SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 12:06

Chelli---www.zabouille.over-blog.com.jpgChelly vit avec sa soeur, Gaby, handicapée mentale. Hormis son travail dans un lycée, Chelli ne vit que pour sa soeur. Lorsque Chelli entame une relation avec Zohar, un collègue de travail, l'équilibre des deux soeurs est bousculé.

On perçoit assez vite le paradoxe : la plus dépendante des deux soeurs n'est pas celle qu'on croit. La dépendance de Chelli à la dépendance de Gaby est flagrante. Le récit autour de cette constatation est trop plat pour passionner vraiment. 

Partager cet article
Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 17:10

Bande-de-filles-www.zabouille.over-blog.com-copie-1.jpgMarieme, jeune fille de 16 ans plutôt effacée, vit en banlieue parisienne. Ses résultats scolaires l'a mènent vers un CAP qu'elle refuse, son frère la surveille et le garçon qui lui plait ne la voit pas. Lorsqu'elle intègre une bande de filles, sa vie prend un tout autre chemin.

Céline Sciamma poursuit son étude de l'adolescence et ses portraits de jeunes qui suivent leur instinct là où il les guide. Cette fois, il est question de jeunes filles d'origine culturelles africaines vivant en banlieue parisienne. Deux données qui complexifient un peu plus un âge difficile. Dans un univers où tout est question de domination morale et physique, le danger est partout et chaque action est un défi, un dépassement de soi.

On retrouve la belle réalisation de Céline Sciamma, son efficacité pour dire beaucoup dans des scènes courtes. On retrouve un peu moins son sens du récit et sa capacité à mener son film à l'essentiel sans détour. L'ensemble est un peu long et alambiqué. Mais la grâce est là, dans les images et la beauté des interprètes.

Partager cet article
Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 20:29

Barbapapa---www.zabouille.over-blog.com.jpgTalus Taylor, génial créateur de Barbapapa, est décédé ce 19 février. Son personnage, inspiré de la sucrerie de nos fêtes foraines, a pris vie dans des livres en 1970 avant d'être transposé en dessin-animé quatre ans plus tard.

Le plaisir de cette création, à l'heure des manifs anti "mariage pour tous" fréquentées par des hordes de familles flanelle et des lancés de bananes, réside dans sa subversivité aux airs de ne pas y toucher. Une série animée mettant en scène une famille dont le père, Barbapapa, est rose, la mère, barbamama, noire, et les enfants de toutes les couleurs de l'arc en ciel, transgresse tous les modèles qu'une certaine bien pensance autorise. Que ces personnages se transforment à volonté, en objet ou animal, courts, longs, carrés, minces, gros ou ronds, ajoute à leur liberté sans limite.

Culte.

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 19:05

Adele-Haenel---www.zabouille.over-blog.com.jpgA tout juste 26 ans, Adéle Haenel impressionne par la force de sa présence à l'écran, ses qualités de jeu et par l'excellence dont elle fait preuve et dont elle s'entoure depuis ses débuts.

C'est à 13 ans qu'Adele Haenel fait ses premiers pas au cinéma dans "Les Diables" aux côtés du tout jeune et excellent Vincent Rottiers. 5 ans plus tard, l'excellente réalisatrice Céline Sciamma fait appel à sa belle carrure de nageuse pour "Naissance des pieuvres" où le talent d'Adéle explose aux yeux du plus grand nombre pour la première fois. Nomination aux Césars comme Espoir. Les tournages se suivent et quatre ans plus tard on la retrouve impressionnante dans "l'Apollonide" de l'excellent Bertrand Bonello. Nouvelle nomination aux Césars comme Espoir. Autres tournages, puis la voilà en frangine de l'excellente Sara Forestier dans "Suzanne". César du meilleur second rôle féminin. Elle enchaine avec "L'homme qu'on aimait trop" de l'excellent André Techiné. Elle y est parfaite de fragilité dans le rôle de la jeune héritière un peu paumée face à la fortune de sa mère l'excellente Catherine Deneuve. Puis vient "Les combattants", film révélation de 2014, présenté à la Caméra d'Or à Cannes. Adéle reçoit le César de la meilleure comédienne, le film celui de la meilleure première oeuvre et le partenaire de jeu d'Adéle, le César du meilleur jeune espoir. L'excellent Kevin Azaïs, frêre de l'excellent Vincent Rottiers, partenaire d'Adéle sur son premier tournage. De l'excellence donc dedans et tout autour.

