SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 23:04

Les-Femmes-du-bus-678_reference.jpgEn 2008, pour la première fois en Egypte, une jeune femme porte plainte pour harcèlement sexuel. Après avoir remporté son procès, elle est contrainte de quitter son pays. En osant parler de harcèlement sexuel, elle a enfreint la loi du silence imposée dans la société Egyptienne.

 

Mohamed Diab s'est inspiré de cette histoire pour tracer les portraits de ces héroïnes, Fayza, Seba et Nelly, égyptiennes , toutes les trois confrontées, de façon plus ou moins appuyées, au harcèlement. Si Diab traite de la condition de la femme en Egypte, il a aussi l'excellente idée de présenter des héroïnes issues de trois milieux sociaux différents. On se rend vite compte que, si toutes les femmes sont touchées, elles ne le sont pas de façon égale. Mais, aussi que les femmes se jugent entre elles, entre modernité et tradition, très durement. Les personnages masculins, dans leur extrême complexité, sont plutôt bien dessinés. L'ensemble de ces portraits permet finalement de désigner le réel instigateur de ce fléau national : la société toute entière.

Sans doute trop ambitieux Mohamed Diab présente un film, proche du catalogue, un peu maladroit. De plus, scénariste de formation, il ne relève pas vraiment le pari de la mise en scène.

Le film vaut, ainsi, plus pour l'intérêt de son sujet que pour sa forme. Ce qui n'est déjà pas si mal. 

 

Dans les bonus, vous trouverez une interview du réalisateur qui conte la réalité du harcélement sexuel en Egypte et l'impact qu'à eu son film sur la société.

 

Date de sortie en salle : 30 mai 2012 

Date de sortie du DVD : 06 novembre 2012

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 17:48

starbuck.jpgDavid Wosniak, ado. attardé de 40 ans, ex-donneur compulsif de sperme dans la clinique du quartier, apprend qu'il est le père biologique de 533 enfants. 142 d'entre eux revendiquent le droit de connaître leur père biologique.

Ce grand succès de l'été dernier est bien décevant. Après une première moitié de film plutôt drôle, le réalisateur verse dans le "tout le monde il est beau, tout le monde il est "gentil" assez agaçant.

En dehors des expressions québécoises (et de l'accent qui va avec) assez cocasses et drôles, le film n'offre pas grand intérêt. 

 

Date de sortie en salle : 27 juin 2012

Date de sortie du DVD : 7 novembre 2012                                                                         

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 17:58

petit.jpgMathias croise au détour d'une croisière un petit garçon qui lui fait étrangement penser au  petit garçon qu'il était. Intrigué, il enquête sur l'enfant et découvre que la ressemblance ne se limite pas au physique.

 

Contre toute attente, Rouve traite son excellente idée de départ sans perdre son souffle en cours de route. Il développe son histoire en misant plus sur la nostalgie et la sensibilité que sur l'étrangeté de la situation. Le tout sans trop tomber dans la sensiblerie. Le casting est excellent.

 

Si vous laissez parler votre petit coeur, vous passerez un bon moment.

 

Date de sortie en salle : 13 juin 2012

Date de sortie du DVD : 31 octobre 2012

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 20:00
Séance de rattrapage ce week-end :
j'avais honteusement loupé le Truman Capote de Bennet Miller au cinéma, je n'ai pas loupé sa sortie en DVD.
Je ne connais pas grand chose de Truman et ne peux donc jugé de la fidélité du film au personnage et à son histoire.
Cependant, la composition de Philip Seymour Hoffman est particulièrement impressionnante.
Le personnage qu'il créé est celui d'un génie, irresistiblement antipathique. Entre prétention et auto-dérision, il demeure son propre sujet de prédilection même lorsqu'il enquête sur un crime odieux (l'autre sujet du film). L'intérêt qu'il porte au criminel ne tient que parce qu'il se retrouve en lui.
Le génie Truman créé en nous moults sentiments contradictoires tout au long du film. La composition exceptionnelle de Philip Seymour Hoffman en est pour beaucoup.
A voir absolument en VO.
Partager cet article
Repost0