SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 19:53

13Bis (Treize bis) est une plasticienne qui travaille sur la mémoire, le passé. Ses œuvres, des collages papier, mixent des gravures anciennes et une imagerie moderne. La fragilité de son support porte parfaitement son sujet de prédilection. Les œuvres collées sur les murs s'effacent progressivement avec le temps et les affres de la météo.

Elle cite dans ses inspirations les collages de Hannah Höch, ceux surréalistes de Max Ernst, le land-art d'andy Goldsworthy et les œuvres collées du mouvement Dada

Ici un bel exemple, rue des Cascades dans le 20e arrondissement.

D'autres images de street-art sur artstreetic.com

Partager cet article
Repost0
27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 15:04

Les musées sont fermés ? Les galeries sont closes ? Qu'à cela ne tienne ! Le toujours surprenant Philippe Geluck, nous invite à changer d'air sur les Champs-Elysées où il expose en extérieur, 20 statues monumentales de son fameux Chat.

De 2 mètres de haut, en bronze, chaque oeuvre expose Le Chat dans une situation cocasse, satirique, poétique, successivement bourreau et victime. Philippe Geluck, a pioché dans ses près de 15 000 dessins, 20 saynètes ne nécessitant aucun dialogue (à l'exception d'une, "Le Parleur"). On y retrouve le goût prononcé de l'artiste pour l'absurde et son regard corrosive sur notre société.

Ce Chat en trois dimensions, toujours tout en rondeur et accompagné de ces victimes-complices, oiseaux et souris, conserve toute son efficacité. Et nous regarde, impassible, pouffer dans nos masques.

L'exposition "Le Chat déambule" est présentée, côté Jardins des Champs-Elysées, entre le Rond-point et la place de la Concorde jusqu'au 25 juin. L'exposition sera ensuite présentée à Caen, Bordeaux et à l'étranger.

Les œuvres sont en vente à 300 000€ pièce. L'argent récolté servira à la création du musée dédié au Chat et au dessin humoristique que Philippe Geluck prévoit d'ouvrir en 2024 à Bruxelles.

 

Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Le Chat déambule par Philippe Geluck
Partager cet article
Repost0
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 12:47

La 11e édition du festival de la jeune photographie européenne ne pouvant se dérouler comme chaque année au 104, les organisateurs nous invitent à visionner le travail des photographes sélectionnés sur le site : https://www.festival-circulations.com.

La vidéo ci-dessous commandée par les organisateurs, le comité artistique Fetart et réalisée par Jeremy Vissio, vous propose une visite guidée de l'exposition in situ.

La RATP est, cette année encore, partenaire du festival et présente plusieurs photographes aux stations Saint Denis, Hôtel de Ville, Chatelet, Les Halles, Madeleine  Jaures, Saint-Michel, La Chapelle, Gare de Lyon, Pyramides  Luxembourg, Bir Hakeim, Nanterre.

Présentation video des artistes 2021

Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 19:41

Le passionné et passionnant Bertrand Tavernier est parti aujourd'hui. A 79 ans, il nous laisse une imposante filmographie, tant par le nombre de films réalisés que par leur qualité, une liste impressionnante que l'on serait tenté de publier simplement parce qu'elle suffit à dire le talent du cinéaste.

Ainsi, en 1974, il signe pour son premier film un classique, L'Horloger de Saint-Paul, avec l'immense Philippe Noiret et traite de la filiation, un de ses sujets fétiches que l'on retrouve notamment dans Daddy Nostalgie et dans le chef d'oeuvre, sommet de mélancolie, Un dimanche à la campagne, adaptation du magnifique livre de Pierre Bost "Monsieur Lamiral va bientôt mourir".

Observateur attentionné de notre société, célébrant la bonté des uns et dénonçant les travers des autres, il signe avec la fiction L627, un presque documentaire précis sur une brigade de police, avec L'Appât, une dénonciation de la banalisation de la violence, dans La mort en direct, celle de la société du spectacle (en 1980, bien avant l'arrivée de la télé réalité en France), dans Coup de torchon, celle du racisme et de sa bêtise, avec Holy Lola, les difficultés de l'adoption, dans Ca commence aujourd'hui, il salue l'abnégation des "maîtres" instituteurs face à la misère sociale. Il aimait filmer les gens au travail. Ses personnages, quelque soit l'histoire dans laquelle ils sont plongés, ont un métier, horloger, instituteur, policier, ouvrier, artisan..., qu'il met en scène avec précision. Dans Quai d'Orsay, il dessine de façon très drôle très documentée, la vie d'un ministère (celui de De Villepin) et l'effervescence du travail des conseillers et des secrétaires.