 

Partager cet article
Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 23:18

Ivanov---www.zabouille.over-blog.com.jpgPropriétaire terrien endetté, Ivanov, autrefois jeune homme brillant, joyeux et aimant, promène un spleen insondable, Bien que souffrante, Anna, son épouse lumineuse et aimante, tente de redonner vie au jeune homme qu'elle a connu. Mais celui- ci la rejette et la nie, préférant se perdre au contact de la bourgeoisie dégénérée.

Evidemment, il y a la beauté et la noirceur du texte de Tchekhov qui conte comme personne l'effondrement de l'aristocratie russe, sa folie et sa médiocrité et la mélancolie slave. Mais l'écrin qu'offre Luc Bondy à cette première pièce de l'auteur magnifie sans doute un peu plus l'oeuvre. La mise en scène, la scénographie, les décors sont impressionnants. Rien que visuellement, le spectacle nous emporte. Dans cet emballage particulièrement soigné, les 20 comédiens sont tous remarquables, du figurant aux premiers rôles dont Marina Hands (Anna Petrovna) et Micha Lescot (Ivanov) tous deux captivants mais aussi Victoire du Bois (Sacha) et Ariel Garcia Valdes (le comte Chabelski). Ils interprètent merveilleusement leurs personnages désabusés en quête malgré tout de sentiments meilleurs, loin de cette province d'une malveillante médiocrité. On reste suspendu pendant plus de 3 heures devant la beauté de cette représentation. Du théâtre qui donne envie de retourner très vite au théâtre.

Partager cet article
Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 22:12

Trois-coeurs---www.zabouille.over-blog.com.jpgMarc, en déplacement professionnel en province, rate le train qui doit le ramener à Paris. Errant dans les rues de la ville, il rencontre Sylvie. Sous le charme tous les deux, ils se donnent rendez-vous à Paris quelques jours plus tard.

Benoît Jacquot à la réalisation, Chiara Mastroianni, Charlotte Gainsbourg, Catherine Deneuve et Benoît Poelvoorde devant la caméra, la promesse était belle. Pourtant la magie n'opère pas. Est-ce parce qu'on a des difficultés à croire à l'incroyable pouvoir de séduction de Poelvoorde ? Est-ce la lourdeur de l'accompagnement musical ?  La faiblesse des dialogues ? Tout semble artificiel dans cette histoire de hasard. Même les interventions en voix off de Jacquot sont incongrues. Étrange.

Date de sortie en salle : 17 septembre 2014

Date de sortie en DVD : 28 janvier 2015

Partager cet article
Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 23:11

Paul-Bartel---www.zabouille.over-blog.com.jpgPaul Bartel est un tout jeune comédien français à la présence très marquante. Dans les "Géants" de Bouli Lanners tout d'abord, puis dans "Michael Kolhlhass" et surtout dans "Les Petits Princes", film qui lui devait tout. A la télévision, dans "Tu es mon fils", un téléfilm de meilleure qualité que d'habitude, aux côtés d'Anne Marivin et de l'excellent Charles Berling, il campe un ado à l'attitude ambigüe. Ici encore, la finesse et l'intensité de son interprétation donnent à son personnage et son histoire une force particulière. 


Partager cet article
Repost0
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 18:15

Birdman---www.zabouille.over-blog.com.jpg Riggan Thomson a connu une gloire mondiale au cinéma sous les traits du super héros Birdman. Il tente un come back en mettant en scène et en jouant une pièce de théâtre à Broadway.

Ce qui impressionne c'est la mise en scène faite d'une succession de longs plans séquences et la photographie qui donne une couleur (et même plusieurs) toute particulière au film. L'interprétation de Michael Keaton marque également et le parallèle que l'on fait entre lui et son personnage accentue son intérêt.

En revanche, ce que Birdman nous raconte tourne vite en boucle. Les réflexions d'Inarritu sur les états d'âme d'un acteur sur le retour mauvais père et mauvais mari, la mégalomanie du comédien à la mode, le pouvoir des critiques théâtrales et l'importance du buzz sur les réseaux sociaux, radotent pendant deux heures. Les partis pris artistiques d'Inarratu dont la présence entêtante d'une batterie, alourdissent un peu plus le propos. 

Partager cet article
Repost0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 10:00

American-Sniper---www.zabouille.over-blog.com.JPGChris Kyle, texan qui se rêve cow boy, s'engage dans l'armée. Envoyé à quatre reprises en Irak, il devient le sniper le plus efficace, et donc le plus meurtrier, de l'histoire américaine.

