix d'un djihadiste repenti, qu'il n'y a rien à faire.

Sans atteindre la puissance de Mon cher enfant de Mohamef Ben Attia, le film se regarde sans désintérêt grâce surtout au beau rôle offert à Catherine Deneuve et à la prestation de Kacey Mottet Klein.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2019 4 09 /05 /mai /2019 20:01

Samuel Courtauld était un industriel et mécène anglais qui dans les années 20 se constitua une collection d'art impressionniste, soutenant plus particulièrement Seurat et Cézanne.

110 œuvres impressionnistes et post-impressionnistes, dont une soixantaine de peintures, sont exposées. Ces œuvres sont prêtées par la galerie Courtauld actuellement en travaux.

L’ensemble est présenté dans une scénographie classique et sage, sans doute pour laisser toute la place aux seules œuvres pour la plupart remarquables.

On compte parmi les peintres exposés Modigliani, Boudin  Daumier, Degas, Seurat, Matisse, Turner, Pissaro, Le Douanier Rousseau, Toulouse Lautrec, Sisley.... dont des œuvres phare telles "Un  bar aux Folies bergère" de Manet, "La loge" de Renoir, "La gare Saint-Lazare" de Monet, "Nevermore" de Gauguin, "Autoportrait à  l'oreille bandée", de Van Gogh, " Les joueurs de carte" de Cézanne"...

A voir jusqu'au 17 juin 2019.

 

 

 

La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
La Collection Courtauld à la Fondation Vuitton
Partager cet article
Repost0
8 mai 2019 3 08 /05 /mai /2019 16:59

Manuel López-Vidal est un homme politique influent au niveau régional. Quand l'un de ces collègues est accusé de malversation, il est très vite éclaboussé et désigné comme bouc émissaire pour sauver l'image du parti tout entier.

El Reino s'inspire de l'affaire Gürtel, scandale de détournements de fonds publics et de corruption destinés à enrichir les cadres du Parti Populaire, révélée en 2009.

Le réalisateur avoue avoir délibérément omis certains faits trop énormes pour être crédibles. Mais, ici ce ne sont pas tant les faits qui sont au centre du récit mais ceux qui en sont les commanditaires. Ainsi, El Reino dessine le portrait de ces hommes politiques corrompus, sans morale, totalement déconnectés de la réalité et surpris que leurs collègues aussi pourris qu'eux puissent ainsi les trahir. Le film est porté par son impressionnant comédien principale Antonio de la Torre.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2019 1 06 /05 /mai /2019 09:33

Ingmar Bergman fait son entrée au répertoire avec « Fanny et Alexandre » qui fut sa dernière réalisation au cinéma. En partie autobiographique, cette histoire raconte la famille Ekdhal, propriétaire d’un théâtre dirigé par Oscar et son épouse Emilie. La famille, oncles, tantes, Héléna, la grand-mère, mémoire vivante du théâtre, vit heureuse dans une ambiance joviale et fantasque. Un enchantement pour les enfants, Fanny et Alexandre. Ce bonheur prend fin avec la mort d’Oscar et le remariage d’Emilie avec Edvard un évêque rigoriste.

 

Mise en scène par Julie Deliquet, qui a déjà présenté un magnifique Oncle Vania en 2016, la pièce convoque pas moins de 19 comédiens de la troupe. Elsa Lepoivre, Denis Podalydès, Dominique Blanc, Didier Hancisse, Hervé Pierre, Laurent Stocker, Véronique Vella, Anne Kessler, Florence Viala, Cécile Brune, Julie Sicard, Gilles David, Noem Morgensztern, Anna Cervinka, Rebecca Marder, Gaël Kaminlindi, Jean Chevalier, Noémie Pasteger et Léa Schweitzer. Tous parfaits.

 

La metteuse en scène adapte ici à la fois les versions télévisée, cinématographique et littéraire de l'oeuvre de Bergman. Elle a pioché dans chacune de ces versions les textes, dialogues et scènes pour confectionner son adaptation théâtrale. 

 

Avec ce magnifique hommage au théâtre du maître suédois, Julie Deliquet joue avec délectation avec la fiction et la réalité. Le spectateur, à plusieurs reprises, ne sait plus très bien si ce sont les comédiens de la Comédie Française qui parlent ou leur personnage. Ainsi, Denis Podalydes en ouverture de la première partie, Elsa Lepoivre, en ouverture de la seconde partie et Hervé Pierre pour la conclusion, viennent à l'avant scène s'adresser au public, qui pourrait être celui de la Comédie Française mais plus certainement celui du théâtre Ekdhal. La mise en abîme est parfaite.

