SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 11:44

Truffaut-Cinematheque---www.zabouille.over-blog.com.jpgLe 21 octobre 1984, François Truffaut mourait. A l'occasion de ce trentième anniversaire, la Cinémathéque consacre une grande exposition au cinéaste. 

Mise en place de façon chronologique l'exposition présente la vie du réalisateur, de son enfance à sa mort, en passant par les années Cahier du cinéma et la réalisation de ses grandes oeuvres. Composée pour l'essentiel de documents sous vitrine (correspondance, extraits de scénario, photos,...), elle présente également sur écran quelques extraits de film et la reconstitution du bureau de Truffaut.

L'exposition semble plus avoir été réalisée par des bibliothécaires que par des cinéphiles. Bien sage et un brin poussiéreuse, elle manque de vie, d'autant plus qu'on déguste avec délectation la diffusion du casting passé par Léaud pour les "400 coups", petit bijou d'espiéglerie. L'ensemble manque aussi d'un regard. Ainsi, la Cinémathéque ne sort pas des sentiers battus et présente ce que tout petit amateur de Truffaut connait déjà.On aurait donc aimé ressentir un peu plus d'émotion, gaie ou triste selon les moments. Il est vrai que l'exposition néglige le son, grand porteur d'émotions, qui n'est ici traité que dans la diffusion à l'entrée de l'exposition d'une des B.O. composées par George Delerue, ou d'interview à écouter au casque. Pourtant les dialogues de Truffaut sont marquants et il choisissait souvent des acteurs possédant des voix bien particulières. Entendre en fond sonore les voix de Charles Denner, de Delphine Seirig, de Michael Lonsdale, de Jeanne Moreau, de Jean-Louis Trintignant, de Fanny Ardant... disant les mots de Truffaut, ou entendre le pas des jambes des femmes qui "sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie" aurait pu ajouter un peu d'âme à cette exposition. 


Partager cet article
Repost0

commentaires