Tiré de l'autobiographie de Kyle, le film raconte une certaine vision de l'intervention des Etats-Unis en Irak : celle d'un Américain patriote jusqu'au bout des ongles, persuadé de sauver le monde et qui est tellement convaindu de l'importance de sa mission qu'il ne pense qu'à y retourner lors de ses perm. au pays. Du film est née une importante polémique reprochant au cinéaste d'enjoliver la personnalité de Kyle et de ne pas remettre en cause la légitimité de l'intervention américaine. Pourtant, le propos du film se présente plus complexe que ça et diffuse par petites touches un sentiment de mal être. Parsemant de ci de là plusieurs scènes qui interrogent sur la pertinence de la présence américaine ou qui aborde le martyre des populations locales, le film montre surtout l'impact de cette guerre sur l'Amérique civile et militaire, et les traumatismes qui en sont nés. Pour une fois, Eastwood ne se complaît pas dans d'interminables scènes de pathos et n'affiche pas de façon ostentatoire une vision d'une Amérique glorieuse. Le film profite aussi d'une belle réalisation et d'un montage efficace. American Sniper n'est certes pas un film-thèse mais un film de distraction plus fin qu'il n'en à l'air. A voir pour se faire sa propre opinion.

Partager cet article
Repost0
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 18:54

Kingsman-www.zabouille.over-blog.com.jpg 

Le très secret service secret Kingsman vient de perdre l'un de ses meilleurs éléments. Pour le remplacer chaque membre propose un jeune candidat qui devra passer bien des épreuves.

Réveillez l'ado qui est en vous ! Ce film régressif est, à la fois, futé, drôle, assommant, idiot et totalement réjouissant. Bien sûr les scènes de combat et de poursuite sont toujours bien trop longues mais tout ce qui les précéde et les succède, scénario, gags et interprétation, est très réussi.

 




Partager cet article
Repost0
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 16:35

La 5e édition du festival Circulation(s) se déroule au 104. Il présente le travail de jeunes photographes européens. Une sélection assez sombre, les projets conceptuels, souvent au détriment du "beau", semblent majoritaires cette année.

Voici quelques exemples parmi les plus esthétiques :

Erik Ostensson "The circle and the line" 

 Erik Ortensson interroge en détournant les objets du quotidien.

Erik-Ostensson.png 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Erik-Ostensson2.jpg

 

Erik-Ostensson--2-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juliette-Andrea Elie "Fading Landscapes"

Juliette Andrea Elie imprime ses photos sur calque, calque qu'elle sculpte par la suite ajoutant du relief et un mouvement fantomatique à ses oeuvres.

Juliette-Andrea-Elie--5-.JPGJuliette-Andrea-Elie--6-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 


Kristoffer Axen

Kristoffer Axen propose des ambiances étranges et inquiétantes. Il transforme sensiblement ses photographies en post-production, en supprimant ou modifiant les arrières plans, accentuant les bleus et jouant sur la lumière.

Kristoffer-Axen.jpg Kristoffer-Axen-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Aldo Soligno

Alors que l'Ouganda a voté en Février 2014 une loi anti-gay, les journaux locaux ont publié les photos d'homosexuels présumés sous le titre "Pendez-les".

Aldo Soligno présente ici des photos de militants LGBT. De dos et en contre-jour.

Aldo-Soligno2.jpg Aldo Soligno3

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 22:47

Imitation-Game-www.zabouille.over-blog.com.jpg1940, Alan Turning, mathématicien surdoué, propose ses services au gouvernement britannique. Mission : traduire les messages d'Enigma, l'ingénieuse machine de cryptage allemande.

Imitation Game n'est formellement pas un très grand film. Mise en scène académique, rythme aléatoire, il hésite sans cesse entre le biopic et le film d'espionnage. Mais l'histoire, vraie, qu'il nous raconte est passionnante. La personnalité complexe d'Alan Turning, génie autiste et homosexuel, est élégamment interprété par Benedict Cumberbatch. Son jeu nuancé nous éclaire sur les souffrances de Turning à vivre sa double "anormalité" au contact de ses contemporains. 

Partager cet article
Repost0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 23:03

Sils-Maria-www.zabouille.over-blog.com.jpgMaria, comédienne célèbre et célébrée, se voit proposer de rejouer dans la pièce de ses débuts, vingt ans plus tôt. Mais cette fois, dans ce face à face amoureux entre Elena, femme mûre et Sigrid, jeunette aux dents longues, Maria se voit proposer le rôle d'Elena.

Une réflexion sur le temps qui passe et sur son influence sur le travail de création, sur l'art sous toutes ses formes et la tolérance qu'il demande,... parfaitement interprétée par Juliette Binoche et Kristen Stewart. Moins présente mais tout aussi marquante, Chloé Grace Moretz est excellente en starlette à la mode. Son personnage porte les scène cocasses du film. Pas mal.