 

La première partie est très drôle. La gaieté est de mise dés la scène d'entrée où la famille et la troupe fêtent Noël. Les comédiens virevoltent, ça joue vite et bien, les déplacements sont fluides, tout est millimétré jusqu'à la moindre petite expression du comédien en fond de scène et tout est d'une grande évidence, naturel. Autre moment magnifique à la fois hilarant et poignant celui où Denis Podalydes répète Hamlet. Mais, aussi, lorsque Dominique Blanc joue un extrait de "La Maison de poupées" de Ibsen. 

La seconde partie plus sombre ne manque néanmoins pas d'humour mais il prend, ici, le visage de l'insolence d'Alexandre face au terrifiant Edvard. Les comédiens sont moins nombreux, la mise en scène change radicalement. Tout se resserre, l'oppression règne. Le contraste fonctionne parfaitement avec une scénographie qui touche juste.

 

Dans la mise en scène, on admire aussi les transitions dont celle inattendue et simple qui clôt la première partie et lance l'entracte, par le simple tomber d'un rideau noir et les cris de douleur d'Emilie. Ou encore dans la seconde partie, lorsque nous passons du presbytère effrayant à la douce maison familiale des Ekdhal par un léger changement de décor.

 

Ce "Fanny et Alexandre" est une démonstration supplémentaire de l’exceptionnelle qualité de la troupe de la Comédie Française et de ses choix artistiques. 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2019 6 04 /05 /mai /2019 12:30

Dans une robe digne de Blanche Neige, elle entre en scène et se plante derrière le micro. Tout comme dans son précédent spectacle, Blanche Gardin conservera cette position, car Blanche est là pour parler, pas pour chanter, pas pour danser, mais pour parler, en vrac, sans détour et presque sans pirouette de sa vision de l'écologie qui dans son cas est surtout de l' "egologie", du féminisme, du mouvement me too et de la difficulté d'être un homme (ou pas) de nos jours, des sourds-muets et des aveugles, des hôpitaux,  des referendums populaires et de la bêtise qui prend la  parole, comme sur les réseaux sociaux et de sa proposition de fermer Twitter après minuit comme on ferme les bistrots, s'insurgeant aussi que tout le monde puisse donner son avis sur tout, nous signifiant "Je vous interdis formellement de me mettre une note."

Blanche poursuit ainsi, après "Blanche parle toute seule", son monologue de quadragénaire cruelle avec elle-même et un peu avec les autres, obnubilée par le sexe, au corps qui grince un peu, agacée et dépassée par son époque et ses concitoyens. Le tout avec une autodérision vacharde, multipliant les provocations et une verdeur qui, chez tout autre humoriste, briserait instantanément le rire et qui ici l'intensifie.

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2019 6 04 /05 /mai /2019 10:53

Foster et Taupin se rencontrent dans la rue. Ils doivent suivre le scénario qui leur a été imposé.

Aux premières minutes, le film captive. Blier nous plonge dans l'absurde et le désenchantement, nous intrigue et amuse. Christian Clavier surprend en se glissant parfaitement dans l'univers de Blier. Depardieu fait du Depardieu.

Mais le récit s'enlise. De plus, Blier applique scrupuleusement les mêmes recettes que dans ses précédents films nous donnant l'impression étrange d'avoir déjà vu ces scènes. Le plaisir de retrouver son univers est gâché par l'absence de renouvellement. Sensation étrange de ne pas adhérer au film d'un réalisateur qu'on apprécie parce qu'il présente une oeuvre qui ressemble trop aux films qu'on a déjà aimé.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 12:46

A Los Angeles, dans les années 90, Stevie, 13 ans, s'ennuie, entre son frère qui le bat et sa mère absente. Il décide d'intégrer un groupe de skaters.

Jonah Hill conte son passage de l'enfance à l'adolescence. Ses comédiens sont très justes, notamment son héros (Sunny Suljic). On s'attache facilement à ce jeune garçon, à ses amis ainsi qu'à leurs espoirs, leurs joies, leurs désillusions et leurs peines. Chaque personnage est bien dessiné. Les scènes s’enchaînent avec une certaine précipitation qui donne au film son rythme soutenu. 

D'un point de vue purement cinématographique, il n'y a pas tout à fait le compte. Si le film évoque d'emblée "Paranoid Park" de Gus Van Sant, on n'y retrouve pas la qualité de réalisation, ni celle de la gestion du son ou de l'accompagnement sonore qui semblent, ici, un peu approximatives. 

L'ensemble demeure toutefois très sympathique.

Partager cet article
Repost0