SansCrierArt : Aperçu critique de l'actualité culturelle. Comptes-rendus d'expositions, de pièces de théâtre, de films et de tous autres évènements culturels.

Rechercher

Rubriques

28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 20:15

Brigitte-Catillon-www.zabouille.over-blog.com.jpgBrigitte Catillon est sans doute une de nos plus grandes comédiennes de second rôle, elle est tout autant présente au cinéma, à la télévision et au théâtre. Elle a ainsi été dirigée par Claude Chabrol, Alain Tavernier, Ariane Mouchkine, Alain Francon, Jean-Michel Ribes, Michel Deville, Roger Planchon, Claude Berri, Denis Llorca, Michel Fau,...

Claude Sautet l'avait choisi pour "Un coeur en hiver". Elle y est parfaite dans le rôle de l'agent artistique d Emmanuelle Béart, femme froide et exigeante, aux sentiments ambigus.

Brigitte Catillon tourne depuis cet été sous la direction de Jean-Pierre Améris ("Les émotifs anonymes") aux côtés d'Isabelle Carré.  


Partager cet article

Repost0
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 15:08

Jean-Pierre-Lorit-www.zabouille.over-blog.com.jpgSon physique de presque jeune premier, souvent utilisé dans des rôles ambigus, occupe nos écrans de télévision depuis presque trois décennies. Ses apparitions au cinéma plus rares sont toujours marquantes. On se souvient de "Une affaire de goût" de Bernard Rapp où il se laissait manipuler par un Bernard Giraudeau pervers, "Nelly et Monsieur Arnaud" de Claude Sautet où amoureux des vieux livres, il souriait à Emmanuel Béart.

Au théâtre, je me souviens de lui dans "Les Créanciers" de Strinberg et dans un tout autre genre de "En toute confiance" de Donald Margules. Sa voix sourde et douce et son sourire léger sont toujours d'une remarquable efficacité.

 

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 22:10

  bernadette lafond www.zabouille.overblog.comElle était un peu comme notre voisine, bienveillante, drôle. La copine sympa mais à qui on ne la fait pas. Revenue de tout mais toujours prête à repartir.

On nous avait parlé de Nouvelle Vague, d'Eustache, de Truffaut, de Chabrol, de jeunes maîtres du cinéma devenus grands avec elle. On voyait en noir et blanc une jeune femme, séduisante, provocante, qui faisait rêver les jeunes réalisateurs d'aujourd'hui toujours prêts à la faire tourner.

En réalité, on l'avait découverte autrement, adopté vraiment, forte face à l'attente, à l'ignominie de certains journalistes puis face à l'inacceptable. Alors, elle ne fut plus uniquement cette grande actrice gouailleuse pleine de vie, elle devint Bernadette, familière et respectable. C'est aussi, et peut-être surtout, elle qui nous a quitté sans crier gare la semaine dernière à la veille d'un nouveau tournage.

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 22:58

Julie-Gayet-www.zabouille.overblog.com.jpgParce que ça fait plaisir de rencontrer les artistes qu'on admire pour leur talent et pour lesquels on éprouve de la sympathie, et de pouvoir constater qu'ils sont réellement aussi exquis qu'on l'espérait,

parce que Julie Gayet fait partie de ces artistes là,

parce que malgré sa filmographie pas tout à fait à mon goût, je maintiens qu'elle est notre Kate Winslet française,

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 00:00

BAFTA-Christoph-Waltz-www.zabouille.over-blog.com.jpgComment peut-on oser remettre à Christof Waltz le BAFTA du meilleur acteur de SECOND rôle pour "Django Unchained" alors qu'il est quasiment de tous les plans dans les deux premières heures et qu'il participe de façon majeure à l'intérêt artistique du film ?

Ca me dépasse. 

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 20:42

Frederic-Pierrot-www.zabouille.over-blog.fr.jpgEn regardant Frédéric Pierrot dans Les Revenants, excellent comme toujours, j'ai eu envie de consulter sa filmographie pour identifier le nombre de films dans lesquels j'ai pu admirer sa justesse de jeu.

Sur les 60 films qu'il a déjà tourné, j'en ai vu plus de la moitié, de "La vie et rien d'autre" de Tavernier jusqu'à "Polisse" de Maiwenn, en passant par "A vendre" de Laetitia Masson, "Mon Homme" de Blier ou "Parlez-moi de la pluie" d'Agnès Jaoui.

Une filmographie qui pourrait faire rêver plus d'un acteur de premier plan.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 13:28

Annie-Girardot-www.zabouille.over-blog.com.jpgSouvenir du 15 décembre 2001 : une rencontre furtive, le temps d'une signature sur une affiche dans un café en face du théâtre de la Gaité Montparnasse après une représentation de "Madame Marguerite". Annie Girardot devant une bière sans alcool, voix grave, ton abrupt et bienveillant à la fois. La comédienne, fidèle à l'icône de notre enfance, nous bouscule un peu.

Les médias ont tendance à l'oublier, mais Annie Girardot, avant de devenir la représentante de tous les malades d'Alzheimer, a été une immense comédienne. Dans les années 70, elle était LA star du cinéma français. Toute notre enfance-adolescence sera bercée par ses films. Drôle ou touchante, elle a tourné avec les plus grands réalisateurs. Une liste aussi variée qu'impressionnante : Carné, Grangier, Allegret, Visconti, Oury, Rossi, Ferreri, de La Patelière, de Brocca, Audiard, les frères Taviani, Lelouch, Giovanni, Pinoteau, Boisset, Comencini, Molinaro, Blier, Haneke...

Les images bouleversantes de ses dernières années, celles troublantes de la remise des Césars de 1996, ne prendront jamais le pas sur celles de "Mourir d'aimer", "La zizanie", "Un homme qui me plait", "Rocco et ses frêres", "Tendre poulet", "Vivre pour vivre", "Docteur Françoise Gaillland"... ni sur celles du souvenir de la représentation de "Madame Marguerite".


Partager cet article

Repost0