Date de sortie en salle : 20 août 2014

Date de sortie en DVD : 3 février 2015


Partager cet article
Repost0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 23:36

Samba---www.zabouille.over-bolg.com.jpgSamba, sénégalais, vit en France depuis 10 ans sans parvenir à obtenir ses papiers. Dans une association d'aide aux immigrés, il rencontre Alice.

Les réalisateurs n'ont pas choisi entre drame social et comédie. La succession de sketchs, réussis ou pas, qu'ils proposent ne peuvent pas remplacer un véritable scénario et les scènes "cool" sur fond de musique branchée ne participent pas à donner de la crédibilité à l'ensemble. Reste les comédiens, premiers et seconds rôles tous excellents.

Pas suffisant pour nous tenir vraiment en haleine.

Date de sortie en salle : 15 octobre 2014

Date de sortie en DVD : 18 février 2015

Partager cet article
Repost0
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 16:26

Les-lois-de-la-gravite---www.zabouille.over-blog.com.jpgQuelque part en Normandie, une femme entre dans un commissariat et s'accuse d'avoir assassiné son mari dix ans plus tôt. 

La pièce est fidèle au livre de Jean Teulé. Les parties décrites sont ici dialoguées dans la verve de l'auteur. Les trois comédiens sont très justes : Dominique Pinon, Pierre Forest et surtout Florence Loiret Caille aussi incandescente au théâtre qu'au cinéma.

Partager cet article
Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 16:37

Whiplash---www.zabouille.over-blog.com.jpgAndrew étudie la batterie dans une grande école de musique de Manhattan. Il travaille dur pour intégrer le prestigieux Studio Fletcher dirigé par un maître despotique.

Un scénario sans surprise dans lequel évoluent des personnages sans nuance. Tout est outré. Les dialogues alternent entre hurlements d'injures et sermons lénifiants. Les rebondissements sont téléphonés. La musique ne semble être qu'une douleur.

On retient la mise en lumière soignée et la réalisation agréable. Mais si le film a un intérêt, il réside essentiellement dans le type musical et l'instrument mis en scène : le jazz et la batterie.

Un peu juste pour nous tenir en haleine jusqu'au bout.

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 22:40

Eastern-boys---www.zabouille.over-blog.com.jpgDaniel donne rendez-vous chez lui à Marek, un jeune homme de l'est, pour une relation tarifée. Mais Marek ne vient pas seul.

Histoire improbable et glauque en tout point. La mise en scène esthétisante accentue l'incongruité de l'ensemble. Que certains critiques, sans doute très romantiques, voient une histoire d'amour dans la relation qu'entretient un homosexuel bourgeois, quarantenaire et un trés jeune homme, orphelin, ukrainien, sans papier, terrifié car sous l'emprise d'un petit mafieux russe, m'intrigue. La scène finale m'achève définitivement. Seul bon souvenir du film, l'acteur Danil Vorobyev excellent dans un rôle glaçant.

Nommé aux Césars dans la catégorie "Meilleur film de l'année".

Date de sortie en salle : 2 avril 2014

Date de sortie en DVD : 21 octobre 2014

Partager cet article
Repost0
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 13:56

Elle-l-adore---www.zabouille.over-blog.com.jpgVincent Lacoste, chanteur vedette, tue sa compagne par accident. Il demande à une admiratrice fidèle de l'aider à faire disparaître le corps.

Laurent Lafitte et Sandrine Kiberlain sont parfaits dans cette histoire entre thriller et comédie bien menée. Le scénario est astucieux, les personnages plus subtils qu'attendus. Seul défaut de l'histoire, l'intervention d'un couple de flic sans intérêt qui ne gâche toutefois pas ce bon moment de distraction.

Date de sortie en salle : 24 septembre 2014

Date de sortie du DVD : 3 février 2015

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 18:12

Muro azul, negro y plata - 1966 - Jesus Raphael Soto (2)La galerie Perrotin présente 30 créations de Jesus Rafael Soto, maître de l'art cinétique. L'effet de ces oeuvres, réalisées entre 1957 et 1999, est saisissant et déstabilisant. La perturbation visuelle et le trouble physique ressentis fascinent toujours autant. Voici quelques photos d'oeuvres exposées. Mais l'art de Soto ne se saisit pas dans un cliché, avant tout il se vit. Pour en profiter pleinement, rendez-vous galerie Perrotin jusqu'au 28 février. 