Tout terrain, il s'est aussi promené du côté des films historiques. En costumes d'époque, La princesse de Montpensier, Que la fête commence, La fille de d'Artagnan, La passion Béatrice, dans notre Histoire plus contemporaine, La vie et rien d'autre, Capitaine Conan, Laissez-passer.

Il a aussi célébré deux de ces passions, le jazz dans Autour de minuit et le cinéma américain mettant en scène Tommy Lee Jones himself dans Dans les brumes électriques.

Cet amoureux du cinéma, qui débuta comme attaché de presse et journaliste dans les revues spécialisées pour devenir des années plus tard le Président de l'Institut Lumière, était aussi un formidable conteur de l'histoire du 7e art. En 2016, son dernier long-métrage a pris la forme d'un documentaire. Avec Voyage à travers le cinéma français, Bertrand Tavernier nous invite dans une partie de son panthéon du cinéma français. Trois heures de ballade émouvante et drôle que les commentaires du cinéaste rendent hypnotique. Il poursuivra le voyage en 2018, sur Arte, avec 8 épisodes, lui permettant de présenter d'autres réalisateurs, comédiens et musiciens qui ont enchanté sa vie de spectateur.

Un partage de passion porté par sa générosité et son goût de la transmission.

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2021 7 21 /03 /mars /2021 17:18

Le 2 mars 1955, à Montgomery, en Alabama, dans un bus, Claudette Colvin, 15 ans, la peau noire, refuse de céder sa place à une femme blanche. Elle sera la première noire à oser plaider non-coupable face aux juges.

Tania de Montaigne relate le rôle précurseur joué par cette adolescente qui, 18 mois avant Rosa Parks, a osé défier les règles ségrégationnistes établies par Jim Crow.  Noire dénonce l'indifférence de l'Histoire envers l'immense courage de Claudette Colvin ; courage dans son geste de rebelion, dans ses interventions face à la justice. Cette jeune fille fut aussi utilisée et abandonnée par les "vedettes" de la cause noire.

La scénographie basée sur des projections de videos et images d'époque et la qualité du texte dessinent parfaitement le contexte, la succession des faits, leur violence et leur injustice. Sur scène, au coeur, de ces illustrations, Tania de Montaigne invite le spectateur à s'identifier à une américaine "colored" vivant en Alabama dans les années 50.

Son court récit à la fois empathique et froid est saisissant.

Les séances d'avril au théâtre de l'oeuvre sont reportées en novembre 2021.

A défaut  de pouvoir voir le spectacle en salle, une captation vidéo est accessible sur francetv.fr.

Noire, le livre de Tania de Montaigne (éditions Grasset), est disponible dans toutes les bonnes librairies.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 17:54

A Brive, Emma et Anaïs, deux jeunes filles de 13 ans que tout oppose, milieu social, niveau scolaire, gestion émotionnelle, sont amies. Le documentaire les suit pendant 5 ans dans leurs études, leurs vies de famille, leurs amours, leurs amitiés.

Pendant 2h05, les séquences se succèdent sans commentaires, sans contextualisation ou témoignages directs des deux jeunes filles. Si cela fonctionne à peu près avec Emma qui semble avoir une vie assez linéaire, le processus pêche à dessiner le portrait d'Anais qui fait face à une vie plus complexe et plus riche. On aurait aimé la suivre avec plus d'attention.

Adolescentes vient de recevoir le César du meilleur documentaire.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2021 3 17 /03 /mars /2021 21:39

La galerie Thierry Bigaignon présente 27 photographies prises par Rémi Noël dans l'ouest américain entre 1994 et 2019.

Composés pour porter une idée, un jeu d'esprit, une astuce, ces clichés ont la beauté élégante du noir et blanc et déclenchent le sourire par leurs messages ludiques. Sympathique.

Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Rémi Noël - Dear America à la galerie Thierry Bigaignon
Partager cet article
Repost0
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 19:18

Galleria Continua, créée en 1990 à San Gimignano en Italie et aussi présente à Rome, en Chine, à Cuba et au Brésil, ouvre une nouvelle galerie en France. Après une implantation en Seine et Marne en 2007, Galleria Continua investit les 800m2 du 87 rue du Temple.

JR est le commissaire de la première exposition : Truc à faire.. Dans l'espace quasi intact de cet ancien grossiste en maroquinerie, les produits d'épicerie italienne, cubaine, brésilienne... côtoient sur les étagères des œuvres des artistes Maison. Des paniers de supermarché accueillent le visiteur qui peut faire ses emplettes entre huile d'olive, livres et œuvres d'art. Kader Attia, Ivan Capote, Ai Weiwei, Leandro Erlich, JR, Pascale Marthine Tayou, Kiki Smith... une trentaine d'artistes sont représentés.

Les coins et recoins du lieu donnent à cette visite une part ludique nouvelle, celle de la découverte d'un lieu au fort potentiel amené à se transformer au fil des expositions.

Galleria Continua fêtait ses 50 ans au 104 en octobre 2015, lire l'article ICI

Exposition Sphères Ensemble au 104 en octobre 2017, lire l'article ICI

 

Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Galleria Continua Paris : Truc à faire
Partager cet article
Repost0
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 20:12

Meilleur espoir feminin : Fathia Youssouf dans Mignonnes

Meilleur espoir masculin : Jean-Pascal Zadi dans Tout simplement noir

Meilleur premier film : Deux de Filippo Meneghetti

Meilleur court-métrage : Qu'importe si les bêtes meurent de Sofia Alaoui

Meilleurs décors : Carlos Conti pour Adieu les cons

César des lycéens : Adieu les cons d'Albert Dupontel

Meilleur film d'animation de Court métrage L'heure de l'ours d'Agnès Patron / de Long métrage : Josef de Aurel

Meilleur film documentaire : Adolescentes de Sébastien Lifshitz

Meilleure photographie : Alexis Havyrchine pour  Adieu les cons

Meilleur son : Adolescentes

Meilleurs costumes : Madeline Fontaine pour La bonne épouse 

Meilleur scénario : Albert Dupontel pour Adieu les cons

Meilleur montage : Tina Baz pour Adolescentes

Meilleure adaptation : Stéphane Desmoustier pour La fille aux bracelet

Meilleure musique : Rone pour La nuit venue

Meilleur comédien dans un second rôle : Nicolas Marié dans Adieu les cons

Meilleure comédienne dans un second rôle : Emilie Dequenne dans Les choses qu'on dit, les choses qu'on fait

Meilleur film étranger : Drunk de Thomas Vinterberg

César d'honneur posthume : Jean-Pierre Bacry

Meilleur comédien : Sami Bouajila pour Un fils

Meilleure comédienne : Laure Calamy dans Antoinette dans les Cévennes 

Meilleur  réalisateur : Albert Dupontel pour Adieu les cons

Meilleur film : Adieu les cons d'Albert Dupontel

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 20:12
Soutenons nos artistes

Partager cet article
Repost0
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 21:56

La société MK2 ouvre, boulevard Diderot à Paris, au-dessus du cinéma, un hôtel d'un concept unique. Chaque chambre, véritable espace privé de projection, dispose d'un écran géant, les suites, d'une salle de projection et le toit terrasse d'un cinéma en plein air.

 

Plusieurs artistes dont Christian Boltanski et Woodkid ont participé au projet. JR a réalisé deux fresques visibles depuis l'hôtel. L'une, hommage à Charlie Chaplin, l'autre à Harold Loyd.

JR, deux fresques à l'hôtel MK2-Paradiso
JR, deux fresques à l'hôtel MK2-Paradiso
Partager cet article
Repost0
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 21:06

En 2019, les comédiens Stéphane Varuprenne et Sébastien Pouderoux ont composé un spectacle sur Serge Gainsbourg où entre chansons et extraits de déclarations se dessine la complexité de ce musicien, poète, artiste à la fois maudit et vénéré, icône du XXe siècle.

