SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 22:15

Golgota---www.zabouille.over-blog.com.jpgQuand on sort d'un spectacle de danse dont on n'a aimé ni le danseur, ni la chorégraphie, on ne peut pas dire qu'on a passé une bonne soirée.

Je n'ai donc pas pris de plaisir à regarder danser Andrés Marin. Je n'ai pas aimé sa façon de danser le flamenco en force, sans place pour toute forme de grâce ou de sensualité. Je n'ai pas aimé son port, son corps bossu. Je n'ai pas aimé ses chorégraphies agressives et répétitives dans les gestes et les sons.

Cette représentation de danse est aussi un spectacle équestre mais j'ai été déçue par la part donnée aux chevaux (magnifiques). Je n'ai pas saisie le rôle qui leur est accordé. Leurs interventions, toujours montés, sont téléguidées. Je ne les ai vu que comme faire-valoir ou mobilier. Je n'ai pas senti la noblesse de l'animal.

Je suis admirative de la performance vocale de Christophe Baska qui de sa voix magnifique interprète les chants liturgiques de Tomas Luis de Victoria, beaux mais répétitifs et assez soporifiques. J'ai aimé la scène épurée, la beauté des lumières faisant de chaque séquence un tableau. Je n'ai pas été touchée par l'ambiance moyenâgeuse et religieuse de la création de Bartabas. Les processions me glacent et me semblent bien loin de toute spiritualité et humanité.

Pourtant, tout est soigné et on ne peut aucunement nier l'engagement et le travail fournis par les hommes et les chevaux.

Bref, grosse erreur de casting pour cette soirée au théâtre du Rond Point : ce spectacle n'était pas pour moi.

Partager cet article
Repost0

commentaires