 

Lire l'article sur l'expostion du Centre Pompidou en 2013


Cuadrados-en-vibracion---1990---Jesus-Raphael-Soto--2-.JPG Sans-titre---1958---Jesus-Raphael-Soto.JPG

 

Doble progresion azul y negro - 1975 - Jesus Raphael Soto ( Cube de Paris - 1990 - Jesus Raphael Soto (6)

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 17:59

Omar-Ba-Den---Galerie-Anne-de-Villepoix--7-.JPGOmar Ba Den est un artiste peintre Sénégalais installé à Genève. A la galerie Anne de Villepoix, il présente une dizaine d'oeuvres à dominantes marron et turquoise, figuratives ou non, inquiétantes ou lumineuses.

A voir.

Omar Ba Den - Galerie Anne de Villepoix (3) Omar-Ba-Den---Galerie-Anne-de-Villepoix--9-.JPG

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 21:22

JC Decaux, propriétaires des fameuses colonnes Morris, a refusé de présenter sur ses colonnes l'affiche du spectacle de Patrick Timsit "On ne peut pas rire de tout" telle quelle.

Que l'artiste soit suspendu à une bombe semblait à l'afficheur trop provoquant.


Voici donc la version que le théâtre du Rond Point a fourni à JC Decaux dont on peut se demander quel loyer il paie au propriétaire des trottoirs de Paris (la mairie) pour avoir ainsi droit de vie ou de mort sur la publicité d'un spectacle...

Au moins ça fait travailler les créatifs qui pour le coup n'ont semble-t-il plus eu très envie d'être créatifs...


 

Patrick-Timsit on ne peut pas rire de tout V1 www.zabouille    Patrick-Timsit on ne peut pas rire de tout V2 www.-copie-1

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 15:40

Interstellar---www.zabouille.over-blog.com.jpgDans un futur proche, la terre se porte mal. Seul le maïs se cultive encore mais plus pour très longtemps. La Nasa cherche le moyen de coloniser une nouvelle terre.

La première partie qui se déroule dans le Texas fonctionne parfaitement. Le reste du film essentiellement situé dans l'espace offre de très belles images. Mais trop de séquences  s'étirent en longueur  et les dialogues sont envahis par un jargon pseudo-scientifique sous lequel disparait la part romanesque et émotionnelle de l'histoire.

Dommage.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 17:40

Lucy---www.zabouille.over-blog.com.jpgLucy, suite à une prise de drogue, voit les capacités de son cerveau démultipliées.


On ne sait pas trop si on doit rire ou pleurer devant ce fourre-tout puéril et grotesque. Rien n'est à sauver dans cette production, ni la réalisation maniérée, ni l'accompagnement sonore daté, ni les dialogues ineptes et même pas l'interprétation.

Idiot.

 

Date de sortie en salle : 6 août 2014

Date de sortie en DVD : 6 décembre 2014

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 22:29

Jacky-au-royaume-des-filles-www.zabouille.over-blog.com.jpgDans un pays imaginaire, règne une dictature menée par des femmes. En république Bubunne, les hommes sont le sexe faible. Quand la colonelle, qui succèdera à sa mere au pouvoir, annonce qu'elle cherche son grand couillon, Jacky espère être l'heureux élu.


Riad Sattouf, et sa pléiade d'excellents comediens, s'amusent à inverser les rôles homme-femme et multiplient les gags et astuces. Mais plus que la satire d'une société menée par les hommes, c'est celle des dictatures qui touche le plus. Bubunne est un mixte entre Iran et Corée du Nord. On rit mais c'est souvent jaune. Un film moins bête que ce que certaines critiques ont laissé à penser. Et une fin plutôt inattendue.

 

Date de sortie en salle : 29 janvier 2014

Date de sortie en DVD : 11 juin 2014

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 17:30

Boyhood---www.zabouille.over-blog.com.jpgMason vit avec sa soeur aînée et sa mère à Houston. Entre les déménagements, les maris de sa mère, les week-ends avec son père et les cours, Mason grandit.

Pendant 12 ans, Richard Linklater a donné rendez-vous chaque année à ses comédiens, enfants et adultes, pour quelques jours de tournage. On voit donc, au fur et à mesure de l'avancée du film, les personnages et leurs interprètes vieillirent sans artifice. Si le procédé intrigue au début, on l'oublie vite pour se concentrer sur l'histoire de Mason et de sa famille, et sur la peinture d'une certaine Amérique. Rares sont les films de plus de 2h qui tiennent la route jusqu'au bout. Porté par de magnifiques comédiens, une B.O. soignée et un scénario qui en petites touches décrit l'enfant qui se construit, Boyhood nous offre 166 minutes d'un très beau voyage tendre et mélancolique.

Partager cet article
Repost0