Avec eux, Benjamin Laverhne, Noam Morgensztern, Yoann Gasiorowski et Rebecca Marder jouent la comédie, de la musique et chantent.

Alors que l'on célèbre les 30 ans de la mort de Gainsbourg, France 3 en présente, ce 26 février, une version filmique épatante. 

Partager cet article
Repost0
15 février 2021 1 15 /02 /février /2021 20:06

Sa Marianne avait été vandalisée ou modifiée (chacun jugera selon ses opinions et sa vision du street-art) le 14 décembre par un groupuscule qui manifestait ainsi contre la violence policière, la loi sécurité globale et la brutalité des évacuations des camps de migrants.

Obey (Shepard Fairey) a fait restaurer son oeuvre créée à l'origine en hommage aux victimes des attentats de Paris en 2015. Il a remis à neuf sa Marianne en lui ajoutant tout de même une larme, comme un écho aux messages du groupuscule dont les revendications sont proches de ses principes d'humanité.

650 tirages de l'oeuvre modifiée seront mis en vente sur son site et sur celui de la galerie Itinerrance au profit d'associations caritatives parmi lesquelles figurent les restaurants du coeur.

Partager cet article
Repost0
14 février 2021 7 14 /02 /février /2021 16:20

Vladimir annule la semaine de vacances prévue avec Antoinette, sa maîtresse. Il part en randonnée dans les Cévennes avec femme et enfant. Antoinette décide d'aller le retrouver.

Ce sympathique road movie, dans les beaux paysages cevenols, propose un scénario qui se cale sur le rythme de Patrick, l'âne qui accompagne l'héroïne : lent. Les scènes fantasques qui parsèment le film valent surtout pour la prestation de Laure Calamy, confondante de naïveté et de drôlerie.

Partager cet article
Repost0
7 février 2021 7 07 /02 /février /2021 14:53

De nos jours, en Iran, Maryam est condamnée à mort pour le meurtre de Nasser, son mari. Elle participe à une émission de télé-réalité pour demander le pardon de Mona, la fille de Nasser, la seule à pouvoir annuler sa pendaison.

Yalda, la nuit du pardon est inspirée de l'émission de télé-réalité iranienne "Lune de miel". La loi du talion, le prix du sang, le mariage temporaire... sont au centre du film dont l'intérêt premier réside dans l'indignité qu'un tel show télévisé est pu exister (il a été supprimé depuis). 

Malgré ses bonnes intentions, Massoud Bakshi développe un scénario alambiqué dans une mise en scène brouillonne et frôle parfois le mauvais goût qu'il semble pourtant vouloir dénoncer. Le dessin de ses protagonistes est fait à gros traits, le poids des traditions et des inégalités sociales survolés.

Passé l'effet saisissant du contexte télévisuel, le film ne parvient pas à donner à sa dénonciation la dignité attendue. 

Partager cet article
Repost0
4 février 2021 4 04 /02 /février /2021 22:19
sanscrierart.com

BeTipul, série israélienne, mettant en scène un psychanaliste et ses patients a été adaptée dans de nombreux pays dont les USA avec Gabriel Byrne dans le rôle du thérapeute. 

C'est Arte qui propose la version française en la confiant à Olivier Nakache et Eric Toledano. Même mise en place. Un psy dans son cabinet reçoit ses patients pour 35 têtes à têtes de 26 minutes chacun. Ce huis clos captivant nous invite à suivre 5 patients, et deux thérapeutes, le héros et sa contrôleuse. Si la version française est proche de son modèle, son contexte lui est propre. Les rendez-vous se déroulent aux lendemains des attentats du 13 novembre 2015, l'un des plus récents traumatismes de la nation entière. Les 5 patients chacun avec leur vécu et leur pathologie propre, leur rapport à la psychanalyse, à leur place dans la société, dessinent les visages d'une humanité complexe. 

