SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 16:02

Bill-Viola---www.zabouille.over-blog.com.jpgLes galeries du Grand Palais accueillent depuis le 5 mars et encore pour deux semaines, la première rétrospective française de l’œuvre de Bill Viola. C’est pour le vidéaste Américain sa plus grande rétrospective jamais mise en place. Sont présentées 20 vidéos réalisées entre 1977 et 2013.

De quoi se rendre compte que le cinéaste aime donner du temps au temps. Les vidéos d’une durée allant de 12 à 35 minutes se déroulent à une vitesse propice à la contemplation jusqu’au moment clé du film aussi fort que brusque et se terminent sur le rythme lent du départ. Difficile donc de tout voir et entièrement sur cette rétrospective, d’autant qu’aucune indication de temps n’est affichée (impossible donc de savoir si la vidéo vient de commencer ou est proche de la fin).

L’eau joue un rôle essentiel dans l’œuvre de l’artiste. L’élément liquide semble indispensable au passage du rien à la vie et de la vie à la mort. L’ensemble de son travail révèle une forte dimension mystique qui n’est pas d’une folle gaieté. Mais certains effets sont particulièrement réussis et c'est toujours esthètiquement marquant.

Selon la volonté de l’artiste qui veut laisser le spectateur libre de ses interprétations, aucune explication, hors technique, n’accompagne les vidéos. Les œuvres étant très énigmatiques cela laisse de quoi y voir tout ce que vous voudrez.

Partager cet article
Repost0

commentaires