SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 18:50

Alors qu'une journaliste lui avoue qu'elle ne le trouve pas très rock'n'roll et que la jeune actrice avec laquelle il tourne lui apprend qu'il est très loin dans la liste des acteurs les plus désirables, Guillaume Canet se sent terriblement ringard et vieux. Il tente alors de changer son image.

"Autodérision" est le maître mot de ce film dans lequel Guillaume Canet et Marion Cotillard ne s'épargnent pas. Aussi, il est important de porter un minimum de sympathie à ce couple de comédiens pour apprécier à sa juste valeur ce film comme un parfait exercice d'humour et non comme un ego-trip. Ce parfait exercice d'humour, donc, dans ses deux premiers tiers temps, est hilarant. Guillaume Canet, au centre de toutes les attentions, dessine sans concession un autoportrait de type désespérément "normal" qui tente de s'encanailler et Marion Cotillard joue à fond la caricature de l'actrice à Oscars. Puis, le film change de rythme, s'essoufle. Lorsque Guillaume Canet atteint l'apothéose de son délire, l'idée est savoureuse mais le réalisateur l'exploite et l'étire à l'excès. Comme pour la plupart des films de plus de deux heures Rock'n'roll affiche vingt bonnes minutes de trop. Abstraction faite de cette faiblesse de fin de parcours, le culot du couple de comédiens suscite l'admiration. L'audace du propos, l'intelligence bonne enfant de l'écriture et le talent des interprètes emportent la mise. 

Partager cet article
Repost0

commentaires