L'intérêt de la série repose sur trois qualités  : celle de l'écriture,  celle de l'interprétation et celle de la mise en scène. Ils sont sept à l'écriture du scénario soignant le dessin des protagonistes dans des dialogues précis. Ils sont 5 réalisateurs, à chacun son patient, qui dans ce huis clos qui ne se limite pas aux champs et contre-champs expriment, en plans soignés et ingénieux, les émotions qui ne sont pas dites. Ils sont huit comédiens tous très bons dans cet exercice difficile n'autorisant aucune approximation : Sophie Cattani, Carole Bouquet, Reda Kateb, Clémence Poésy, Pio Marmai, Elsa Lepoivre merveille de la Comédie Française, l'impressionnante Mélanie Thierry, la sidérante Céleste Brunnquell et le toujours impeccable Frédéric Pierrot.

A voir sur Arte tous les jeudis ou à volonté sur arte.tv

Partager cet article
Repost0
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 16:45

En 1992, Gabriel, 10 ans, vit au Burundi avec sa petite soeur Ana, sa mère rwandaise, son père français. Son enfance heureuse et favorisée va basculer dans le drame familiale et l'horreur de la guerre.

Eric Barbier adapte le roman de Gael Faye qui s'est inspiré de sa propre histoire pour raconter la guerre civile au Burundi et le génocide au Rwanda. Sans faire de son film un témoignage historique, le réalisateur parvient à décrire l'effroyable contexte de ce récit intime. Il saisie l'insouciance de l'enfance, ses joies simples, son paradis bientôt perdu et le basculement dans  le chaos et la perte violente de l'innocence. Le film est porté par le talent du jeune Djibril Vancoppenolle parfaitement entouré de Jean-Paul Rouve, Isabelle Kabano et la jeune Dayla De Medina.

La folie des hommes et l'immobilisme de l'Europe  vus à hauteur d'enfants, portent plus encore le visage de crime contre l'humanité.

Sortie en salle : 28 août 2020

Disponible en VOD

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2021 1 18 /01 /janvier /2021 19:13

Il formait avec Agnès Jaoui un fabuleux duo d'auteurs. Leurs pièces de théâtre adaptées au cinéma (Cuisine et dépendance, Un air de famille) les ont faits connaître du grand public, les faisant entrer directement dans le panthéon du cinéma français.

Leurs scénarios, leurs dialogues, leurs portraits grinçant d'une certaine société, à laquelle ils pouvaient parfois appartenir, sont précis, vachards, sensibles et drôles.

Ils écrivaient pour lui, acteur, et pour elle, actrice et réalisatrice (Le goût des autres, Comme une image, Parlez-moi de la pluie, Au bout du conte, Place publique) et, à deux reprises, pour le maître Alain Resnais (Smoking, no smoking et On connait la chanson).

Il se donnait souvent le rôle du type bougon, mal luné, revenu de tout, même s'il n'aimait pas qu'on le réduise à ces rôles là. Car Jean-Pierre Bacri était un grand comédien qui a su incarner des personnages bien différents pour Nicole Garcia, Claude Pinoteau, Luc Besson, Joël Santoni, Jean-Pierre Mocky, Jean-Marie Poiré, Alain Chabat, Gérard Krawczyk, Alain Resnais, Cédric Klapisch, Noémie Lvovsky, Pascal Bonitzer, Michel Leclerc, les bankables Olivier Nakache et Eric Toledano...

La profession a, à de nombreuses reprises, saluer son talent de comédien au théâtre (Molière en 2017) comme au cinéma (César en 1998 auquel s'ajoute près d'une dizaine de nominations) ainsi que ses qualités d'auteur (entre autres 1 Molière en 1992 et 4 César du meilleur scénario avec Agnès Jaoui).

En ce lundi 18 janvier, le cinéma perd un grand comédien et avec lui l'univers grinçant, moqueur et singulier du duo Jaoui-Bacri.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 21:14

Claude Brasseur a incarné plus d'une centaine de personnages à la télévision, au cinéma et au théâtre. Mais c'est d'abord Eugène-Francois Vidocq, Serge d'une Histoire Simple, le père de Vic et Daniel, l'ami indéfectible d'Etienne, Simon et Bouly qui nous sautent au coeur au moment de sa disparition.

Nous irons sans doute tous au paradis, mais il est  vraiment temps que ce confinement des lieux de culture cesse. Afin que nous passions à nouveau plus de temps à  célèbrer le spectacle vivant qu'à pleurer ses morts.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 20:31

En Pologne, en  1949, Wiktor, musicien, dirige une troupe de chants et de danses folkloriques et tombe amoureux de Zula une des chanteuses. Quand l'Etat impose au groupe de porter la bonne parole du parti lors d'une tournée européenne, Wiktor tente de convaincre Zula de fuir à l'ouest.

Cold war,  guerre froide entre l'Est et l'Ouest, entre Wiktor et Zula. Dans un format 4/3, en noir et blanc, la réalisation soigne particulièrement l'esthétique au point de prendre le dessus sur un scénario un peu faible qui offre toutefois quelques beaux moments.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2020 5 20 /11 /novembre /2020 19:46

 

Michel Robin. Il a toujours été là.

A la télévision, au cinéma et au théâtre.

Il fait partie de ces comédiens magnifiques et discrets auxquels on s'attache rapidement.

Ils sont là souvent, traversent le temps.

Pas au premier plan mais indispensables.

Et l'apparition de leur visage est un rendez-vous inattendu qui toujours nous ravie.

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2020 7 15 /11 /novembre /2020 13:31

Blanche Gardin a demandé à FabCaro de mettre en images la captation sonore de son premier spectacle Il faut que je vous parle.

Le trait simple, en noir et blanc, représentant Blanche Gardin derrière son micro, accompagne la voix de la comédienne. Une épure qui met en avant l'extrême expressivité de son jeu et de ses propos. Déjà très drôle, très crue et vacharde, Blanche Gardin marquait dès ce premier spectacle sa lecture de la vie et son ton si particuliers.

Les nombreux spectateurs de Je parle toute seule et Bonne nuit Blanche retrouveront avec plaisir son humour déprimé.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 14:23

Le musée de l'Orangerie retrace, de 1906 à 1918, le développement de l'art Métaphysique dans l'oeuvre de Chirico. L'exposition présente ainsi, en 90 documents dont 50 peintures, le parcours et les influences artistiques et philosophiques qui ont nourri le peintre, de Munich où il a débuté, à Paris où il a rencontré André Breton, Paul Eluard et Guillaume Appolinaire et à Ferrare où il fréquenta Carlo Carra et Giorgio Morandi, dont des oeuvres sont également présentées ici.

L' exposition est l'occasion unique (une des dernières peut-être) de réunir des oeuvres prêtées par de prestigieux musées internationaux, tels le MoMA de New-York, la Tate de Londres, le Moderna Museet de Stockolm, le Philadelphia Museum of Art.

Cette belle exposition, qu'on aurait aimé plus longue, offre la possibilité de rendre visite aux toujours impressionnants Nympheas de Monet.

Lire l'article sur l'exposition De Chirico au Musée d'Art Moderne en 2019

 

Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Giorgio De Chirico, la peinture métaphysique au musée de l'Orangerie
Partager cet article
Repost0
8 octobre 2020 4 08 /10 /octobre /2020 20:37

On l'a vu très souvent dans des seconds rôles essentiels. Sa présence dans un film de cinéma ou de télévision c'êtait "au moins ça de gagner", un gage que du talent serait au moins là,  porté par ce grand comédien. Inoubliable dans Un air de famille, il apporte aussi son élégance à L' auberge espagnol, Polisse, J'accuse...

C'est le théâtre qui l'a sans doute le mieux accueilli comme en 2016 au théâtre de l'Oeuvre dans Qui a peur de Virginia Wolf avec Dominique Valladier. On pourra le revoir sur grand écran en février prochain dans le nouvel OSS 117.

Wladimir Yordanoff est décédé ce 6 octobre à l'age de 66 ans.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2020 7 04 /10 /octobre /2020 20:39

En février 1939, des miliers d'Espagnols fuyant la dictature franquiste sont parqués dans des camps par l'Etat français. Un gendarme français va venir en aide à l'un d'entre eux, le dessinateur républicain Josep Bartoli.

Pour témoigner de cette page sombre de l'histoire espagnole et de cette honte française, et pour conter l'histoire vraie du dessinateur de presse anti franquiste, Aurel choisit de favoriser le dessin en arrêt sur image plutôt que réellement animé. Cette réalisation syncopee, tout en soulignant l'hommage à l'art de Bartoli, associée à un soin des couleurs particulier, permet de hisser le film à la hauteur de son beau et grave sujet. 

Partager cet article
Repost0